Pendant la guerre du Vietnam, une photo horrible d'une jeune fille nue sous les bombardements au napalm a marqué la conscience américaine concernant les activités immorales tout au long de la guerre. Aujourd'hui, une vidéo virale de femmes chrétiennes Kuki - défilées nues en public, pelotées, violées collectivement et l'une d'entre elles tuée - a  marqué la conscience indienne  et même mondiale.

À peine 24 heures après que la vidéo soit devenue virale, le juge en chef de l'Inde a exprimé la vive inquiétude de la Cour et a demandé au gouvernement central d'agir, sinon la Cour suprême prendrait les choses en main.

Le gouvernement central et le gouvernement de l'État de Manipur n'ont  pas réussi à faire face aux conflits ethniques et au carnage à Manipur , qui ont laissé la population minoritaire chrétienne kuki victime d'une violence odieuse. Cela s'est produit avec la complicité de la police. C'est en effet la situation partout où des chrétiens minoritaires ont été attaqués dans l'Uttar Pradesh, le Madhya Pradesh et d'autres États. La police locale dans toute l'Inde permet à des foules extrémistes hindoues d'attaquer des chrétiens malheureux sans conséquences. 

Alors que la nouvelle de cette violence émerge, l'identité chrétienne de la population Kuki du Manipur ne fait pas la une des journaux. Mais les autorités indiennes ne peuvent plus nier la réalité qu'il s'agit d'une attaque religieuse, et aussi d'un nettoyage ethnique barbare d'un groupe de personnes.

La connaissance de ces incidents particuliers, qui se sont produits en mai, vient seulement d'être révélée au grand public. Cela est dû au fait que Manipur s'est retrouvé sous une panne d'Internet pendant 80 jours. Maintenant que ces images sont devenues virales, elles ont  provoqué une grave angoisse  parmi les hindous, les musulmans, les chrétiens et d'autres minorités qui n'ont pas souscrit à une idéologie hindoutva majoritaire qui balaye l'Inde. Comme l'a dit l'acteur et membre de Rajya Sabha, Jaya Bachchan, « C'est très frustrant. Chaque jour, quelque chose se passe avec les femmes . Dans UP, nous ne savons pas ce qui s'y passe.

Le ministre en chef du Manipur - qui a été favorable aux extrémistes hindous Meitei - affirmant qu'il y a eu  des centaines d'incidents similaires  des deux côtés est très trompeur. Lorsqu'il parle de troubles qui se produisent des deux côtés, il omet de mentionner que la grande majorité des victimes sont des chrétiens kuki.

Lorsque le vice-président du BJP de l'État voisin du Mizoram a démissionné, il a déclaré qu'à son avis, le BJP était devenu un parti anti-chrétien. Cela a fait mieux comprendre dans toute l'Inde et dans le monde entier que les viols et les meurtres de nombreuses femmes, ainsi que l'incendie de maisons et d'églises, représentent clairement des attaques ciblées contre les chrétiens de Kuki. À ce stade, il est évident d'affirmer que les chrétiens de Kuki sont attaqués à grande échelle par des groupes hindous radicalisés et que la police ignore cette injustice. Cela ne veut pas dire que les chrétiens Meitei n'ont pas eux aussi souffert de la violence ethnique. Mais on ne peut nier la destruction de centaines d'églises, le nombre massif de chrétiens Kuki déplacés et le viol brutal de leurs femmes. 

À la suite de l'indignation, le Premier ministre Modi a rompu son silence de 80 jours sur la violence du Manipur et l'effondrement de la loi et de l'ordre. Il a condamné la violence contre ces femmes Kuki innocentes. Pourtant, sa déclaration a viré à la politique en mentionnant également la violence contre les femmes au Rajasthan et dans le Chattisgarh, qui est dirigé par le parti d'opposition. 

La question des droits de l'homme a été tragiquement politisée ici en Inde, comme c'est souvent le cas ailleurs dans le monde. Ce n'est pas seulement au sein du BJP. D'autres partis y ont aussi succombé. 

L'Inde que nous connaissions  est en train de disparaître rapidement. Cette agression violente et ce meurtre de femmes à Manipur indiquent la possible Inde du futur si nous ne parvenons pas à éveiller la conscience indienne au-delà des religions et des castes. 

Qu'il s'agisse d'une femme musulmane, chrétienne, hindoue ou dalit qui est violée et tuée, toute l'Inde doit s'exprimer d'une seule voix si la justice pure et sans mélange est l'objectif. Tous les Indiens doivent rejeter toute forme de polarisation religieuse, de caste ou ethnique qui fait obstacle à l'égalité de traitement devant la loi. L'Inde doit rejeter toute forme de politique et de haine en ce qui concerne ces questions. 

La violence et les agressions sexuelles contre toute femme indienne sont une parodie, peu importe l'origine de la victime ou de l'agresseur. Pourtant, si les discours de haine et le sectarisme continuent de régner, comme nous l'avons vu à Manipur, l'Inde s'enfoncera davantage dans le chaos pour les femmes à l'échelle nationale. 

L'archevêque Joseph D'Souza est un militant des droits humains et civils de renommée internationale. Il est le fondateur de Dignity Freedom Network, une organisation qui défend et fournit une aide humanitaire aux marginalisés et aux parias d'Asie du Sud. Il est archevêque de l'Église anglicane du Bon Pasteur de l'Inde et président du All India Christian Council.

CP

 

La vidéo de la Semaine