Samedi, 3 decembre 2022 23:28:58

Les parents chrétiens ont exhorté l'Église d'Angleterre à modifier les directives de ses 4 700 écoles primaires qui permettent aux élèves dès l'âge de 5 ans de s'identifier comme étant du sexe opposé. 

Dans une lettre ouverte à l'archevêque de Cantorbéry, Mgr Justin Welby, vendredi dernier, Nigel Rowe et son épouse, Sally, ont fait part de leurs inquiétudes concernant la mise en œuvre des directives de l'Église qui permettent aux écoliers de s'identifier comme leur identité de genre préférée.

"L'enseignement chrétien de base est que nous sommes tous créés homme ou femme et que les différences entre les sexes sont belles, conçues et complémentaires, et doivent être respectées dans la société", ont écrit les parents chrétiens. 

"Nous étions également préoccupés par les effets néfastes sur les enfants autorisés à faire la transition sociale, ainsi que les effets sur tous les autres enfants de l'école."

Le problème était un guide intitulé " Valoriser tous les enfants de Dieu " initialement publié en mai 2014, mais mis à jour par la suite par le CofE à l'été 2019, qui stipule : " Les jeunes trans peuvent avoir besoin d'un soutien spécifique pour se sentir à l'aise à l'école, par Par exemple, les écoles peuvent avoir besoin d'apporter des modifications aux toilettes ou un jeune trans peut avoir besoin d'aide pour changer son nom ou le pronom par lequel le personnel et ses camarades de classe l'appellent. » 

Les Rowes ont déclaré dans la lettre que l'approche et les directives du CofE ne sont pas soutenues par la loi. "Nous vous demandons donc de retirer de toute urgence les conseils Valoriser tous les enfants de Dieu afin de protéger lesenfants", ont-ils écrit.

Andrea Williams, directrice générale du Christian Legal Center, qui a représenté les Rowes dans des litiges antérieurs, a fait écho aux préoccupations des parents dans une déclaration publiée la semaine dernière, en disant que les conseils « doivent maintenant être abandonnés ». 

Il y a des années, les Rowe ont fait part de leurs inquiétudes concernant l'endoctrinement après que deux garçons de 6 ans dans les classes de leurs fils à l'école de l'île de Wight aient été autorisés à s'identifier comme des filles.

En 2017, les responsables du CofE ont déclaré aux Rowes que l'école n'exigeait aucune évaluation lorsqu'un élève demandait à être affirmé en tant que membre du sexe opposé. 

La famille a alors reçu un ultimatum pour accepter la politique ou retirer leurs fils de l'école. Lorsque la plainte des Rowes auprès du ministère de l'Éducation a été rejetée, ils ont intenté une action en justice en 2021 contre le ministère. 

Le mois dernier, les Rowes ont reçu plus de 23 900 $ en frais de justice et un engagement du gouvernement britannique à réformer les politiques d'affirmation trans dans les écoles.

"Cette recommandation notoire dit en fait que les enfants aussi jeunes que 5 ans devraient être confirmés par les écoles de l'Église d'Angleterre s'ils souhaitent s'identifier comme étant du sexe opposé", a écrit le couple dans la lettre ouverte.

Dans leur lettre, le couple a cité  un discours prononcé par la procureure générale de l'époque, Suella Braverman, en août, traitant des conseils.

"Le problème est que de nombreuses écoles et enseignants croient - à tort - qu'ils sont dans l'obligation légale absolue de traiter les enfants qui s'interrogent sur le genre en fonction de leurs préférences, de toutes les manières et à tous égards, des pronoms préférés à l'utilisation des installations et à la concurrence dans sports », a déclaré Braverman, cité par les Rowes.

« Tout cela se passe parfois sans en informer les parents ni tenir compte de l'impact sur les autres enfants. Quiconque remet en question une telle approche est accusé de transphobie. À mon avis, cette approche n'est pas soutenue par la loi." 

Braverman a poursuivi en disant dans ce discours qu'elle pensait qu'aucun élève "ne devrait craindre une punition ou un désavantage pour avoir remis en question ce qu'on lui enseigne, ou refusé d'adopter un pronom préféré pour un enfant qui se questionne sur le genre, ou se plaindre d'un enfant qui se questionne sur le genre. en utilisant leurs toilettes ou leurs vestiaires, ou en refusant de participer à des activités promues par Stonewall ou d'autres organisations similaires."

"Le droit à la liberté de croyance, de pensée, de conscience et d'expression doit être protégé", a-t-elle déclaré.

christianpost.com

 

La vidéo de la Semaine