Samedi, 3 decembre 2022 23:47:39

En Afghanistan, les talibans ont décidé de rendre la vie des femmes encore un peu plus difficile : depuis leur retour au pouvoir en août 2021, le régime islamiste fondamentaliste leur avait déjà imposé de nombreuses restrictions. Les écoles secondaires n’accueillent plus les filles, les femmes sont exclues de la plupart des emplois publics. Désormais, elles ont aussi interdiction de se rendre dans des parcs et des jardins de la capitale, Kaboul.

 

Les mères de familles sont refoulées à l’entrée, leurs enfants doivent jouer seuls et sans surveillance dans les parcs et jardins de la capitale. C’est l’un des derniers espaces de libertés qui se ferme ainsi pour les femmes.  

Jusqu’ici, les talibans avaient juste instauré des horaires et des jours différenciés pour qu’hommes et femmes ne puissent pas se croiser. Mais « ces règles ont été violées », a justifié le porte-parole du ministère de la Promotion de la vertu et de la Prévention du vice. 

Plus de cris d'enfants

Dans le grand parc Zazaï sur les hauteurs de Kaboul, il n’y a plus de cris d’enfants, la grande roue est à l’arrêt. Les 250 employés sont inquiets pour leur avenir, comme ce co-gérant cité par l’Agence France Presse : « Avec de telles décisions, ils vont décourager les investisseurs ».   

 

Déjà privées de travail et du droit de voyager seules, ce nouveau tour de vis exaspère de nombreuses femmes, comme cette étudiante citée par l'AFP : « évidemment, que dans l'islam il est permis de sortir et de visiter des parcs, nous en avons marre de rester à la maison ». 

rfi

 

La vidéo de la Semaine