Dimanche, 4 decembre 2022 01:00:00

Une jeune femme belge qui a survécu à l'attaque terroriste de l'État islamique à l'aéroport de Bruxelles en 2016 a choisi de mettre fin à ses jours après avoir souffert de dépression sévère et de SSPT pendant des années après l'incident. 

Maintenant, les procureurs belges enquêtent sur l'affaire après avoir reçu des plaintes d'un neurologue local qui leur a dit que la décision d'euthanasier Shanti De Corte, 23 ans, "avait été prise prématurément".

De Corte était une lycéenne de 17 ans le 22 mars 2016. Elle voyageait avec un groupe de ses camarades de classe en Italie. Les adolescents traversaient la salle d'embarquement de l'aéroport belge de Zaventem lorsque des terroristes de l'État islamique ont fait exploser une bombe, selon The Daily Mail . 

Comme l'a rapporté CBN News à l'époque, l'État islamique a revendiqué l'attentat qui a fait au moins 31 morts et 187 blessés, dont trois Américains. L'agence de presse de l'Etat islamique a rapporté que des terroristes de l'Etat islamique avaient ouvert le feu dans l'aéroport et fait exploser plusieurs ceintures suicides. Il a déclaré qu'un autre kamikaze avait frappé le système de métro.

Les bombes ont explosé au plus fort de l'heure de pointe.

De Corte avait échappé à l'explosion sans aucune blessure physique. Cependant, le bilan mental de l'adolescente l'a laissée avec des attaques de panique constantes et des périodes de dépression sombre, a rapporté The Mail . Alors même qu'elle était prise en charge dans un hôpital psychiatrique de sa ville natale d'Anvers et qu'elle prenait des antidépresseurs, la jeune femme a tenté de se suicider à deux reprises en 2018 et 2020. 

De Corte a écrit sur ses difficultés à gérer sa santé mentale troublée sur les réseaux sociaux, selon The Mail . 

Après l'échec de la deuxième tentative de suicide, elle a contacté une organisation qui soutient l'euthanasie, promouvant "la mort dans la dignité", selon le média. 

La RTBF, le diffuseur public de la communauté française de Belgique, rapporte que De Corte leur a demandé de pratiquer l'euthanasie pour "souffrances psychiatriques insupportables".

L'euthanasie est définie comme l'acte ou la pratique de tuer ou de permettre la mort d'individus désespérément malades ou blessés d'une manière relativement indolore pour des raisons de miséricorde. Il est actuellement illégal aux États-Unis dans les 50 États. Cependant, le suicide assisté est légal à Washington, DC, et dans les États de Californie, du Colorado, de l'Oregon, du Vermont, du Nouveau-Mexique, du Maine, du New Jersey, d'Hawaï et de Washington.

De Corte est décédée en mai dernier après que deux psychiatres aient approuvé sa demande de mettre fin à ses jours, selon la RTBF.

La mère de la femme, Marielle, a parlé de l'angoisse mentale de sa fille avec VRT, le radiodiffuseur public national pour la communauté flamande en Belgique. "Ce jour-là l'a vraiment bouleversée, elle ne s'est jamais sentie en sécurité après ça", a-t-elle déclaré. 

"Elle ne voulait pas aller là où se trouvaient d'autres personnes, par peur", a déclaré Marielle. "Elle avait aussi de fréquentes crises de panique et elle ne s'en est jamais débarrassée." 

Selon la RTBF, la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie en Belgique n'était pas préoccupée par l'affaire, mais le neurologue Paul Deltenre de l'hôpital clinique universitaire UZC Brugman à Bruxelles a fait valoir qu'il existait encore différentes modalités de soins et de traitement à la disposition de De Corte qui n'ont pas été jugés. 

Selon ADF International , une organisation confessionnelle de défense des droits, plus de 27 000 personnes sont mortes de l'euthanasie en Belgique depuis sa légalisation il y a un peu plus de 20 ans, le 28 mai 2002. 

Le pays a été cité comme un exemple de "pente glissante" qui, selon les parties concernées, est inévitable avec une telle législation. Les cas belges ont également inclus des cas où des patients ont été euthanasiés pour des troubles psychiatriques, y compris la dépression.

"Une société juste et équitable prend soin de ses plus vulnérables. Le droit international protège le droit inhérent de chacun à la vie. Il exige des pays qu'ils protègent la dignité et la vie inhérentes de tous, plutôt que d'aider à mettre fin à ces vies", a déclaré Jean-Paul Van De Walle, conseiller juridique d'ADF International à Bruxelles, Belgique.

'Ne coupez pas court à Dieu. Il a un plan pour travailler dans votre vie '

Comme CBN News l'a rapporté la semaine dernière, le premier lieutenant Johnny Savage et le capitaine Eric Bingham ont partagé leur histoire miraculeuse sur la façon dont le Saint-Esprit l'a maintenu en vie, lui et son compagnon de bateau, alors qu'ils étaient perdus en mer – survivant en pleine mer, hypothermie, presque noyé et la chance d'être dévoré vivant par les requins.

Savage a déclaré que Dieu l'avait appelé pour partager son histoire dans un nouveau livre intitulé Lost in the Stream: The Miraculous Story of Two Fishermen Lost at Sea .

Il a déclaré à PrayerLink de CBN News qu'il souhaitait que le livre glorifie Dieu et aide les personnes aux prises avec des pensées suicidaires. 

"Je pense que nous sommes à une époque où les gens ont besoin d'espoir", a déclaré Savage. "Les gens doivent savoir que peu importe à quel point les choses se présentent devant vous, vous pouvez espérer que cela fonctionnera, car tout cela fait partie de son plan." 

Jusqu'à présent, quatre personnes ont décidé de ne pas se suicider à cause de la lecture de son livre. 

Savage ajoute: "Si je pouvais prendre et donner à chaque personne une goutte, juste une graine de moutarde de cette foi que j'avais à ce moment-là, cela les ferait traverser n'importe quelle épreuve qui surviendrait dans leur vie."

"Ne coupez pas court à Dieu. Il a un plan pour travailler dans votre vie", a-t-il ajouté. "Comme il est dit dans Jacques 1, vous devez passer par cette épreuve et voir ce que Dieu va travailler et faire en vous."

CBN News

 

La vidéo de la Semaine