Samedi, 3 decembre 2022 23:22:05

La Conférence épiscopale nationale du Congo s’est réunie en assemblée plénière extraordinaire du 6 au 9 novembre dernier. À l’issue de cette rencontre, les archevêques et évêques, membres de la CENCO ont exprimé leur vive préoccupation face à la dégradation de la situation sécuritaire dans le pays.
 

Les évêques de la Conférence épiscopale nationale du Congo, la CENCO, se sont réunis à Kinshasa, du 7 au 9 novembre 2022 en assemblée plénière extraordinaire pour examiner des mesures d’application de l’accord-cadre entre le Saint-Siège et la République démocratique du Congo. Dans la déclaration finale publiée à l’issue de cette rencontre, ils se disent préoccupés par la dégradation de la situation sécuritaire de la République démocratique du Congo, en général et de l’est du pays en particulier. «L’heure est grave. Notre pays est en danger! Ne laissons pas balkaniser la RDC du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, ainsi que dans la diaspora, mettons-nous tous debout pour sauvegarder l’intégrité territoriale de notre Pays », a martelé la CENCO invitant, par la même occasion, les chrétiens et les personnes de bonne volonté à poser des gestes de solidarité envers les déplacés. Leur déclaration est une sonnette d’alarme sur le danger que court le pays et sur la responsabilité de tous pour y faire face.

Depuis cinq mois, des localités de la province du Nord-Kivu, notamment Bunagana, Rutshuru et Kiwanja se trouvent entre les mains des rebelles du mouvement du 23 mars, le M23, appuyés par les armées du Rwanda et de l’Ouganda, selon des sources fiables, disent les évêques. Le déplacement massif des populations et le nombre de morts ne fait qu’augmenter. L’insécurité, les évêques l’observent également dans la province de l’Ituri. Mais aussi dans les provinces du Kongo-Central, du Mai-Ndombe et du Kwilu, et ailleurs. Et les évêques écrivent: «Notre nation est en danger! Si nous n’y prenons garde, nous allons nous réveiller un matin avec un pays balkanisé». La CENCO estime qu’il est plus que temps que l’État assure à tous les citoyens le droit le plus élémentaire à la vie et à la sécurité et au pays, son intégrité territoriale.

 

Appel au sens de responsabilité politique et à la prière

Les évêques en appellent à la responsabilité des acteurs politiques du pouvoir et de l’opposition, à la responsabilité des forces armées, ainsi qu' à celle de la communauté internationale invitée à bannir la duplicité et la complaisance envers les multinationales, et les pays prédateurs des ressources naturelles de la République démocratique du Congo. La Conférence épiscopale nationale exhorte à la vigilance et à la mobilisation du peuple tout entier. Les évêques invitent les chrétiens et les personnes de bonne volonté à jeûner, prier, et poser des gestes de solidarité envers les déplacés. «Nous convions tout le monde à marcher pacifiquement le dimanche 4 décembre», conclut la déclaration de la CENCO, avant de prier pour l’intercession de la Vierge Marie, Notre-Dame du Congo, en ce moment particulier de l’histoire du pays. Ils encouragent les efforts diplomatiques comme solution éventuelle à la «tragédie». 

Vaticanews.va

 

La vidéo de la Semaine