Dimanche, 4 decembre 2022 01:03:53

Des extrémistes islamiques présumés déguisés en uniformes militaires ont rassemblé une foule de personnes dans la province mozambicaine de Nampula, puis ont séparé les chrétiens du groupe et leur ont lié les mains avant de leur trancher la gorge, a déclaré un évêque catholique.

L'évêque Alberto Vera Aréjula de Nacala a raconté cette semaine au groupe catholique Aide à l'Église en Détresse les meurtres survenus le mois dernier, comme le lui a raconté l'un des survivants chrétiens qui a réussi à fuir.

Le survivant a dit à l'évêque que les terroristes étaient vêtus d'uniformes militaires et qu'ils ont rassemblé des gens disant qu'ils étaient là pour les sauver.

« Quand ils ont tous été réunis, ils ont commencé à demander qui est musulman et qui est chrétien. Ceux qui se sont identifiés comme chrétiens ont commencé à se lier les mains derrière le dos et à se trancher la gorge », a déclaré l'évêque.

L'évêque a déclaré que les meurtres avaient eu lieu dans la nuit du 6 septembre au lendemain, et que "11 personnes ont été assassinées au total et qu'elles ont laissé une traînée de destruction et beaucoup de peur".

Le 6 septembre, une religieuse italienne de 83 ans, sœur Maria de Coppi, a été tuée dans la ville de Chipene lorsque des hommes armés ont pris d'assaut l'enceinte d'une mission catholique et incendié des bâtiments, dont l'église et l'hôpital, selon des informations.

L'attaque a duré cinq heures alors que les militants ont saccagé et incendié l'église de la mission, l'école, le centre de santé, les habitations, la bibliothèque et les véhicules du diocèse de Nacala, a rapporté précédemment l'Aide à l'Église en Détresse. 

Aréjula a dit qu'il connaissait la religieuse, "et elle était l'image d'une mère, elle aidait vraiment tout le monde avec un amour et une humilité simples".

«Sœur Maria de Coppi était une infirmière qui aidait les enfants malnutris dans une petite pièce où il y avait du lait et de la farine, et ils ont également détruit cette pièce.

Selon des informations, les hommes armés fuyaient probablement les forces de sécurité du Mozambique, du Rwanda et de la Communauté de développement de l'Afrique australe. 

Au moins 24 pays ont envoyé des troupes pour soutenir la lutte contre les insurgés au Mozambique, dont l'armée a été accusée d'être corrompue et d'avoir 7 000 "soldats fantômes", selon la  BBC.

Les insurgés affiliés à l'État islamique dans le nord du Mozambique, un pays à majorité chrétienne, ont  déplacé à l'intérieur du pays  plus de trois quarts de million de personnes, selon les Nations Unies.

Dans la province côtière de Cabo Delgado, les extrémistes islamiques exploitent la crise après le déclenchement d'une guerre civile en 2017. La région est riche en gaz, rubis, graphite, or et autres ressources naturelles. Les manifestants ont manifesté à l'époque contre ce qu'ils disent être des profits allant à une élite du parti au pouvoir, le Frelimo, avec peu d'emplois pour les résidents locaux.

"En 2017, des insurgés djihadistes ont commencé dans la province de Cabo-Delgado, gagnant certains habitants parce qu'ils ont rendu des ressources aux villageois du gouvernement et n'ont tué personne",  a rapporté  plus tôt l'organisme de surveillance de la persécution basé aux États-Unis, International Christian Concern. "Cela n'a pas duré, cependant, car l'EI a commencé à incendier des villages chrétiens et à tuer ceux qui y vivaient."

Cabo Delgado est une région majoritairement musulmane où au moins 300 chrétiens ont été tués pour leur foi, selon la CPI. Il y a également eu plus de 100 attaques contre des églises dans la région.

En mars 2021, les États-Unis  ont qualifié  l'État islamique du Mozambique de "terroristes mondiaux spécialement désignés". ISIS-Mozambique est également connu sous le nom d'Ansar al-Sunna et connu localement sous le nom d'al-Shabaab. Le groupe aurait prêté allégeance à l'État islamique dès avril 2018 et aurait tué des centaines, voire des milliers de civils. 

En novembre 2020, des militants liés à l'État islamique ont  décapité  plus de 50 personnes, dont des femmes et des enfants, et en ont enlevé d'autres lors de raids du week-end dans les districts de Miudumbe et Macomia de la province de Cabo Delgado.

En décembre dernier, Human Rights Watch  a révélé  que les insurgés avaient réduit en esclavage plus de 600 femmes et filles, dont beaucoup avaient été maltraitées et vendues comme esclaves sexuelles pour aussi peu que 600 dollars.

CP

 

La vidéo de la Semaine