Samedi, 3 decembre 2022 23:02:00

Deux chrétiens emprisonnés en Iran pour leurs rôles de leadership dans l'église ont été libérés quelques jours après qu'un incendie s'est déclaré dans la prison d'Evin à Téhéran le 15 octobre, mais les défenseurs des droits humains étaient mystifiés quant à la raison de leur libération.

Le pasteur Naser Navard Goltapeh, qui avait passé deux mois à l'isolement, a été libéré de la prison d'Evin le 17 octobre après avoir été gracié par le guide suprême Ali Khamanei, ont déclaré des défenseurs des droits. Le 18 octobre, Fariba Dalir, qui avait passé 38 jours à l'isolement après son arrestation en juillet 2021 pour avoir lancé une église de maison, a également été libérée de la prison d'Evin.

Elle a également été graciée, mais par qui l'autorité est restée incertaine. Les deux pardons étaient inattendus et avaient déjà été refusés, selon les défenseurs de la liberté religieuse.

«Nous savons que divers organismes, le gouvernement britannique et l'ONU, plaidaient pour la libération [du pasteur Goltapeh], et nous savons que la prison d'Evin accueille des manifestants et manque d'espace, mais nous ne savons pas ce qui a poussé Khamanei à faire cela. du bleu », a déclaré un expert de l'Iran pour le groupe de défense Middle East Concern (MEC).

 

Le pasteur Goltapeh avait demandé une libération anticipée et un congé à plusieurs reprises et avait été refusé, a déclaré la source du MEC, sous couvert d'anonymat. Dalir avait fait une demande de libération anticipée en août et avait été refusée. Le pasteur Goltapeh et Dalir avaient purgé plus d'un tiers de leur peine et, en vertu de la loi iranienne, étaient éligibles à une libération anticipée.

Le pasteur Goltapeh a été arrêté avec trois autres chrétiens lors d'une fête de fiançailles à Karaj, près de Téhéran, en juin 2016, selon MEC. Lui et trois hommes d'Azerbaïdjan ont été emmenés à la prison d'Evin, interrogés à plusieurs reprises et détenus à l'isolement pendant deux mois.

Ils ont été inculpés en octobre 2016 d'« activités missionnaires » et d'« actions contre la sécurité nationale » et libérés sous caution. Un mois plus tard, les trois hommes azerbaïdjanais ont été autorisés à quitter l'Iran, mais le pasteur Goltapeh, un Iranien converti à l'islam, a dû rester pour être jugé.

En mai 2017, le pasteur Goltapeh a été reconnu coupable « d'avoir agi contre la sécurité nationale en formant et en établissant des églises de maison illégales » et condamné à 10 ans de prison. Son appel a échoué et il s'est présenté à la prison d'Evin en janvier 2018.

Le pasteur Goltapeh a subi des mauvais traitements de la part des gardiens et un refus de traitement médical pour une infection douloureuse des gencives et le COVID-19 après une épidémie de coronavirus à la prison. L'infection au COVID-19 est finalement passée et le pasteur a reçu des soins dentaires en 2021.

Dalir, un converti de l'islam, a été condamné en novembre 2021 à cinq ans de prison pour "avoir agi contre la sécurité nationale en créant et en dirigeant une église chrétienne évangélique". Selon le groupe de défense des droits Article 18, Dalir s'est vu refuser la libération conditionnelle pour la cinquième fois en juillet. Elle s'était également vu refuser un nouveau procès à plusieurs reprises.

Sa peine a ensuite été réduite à deux ans après que le juge président a réalisé qu'il avait commis une erreur administrative dans son cas.

Des membres des Gardiens de la révolution islamique avaient arrêté Dalir avec cinq autres chrétiens en juillet 2021. La Garde a détenu Dalir à l'isolement pendant 38 jours, puis l'a transférée dans une prison pour femmes jusqu'à ce qu'elle soit libérée sous caution en novembre de la même année. 

Dalir a commencé à purger sa peine en avril. Au moment de sa libération, elle avait purgé plus d'un tiers de sa peine, ce qui la rendait éligible à la libération conditionnelle, mais en août, sa demande de libération conditionnelle a été rejetée.

Le pasteur Goltapeh (également orthographié Gol-Tapeh) était à mi-chemin d'une peine de 10 ans de prison lorsqu'il a été libéré. Avec des projets d'avenir inconnus, Goltapeh séjournait avec des membres de sa famille au moment d'écrire ces lignes.

Incendie et émeute

Bien que les responsables n'aient fait aucun commentaire pour expliquer la libération du pasteur Goltapeh et Dalir, les libérations sont intervenues à la suite d'une émeute qui a éclaté le 15 octobre à la prison d'Evin et d'un incendie qui a détruit une grande partie du complexe, y compris la zone où le pasteur Goltapeh avait été détenu à un moment donné.

Huit prisonniers sont morts et environ 60 ont été blessés dans l'incident. Les autorités iraniennes ont affirmé que les décès étaient dus à l'inhalation de fumée, mais Amnesty International a signalé que certains des prisonniers blessés avaient été abattus et que le gouvernement avait probablement sous-estimé le nombre total de victimes.

Aucun prisonnier chrétien n'a été blessé dans l'incendie, selon MEC. Au moins une douzaine de prisonniers d'opinion chrétiens étaient incarcérés à la prison d'Evin lorsque l'incendie s'est déclaré, dont beaucoup dans le quartier 8, adjacent au quartier 7, où les pires dégâts auraient eu lieu, selon l'article 18.

Les émeutes et les incendies ont suffisamment détruit la prison pour que les autorités aient été forcées de transférer un nombre inconnu mais important de prisonniers vers d'autres établissements. La possibilité existe que des prisonniers chrétiens aient été transférés, mais il n'y avait aucun rapport de tels transferts à ce jour.

Construite en 1972, la prison d'Evin était à l'origine destinée à détenir les prisonniers politiques arrêtés par la SAVAK, la police secrète du Shah d'Iran. Après la chute du régime du Shah lors de la révolution iranienne de 1979, la prison d'Evine est devenue internationalement connue non seulement comme un lieu pour les prisonniers politiques, mais aussi comme un lieu où le régime islamiste chiite a emprisonné et torturé des adeptes religieux pour briser leur volonté de suivre leurs croyances.

L'Iran s'est classé neuvième sur la liste de surveillance mondiale 2022 de l'organisation de soutien chrétienne Open Doors USA des pays où il est le plus difficile d'être chrétien.

Cet article a été initialement publié par Morning Star News. 

 

 

Morning Star News est le seul service d'information indépendant se concentrant exclusivement sur la persécution des chrétiens. La mission de l'organisation à but non lucratif est de fournir des informations complètes, fiables et impartiales afin de donner aux personnes du monde libre les moyens d'aider les chrétiens persécutés et d'encourager les chrétiens persécutés en les informant qu'ils ne sont pas seuls dans leur souffrance.

 

La vidéo de la Semaine