Dimanche, 4 decembre 2022 01:16:56

Des centaines d'Américains de tout le pays se sont réunis samedi au National Mall pour la troisième Marche annuelle des Martyrs. 

Les défenseurs de la liberté religieuse ont appelé les chrétiens américains à apprendre de ceux qui ont choisi de mourir à l'étranger plutôt que de renoncer à leur croyance en Jésus-Christ, disant qu'ils devraient être prêts à donner leur vie pour leur foi s'ils avaient jamais cette opportunité. 

L'événement a commencé par de la musique de culte en direct avec l'aimable autorisation de John Forystek et des discours de la fondatrice de For the Martyrs Gia Chacon , prêtre catholique chaldéen, le père. Simon Esshaki et les évangélistes Jacob Coyne et Shane Winnings. Les participants ont marché un peu plus d'un mile du rassemblement de lancement au Musée de la Bible, où une soirée de prière a eu lieu. 

Au Sylvan Theatre, situé près du Washington Monument, Chacon et Esshaki ont partagé des histoires de chrétiens prêts à mourir plutôt que de nier ou de renoncer à leur foi chrétienne.

Chacon a dressé le profil de Ragheed Ganni , un prêtre catholique chaldéen qui a refusé de céder aux demandes des militants islamiques de fermer son église en Irak, jurant "tant qu'une personne viendra à l'église, je garderai mes portes ouvertes". Ganni a été tué par des terroristes fanatiques en 2007. 

"Après une messe dominicale, alors qu'il venait de terminer un service et qu'il est sorti, des hommes armés ont dit 'pourquoi ne nous avez-vous pas écoutés ?' Et ils l'ont menacé, ainsi que d'autres diacres", a-t-elle déclaré. "Quand on lui a demandé pourquoi il n'avait pas fermé l'église, Chacon a rapporté que les derniers mots de Ganni étaient, "comment pourrais-je fermer la maison de Dieu?"

Chacon a développé ses conversations précédentes avec des réfugiés irakiens et syriens en se concentrant sur les "atrocités auxquelles ils ont été confrontés en raison de leur foi". Elle a parlé de "villages entiers en une seule nuit, de centaines de milliers de chrétiens chassés de chez eux et tués devant leurs familles".

"Des militants de l'Etat islamique ou islamistes venaient chez eux et leur posaient la question : 'Êtes-vous chrétien ?' Et s'ils disaient oui, cela signifiait en fin de compte la mort ou être expulsé de chez eux", a-t-elle déclaré. "Et ces braves chrétiens, au milieu de la nuit, quand ils ont su que l'Etat islamique arrivait, quand ils ont su qu'en fin de compte, ils seraient tués ou torturés, ont-ils reculé ? Ont-ils dit, 'eh bien, si s'ils viennent frapper à notre porte, alors le plus simple sera de se convertir ? »

Chacon a exprimé sa gratitude que ces chrétiens aient refusé de "dire extérieurement que nous ne croyons pas en Jésus, que nous nous convertirons et que nous pourrons peut-être vivre ici en sécurité". Elle a informé les participants qu'au lieu de renoncer au Christ pour rester chez eux, ils ont fui au milieu de la nuit. 

"Ils ont fui parce qu'avoir Jésus pour eux signifiait tout avoir, et même s'ils perdaient tout, leur famille, leurs frères et sœurs, leurs mamans et papas... s'ils pouvaient garder Jésus, c'était plus que suffisant pour eux, alors ils ont fui. "

Dans son discours, Winnings a affirmé : "Tout le monde ici ne sera peut-être pas appelé de votre vivant à mourir en martyr, mais vous êtes appelé à vivre une vie de martyr."

"Si nous voulons marcher pour les martyrs, alors nous devons d'abord être prêts à martyriser nos propres vies avant que quelqu'un d'autre n'ait la chance de le faire", a-t-il déclaré. 

"Quand vous aimez votre propre vie jusqu'à la mort, vous ferez ce que Pierre a fait. Pierre a refusé à Jésus de garder cette chose en marche un peu plus longtemps. Il pensait à lui-même", a-t-il soutenu. "Le jour même où il a dit 'Seigneur, je mourrai pour toi', quand les choses se sont passées, il a pensé à lui-même."

Winnings a exhorté la foule à se mettre dans cette situation et à demander la force de "ne pas dire de moi que je considérais ma propre vie", ajoutant: "Nous devons mourir à nous-mêmes pour vaincre l'ennemi".

Esshaki, un prêtre catholique chaldéen qui réside à San Diego, en Californie, s'est caractérisé comme un représentant de "l'un des groupes chrétiens les plus anciens à avoir jamais existé et aussi l'un des groupes les plus persécutés de l'histoire du christianisme".

Esshaki déclare que ce groupe comprend des chrétiens irakiens, des chaldéens, des assyriens et des chrétiens syriaques.

"Tous les martyrs de notre foi auraient pu s'en sortir vivants s'ils avaient renié leur foi en Jésus, mais aucun d'eux ne l'a fait, et c'est pourquoi ils sont pour nous des exemples de la façon de vivre notre foi, d'être fidèle à le Seigneur dans notre vie quotidienne », a-t-il déclaré. "Ils pourraient nous en apprendre beaucoup sur la façon de ramasser nos croix et comment suivre le Christ, comment persévérer jusqu'à la fin."

Esshaki a décrit les événements qui ont conduit à la mort du premier patriarche de l'Église catholique chaldéenne, qui a refusé de se soumettre aux pressions pour se convertir au paganisme.

"Lui, ainsi que cinq évêques et une centaine de prêtres, ont tous été décapités parce qu'ils n'ont pas renié leur foi en Jésus-Christ", a déclaré le prêtre. 

"Nous sommes appelés à donner notre vie à Jésus chaque jour et à l'accepter dans nos cœurs et à mourir à nous-mêmes, à devenir des sacrifices pour le Seigneur afin que nous puissions être fidèles pendant que nous vivons sur cette terre et être prêts à entrer dans la vie éternelle chaque fois que le Seigneur nous appelle."

Le discours d'Esshaki a touché de près de nombreux participants qui font partie de la communauté chrétienne ayant des racines au Moyen-Orient.

Ils ont expliqué leur expérience de la persécution chrétienne dans des entretiens avec The Christian Post.

Ranna Salem du Michigan a déclaré que « son peuple a subi beaucoup de persécutions depuis le début du christianisme dans le nord de l'Irak, la Turquie, la Syrie et l'Iran ».

Salem, un Assyrien chaldéen, a appris l'existence de la Marche pour les Martyrs sur les réseaux sociaux.

"Nous avons vu des messages et notre communauté était représentée et nous avons été surpris de le voir. Peu de gens savent ce qui nous arrive", a-t-elle déclaré. 

"J'espère juste que nous pourrons attirer davantage l'attention. Parce que nous vivons en Amérique, les gens pensent que… le christianisme est une religion privilégiée. Mais au Moyen-Orient, c'est en fait exactement le contraire. Ils sont les plus persécutés. Ils sont deuxième- citoyens de classe, méprisés. Ils traversent juste beaucoup de souffrances. Ils ne sont pas traités de manière égale ou équitable dans le système judiciaire. Il y a juste beaucoup qui pourrait être fait pour améliorer leur situation avec leurs voisins, et je veux juste plus les gens doivent être conscients."

Frère Samer, originaire de Bagdad, en Irak, qui réside à San Diego aux côtés de sept autres moines, s'est identifié comme membre de la communauté chaldéenne.

"Nous sommes ici juste pour marcher pour les martyrs, et le père Simon nous a invités à venir" et "montrer notre soutien aux Chaldéens qui ont été martyrisés, dont beaucoup sont des membres de la famille, des parents restés au pays", a-t-il expliqué.

 

Samer s'est réjoui qu'"il y ait beaucoup de gens qui marchent ici", réfléchissant positivement sur la "bénédiction absolue" de "rencontrer beaucoup de gens qui donnent leur vie en témoignage pour le Christ".

Ramsan Toma, qui vit à Washington, DC, a un lien personnel avec la persécution chrétienne en tant que membre d'une communauté syrienne composée du « premier peuple chrétien ».

"Nous sommes persécutés dans notre patrie de Turquie, d'Irak, d'Iran, de Syrie et du Liban", a-t-il déclaré. Il a précisé qu'il avait été élevé dans l'Église catholique romaine et l'a décrite comme "très similaire à la foi chaldéenne et à la foi assyrienne de l'Est".

C'était la deuxième année que Toma participait à la Marche des Martyrs. Toma a noté que le Congrès américain a alloué de l'argent à sa communauté qui "n'a pas encore pu nous parvenir".

Soulignant la présence d'un caucus du Congrès assyrien au Congrès, Toma a exprimé le souhait de "maintenir la pression sur les élus ici pour nous aider dans les États".

"Nous avons besoin de beaucoup d'aide en ce moment", a-t-il conclu. "Nous avons juste besoin de plus d'attention, de plus de sécurité."

Shannon et sa sœur Andie sont nées au Pakistan mais vivent aux États-Unis depuis 2010.

Shannon, qui vit actuellement à Washington, DC, et vivait auparavant à New York, a déclaré au CP que les chrétiens sont la minorité au Pakistan. Les sœurs ont pris connaissance de l'événement après que Shannon ait reçu un e-mail du projet Philos.

"C'est vraiment cool d'être unis avec tout le monde et juste pour voir… nous défendons tous la même chose", a commenté Shannon.

Patrick Bereit, étudiant à l'Université George Mason de Fairfax, en Virginie, a assisté à l'événement en signe de soutien aux "chrétiens persécutés à travers le monde, pour défendre ceux qui n'ont pas de voix pour parler pour eux-mêmes et pour aider sensibiliser à la réalité de la persécution chrétienne dans le monde. »

Les participants allaient au-delà des chrétiens ayant des liens avec le Moyen-Orient. Aden Meyers, un enfant de 8 ans du Minnesota, voyageait à DC avec sa famille lorsqu'ils sont tombés par hasard sur la marche.

"Nous étions ici juste pour explorer, et nous sommes montés sur la colline, et elle était fermée, puis nous avons entendu les chansons, et nous sommes descendus, et nous avons entendu ce qu'ils faisaient, alors nous avons attrapé des panneaux, et nous avons juste ont commencé à marcher », a-t-il dit.

La famille de Meyers parcourt le pays dans le cadre d'un ministère appelé World Share.

Murad de Dayton, Ohio, dirige un ministère appelé Invasion Ministries International, qu'il a décrit comme le produit de sa vision du Seigneur l'appelant à "allumer des feux en Amérique par le biais d'évangélisations et de croisades". Les membres du ministère vivent partout aux États-Unis.

Murad a salué la Marche des Martyrs comme une opportunité "d'être entouré d'un groupe de croyants qui croient la même chose, défendent la même chose et voient simplement le Seigneur glorifié ici à DC"

Invasion Ministries International vend des fleurs pour collecter des fonds pour son ministère. Lorsque les coéquipiers de Murad étaient « sortis pour vendre des fleurs », ils sont tombés sur Chacon, qui les a informés de la marche.

Plusieurs participants portaient des fleurs qu'ils avaient achetées à Invasion Ministries.

Seth de Philadelphie, en Pennsylvanie, a assisté à l'événement pour la première fois en tant que "croyant et disciple de Jésus" qui "voulait vraiment... partager l'amour du Christ". Attribuant sa participation à l'événement à une "recommandation d'un ami", a-t-il fait remarquer, "les témoignages et les histoires que nous avons entendus sont tout simplement extrêmement puissants".

 

Ryan Foley / christianpost.com

 

La vidéo de la Semaine