Samedi, 3 decembre 2022 23:10:45

Le Canada envisage un projet de loi qui permettrait aux individus de signer une renonciation qui supprimerait le « consentement définitif » pour le suicide assisté ou ce que ce pays appelle « l'aide médicale à mourir » (AMM), dans lequel un médecin ou une infirmière praticienne effectue la mort par injection chimique.

Connu sous le nom de projet de loi S-248 , le projet de loi a fait l'objet d'une première lecture en juin et fait actuellement l'objet d'une deuxième lecture, après avoir été récemment débattu par des députés.

Selon le résumé du projet de loi, la loi modifierait la loi canadienne pour « permettre à une personne dont le décès n'est pas raisonnablement prévisible de conclure une entente écrite pour recevoir l'aide médicale à mourir un jour précis si elle perd la capacité de consentir à recevoir une aide médicale en mourant avant ce jour.

Cela permettrait également à une personne qui a reçu un diagnostic de maladie, d'affection ou d'invalidité grave et incurable de faire une déclaration écrite de renonciation à l'exigence du consentement définitif lorsqu'elle reçoit l'aide médicale à mourir.

S-248 permettrait la renonciation au « consentement définitif » sous certaines conditions, notamment si une personne perd « la capacité de consentir à recevoir l'aide médicale à mourir », « souffre des symptômes décrits dans la déclaration écrite » et a « répondu toutes les autres garanties pertinentes énoncées dans le Code criminel ».

La sénatrice canadienne Pamela Wallin, qui a présenté le projet de loi, a déclaré dans un discours le mois dernier qu'elle considérait son projet de loi comme «une réponse de bon sens à une lacune de la loi actuelle».

"Cela permettra aux personnes diagnostiquées avec la démence ou la maladie d'Alzheimer de se libérer de ce possible Catch-22 : vous ne pouvez pas demander à l'avance un diagnostic, et une fois diagnostiqué, il est trop tard pour demander un certain temps dans le futur", a déclaré Wallin.

« Ce projet de loi permettra à une personne de présenter une demande bien avant qu'elle ne souhaite réellement mourir et bien avant qu'elle ait perdu la capacité de demander [l'aide médicale à mourir]. Cela leur offre une tranquillité d'esprit et une meilleure qualité de vie pour le temps qui leur reste avec beaucoup moins de stress et d'anxiété alors qu'ils vivent leurs derniers jours.

Alex Schadenberg, directeur exécutif de la Coalition pour la prévention de l'euthanasie, a critiqué le projet de loi, déclarant dans un article de blog publié lundi que "l'euthanasie sans consentement est trop dangereuse et au-delà de ce qui devrait être considéré comme tolérable".

«Le projet de loi S-248 et la récente pression du Collège des médecins du Québec pour approuver l'euthanasie des nourrissons, minent le fait qu'une personne doit pouvoir demander ou consentir à l'euthanasie», a écrit Schadenberg.

"Dites [Parliament] que vous vous opposez à l' extension de l'AMM aux nourrissons , qui ne peuvent pas consentir, et vous vous opposez à l'extension de l'AMM aux personnes atteintes de démence ou d'autres problèmes cognitifs, qui ne peuvent pas consentir."

En 2016, le Canada a adopté une loi légalisant le suicide médicalement assisté. La loi s'appliquait aux citoyens ou résidents permanents âgés de 18 ans ou plus qui avaient « une maladie, une maladie ou un handicap grave et incurable » qui comprenait « des souffrances durables et intolérables ».

La loi de 2016 exigeait également une approbation médicale, une période d'attente de 15 jours et exigeait que deux témoins soient présents lorsqu'un patient signait une demande de procédure de fin de vie.

L'année dernière, le Canada a élargi la loi pour permettre aux personnes atteintes d'un handicap ne mettant pas leur vie en danger de mourir par suicide assisté, bien qu'il interdise toujours la mort prématurée de ceux qui souffrent de maladie mentale. 

En plus du projet de loi S-248, le Canada étudie également le projet de loi C-7, qui étendrait l'euthanasie aux personnes atteintes de maladie mentale et aux soi-disant «mineurs matures» cherchant à mourir prématurément.

Le président du Southern Baptist Theological Seminary, Albert Mohler Jr. , a dénoncé la décision de l'année dernière d'étendre l'AMM, y voyant la preuve que le suicide assisté par un médecin était une pente glissante.

«Le Parlement canadien a maintenant étendu la logique selon laquelle il avait insisté pour qu'elle soit limitée à ceux qui avaient une attente raisonnable de mourir dans un court laps de temps. Vous avez vu que cette promesse n'est jamais tenue », a déclaré Mohler dans un épisode de 2021 de son podcast, « The Briefing ».

"Une fois que vous avez adhéré à la logique du suicide assisté par un médecin ou de l'euthanasie, vous vous retrouvez dans presque tous les cas à étendre la logique de plus en plus loin."

Selon le National Post , environ 1 000 Canadiens ont subi l'aide médicale à mourir en 2016, lorsqu'il est devenu légal pour la première fois. Ce nombre est passé à plus de 31 600 l'an dernier.  

 

Christianpost.com

 

 

Articles similaires Amériques

La vidéo de la Semaine