Paris ne décolère pas depuis que le gouvernement australien a rompu mi-septembre un contrat de 55 milliards d’euros pour la livraison de 12 sous-marins au profit des Américains. La divulgation il y a quelques heures dans la presse australienne d’un texto qu’aurait envoyé Emmanuel Macron au Premier ministre australien Scott Morrison aggrave encore la crise diplomatique. 

 

S’il on en croit le Daily Telgraph, Emmanuel Macron aurait posé à Scott Morrison cette question : « Dois-je m'attendre à de bonnes ou de mauvaises nouvelles » concernant le contrat sur les sous-marins ?. Un SMS qui aurait été envoyé deux jours avant la rupture du contrat et qui tendrait à prouver que le chef de l’État français se doutait d’une possible volte-face de l’Australie. 

Quelques heures avant cet article, Emmanuel Macron avait déclaré en marge du G20 qu’il « savait » que Scott Morrison lui avait menti dans cette affaire

Colère de la présidence française

Alors les révélations de la presse australienne sont-elles une réponse du berger à la bergère ? En tout cas elles suscitent la colère de la présidence française. Ces méthodes sont jugées « inacceptables » par une source proche du chef de l’État pour qui ce SMS « prouve qu’Emmanuel Macron ne savait pas » que le contrat allait être rompu.  

Alors que les relations entre les Américains et les Français se sont réchauffées après que Joe Biden a reconnu vendredi dernier la « maladresse » des États-Unis, les relations avec l’Australie continuent de se dégrader. 

La présence de Scott Morrison sur le sol européen pendant plusieurs jours pour le G20 de Rome et la COP26 de Glasgow aurait pu être l’occasion d’une rencontre bilatérale avec Emmanuel Macron mais il n’en a jusqu'ici jamais été question.

RFI

 

Les vidéos du Jour