Dimanche, 4 decembre 2022 00:47:22

Vous pouvez partager un article en cliquant sur les icônes de partage en haut à droite de celui-ci.
La reproduction totale ou partielle d’un article, sans l’autorisation écrite et préalable du Monde, est strictement interdite.
Pour plus d’informations, consultez nos conditions générales de vente.
Pour toute demande d’autorisation, contactez Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..
En tant qu’abonné, vous pouvez offrir jusqu’à cinq articles par mois à l’un de vos proches grâce à la fonctionnalité « Offrir un article ».

Tandis que nombre de pays non-alignés prônent un cessez-le-feu et une négociation, Emmanuel Macron a cherché, mercredi 12 octobre sur France 2, à confirmer le soutien de la France à l’Ukraine, sans fermer la porte à un éventuel dialogue avec Moscou quand Kiev l’estimera possible. « A un moment donné ce sera de l’intérêt de l’Ukraine et de la Russie de négocier, a dit le chef de l’Etat. Ce n’est pas à nous de décider pour l’Ukraine, nous ne l’aurions pas accepté de nos alliés. »

A ce jour, Emmanuel Macron n’est pas en position de jouer les médiateurs, ne serait-ce que parce que la France, sans être en guerre avec la Russie, soutient l’Ukraine. Le président russe Vladimir Poutine « doit cesser cette guerre, respecter l’intégrité territoriale de l’Ukraine et revenir autour de la table des discussions », a répété M. Macron. Il a cependant défendu son souci constant de parler quand nécessaire au chef du Kremlin, en particulier sur des sujets comme le sort de la centrale nucléaire de Zaporijia, occupée et annexée par les Russes.

Le monde

 

La vidéo de la Semaine