Samedi, 3 decembre 2022 23:26:25

Des membres de la communauté iranienne, notamment issus de la diaspora, n’appuient pas l'équipe nationale qui participe à la Coupe du monde de soccer au Qatar. D’autres auraient carrément préféré qu’elle ne participe pas à la compétition.

Si, pour un joueur de soccer, participer à une Coupe du monde est un rêve, pour l’équipe iranienne cette année, c’est tout comme marcher sur des œufs.

Une partie de la population iranienne subit toujours une violente répression de la part du régime qui tente de contenir une révolte civile après la mort de Mahsa Amini.

Pour les joueurs, c’est le dilemme entre représenter un régime ou la population.

J’ai vu l’image crispée des joueurs quand l’hymne national était diffusé dans le stade, a noté le rédacteur en chef du Persian Mirror Mohammad Tadjolati lors du premier match de l’équipe iranienne lundi.

En effet, après une demande pressante de beaucoup d’Iraniens sur les réseaux sociaux, les joueurs ont choisi de ne pas chanter leur propre hymne national lors de la diffusion dans le stade, ce qui est pourtant une tradition au soccer.

Dans les gradins, certains ont hué l’équipe, d’autres seulement l’hymne.

Les Iraniens sont fâchés que l’équipe nationale se soit même présentée à ces jeux. C’est la première fois que je vois les Iraniens absolument pas fiers de leur équipe nationale. Certains disaient sur les réseaux sociaux que, pour la première fois de leur vie, ils n’ont même pas regardé la partie, affirme la présidente du Conseil canado-iranien, Avideh Motmaen-Far.

Comme Mohammad Tadjolati, elle estime que l’équipe est dirigée par des proches du régime iranien.

Ils sont dans une équipe officielle avec des règlements imposés par la fédération iranienne. Le président [Ebrahim] Raïssi avait reçu toute l’équipe avant son départ, note Mohammad Tadjolati.

Il ajoute que pour beaucoup d’Iraniens, le fait de ne pas avoir chanté l’hymne national n’est pas suffisant. Il se demande toutefois ce que les joueurs pourront faire lors du prochain match pour afficher leur soutien sans s’attirer les foudres de leur direction.

Quoi qu’il en soit, il estime que les dés sont jetés quant à l’avenir des joueurs à leur retour.

Comment le régime va réagir face à ce geste à leur retour? Peut-être que certains membres devront quitter l’équipe nationale, conclut-il.

 

Ici Radio Canada

 

Les vidéos du Jour