Dimanche, 4 decembre 2022 00:06:26

Une nouvelle étude révèle que l'écrasante majorité de ceux qui lisent la Bible au moins trois fois par an ont connu une transformation à la suite de leurs rencontres avec les Écritures, ainsi qu'une importante minorité de chrétiens qui interagissent moins fréquemment avec la Bible.

L'American Bible Society a publié mercredi le septième chapitre de son 12e rapport annuel "State of the Bible", qui se concentre sur "l'utilisation de la Bible". L'enquête auprès de 2 598 adultes menée du 10 au 28 janvier définit les "utilisateurs de la Bible" comme ceux qui ont déclaré avoir interagi avec la Bible au moins trois à quatre fois par an.

Au sein de ce groupe d'"utilisateurs de la Bible", 92 % ont répondu par l'affirmative lorsqu'on leur a demandé si "le message de la Bible a transformé ma vie". Seulement 8% ont dit le contraire. En revanche, une majorité de répondants qui ne remplissaient pas les critères de désignation comme « utilisateur de la Bible » (62 %) ne voyaient pas le message de la Bible comme une source de transformation dans leur vie, alors que 38 % le faisaient.

John Farquhar Plake, le directeur du renseignement du ministère de l'American Bible Society, a réagi aux résultats de l'enquête dans un communiqué : « Bien que nous ayons signalé qu'il y a eu une forte baisse de la lecture de la Bible, près de 60 millions de personnes qui s'engagent avec la Bible moins de trois fois par an disent que cela a eu un impact transformateur sur leur vie. Nos recherches montrent qu'une interaction constante avec la Parole de Dieu nous change. 

 

"En tant qu'Église, nous devons rechercher toutes les occasions de montrer à nos voisins l'amour transformateur de Jésus - qui est partout dans les pages de la Bible", a ajouté Plake. 

Une grande partie du dernier volet du rapport « L'état de la Bible » a examiné spécifiquement les pratiques des utilisateurs de la Bible. L'enquête a demandé aux « utilisateurs de la Bible » d'identifier leurs méthodes d'utilisation de la Bible, et a constaté que 48 % des répondants de ce sous-groupe « lisaient quelques versets à la fois ». Quarante pour cent des utilisateurs de la Bible lisent des passages en fonction de leur humeur, 32 % lisent des chapitres entiers ou des histoires de la Bible à la fois, 26 % suivent un horaire, un plan ou un programme défini pour lire la Bible et 22 % lisent la Bible en même temps. temps tous les jours.

Alors que les hommes étaient plus susceptibles de préférer lire des chapitres entiers ou des histoires de la Bible à la fois que les femmes, les femmes préféraient toutes les autres méthodes de lecture de la Bible. L'enquête a également examiné les modes d'utilisation préférés de la Bible parmi les trois catégories de répondants, classés en fonction de leurs réponses à « 14 questions d'enquête sur la fréquence d'utilisation de la Bible et l'impact et la centralité [de] son ​​message ».

Les répondants engagés dans les Écritures, ceux qui ont obtenu les scores les plus élevés, étaient beaucoup plus susceptibles de lire des chapitres entiers ou des histoires de la Bible que leurs homologues ayant des scores inférieurs. Alors que 44% des utilisateurs de la Bible engagés dans les Écritures pratiquent la méthode susmentionnée, seuls 26% de ceux du «milieu mobile» et 18% des répondants désengagés de la Bible ont dit la même chose.  

Plus de deux fois plus d'utilisateurs de la Bible engagés dans les Écritures (37 %) suivent un horaire, un plan ou un programme défini pour lire la Bible que ceux du « milieu mobile » (19 %) et de la « Bible désengagée » (13 %). Ceux du «Movable Middle» étaient légèrement plus susceptibles que les Écritures engagées de choisir des passages en fonction de leur humeur (40%) et de lire quelques versets à la fois (50%) que les Écritures engagées. Quarante-neuf pour cent des Écritures engagées lisent quelques versets à la fois, tandis que 39 % sélectionnent des passages en fonction de leur humeur. 

De plus, l'étude a révélé que la lecture d'une Bible imprimée est la façon la plus courante dont les utilisateurs de la Bible interagissent avec les Écritures, 69 % citant la méthode traditionnelle comme l'une de leurs façons préférées de s'exposer à la Parole de Dieu. Moins de la moitié des utilisateurs de la Bible ont déclaré aux enquêteurs qu'ils utilisaient des applications bibliques sur leurs appareils électroniques (48 %), regardé un programme axé sur la Bible (46 %), recherché du contenu lié à la Bible sur Internet (46 %), s'étaient inscrits à un plan de lecture biblique basé sur une application (29 %) et écouté un podcast lié à la Bible (28 %).

Répartis par groupe d'âge, la majorité des adultes âgés de 58 ans et plus (75 %) ainsi que des adultes âgés de 18 à 57 ans (65 %) ont déclaré avoir lu une Bible imprimée au cours du mois précédant la collecte de l'enquête. La majorité des jeunes utilisateurs de la Bible ont adopté les applications bibliques (53 %) et ont recherché du contenu lié à la Bible sur Internet (57 %) au cours des mois précédents, tandis que 35 % de leurs homologues plus âgés ont utilisé les deux méthodes susmentionnées pour interagir avec la Bible.

Une proportion plus élevée d'utilisateurs de la Bible plus âgés (46 %) ont adopté un plan de lecture de la Bible basé sur une application à un moment donné au cours du mois précédant l'enquête, ainsi que 35 % des utilisateurs de la Bible plus jeunes. D'un autre côté, plus de jeunes utilisateurs de la Bible (32 %) ont regardé des programmes axés sur la Bible que les plus âgés (23 %).

L'enquête demandait également si les répondants étaient "capables de pardonner sincèrement tout ce que quelqu'un d'autre m'a fait, qu'ils aient déjà demandé pardon ou non". Quarante-sept pour cent des répondants engagés dans les Écritures ont indiqué qu'ils étaient tout à fait d'accord avec cette affirmation, tandis que 47 % supplémentaires étaient plutôt d'accord. Seulement 4 % étaient plutôt en désaccord et les 2 % restants étaient fortement en désaccord.

L'écrasante majorité des personnes du «Movable Middle» ont déclaré aux sondeurs qu'elles étaient plutôt d'accord avec cette affirmation, suivies de 20% qui étaient plutôt en désaccord, 17% qui étaient fortement d'accord et 4% qui étaient fortement en désaccord. Quarante-huit pour cent des répondants désengagés par la Bible étaient « plutôt d'accord » qu'ils étaient capables de pardonner sincèrement à ceux qui leur avaient fait du mal, tandis que 30 % étaient plutôt en désaccord, 11 % fortement d'accord et 10 % fortement en désaccord.

Rian Foley / Christian Post

 

La vidéo de la Semaine