Jeudi, 13 aout 2020 16:33:13

Le maire de Toronto, John Tory, présente une motion en faveur d'une réforme de la police, citant la nécessité d'éradiquer le « racisme systémique » et de mettre sur pied un meilleur système pour les personnes en détresse psychologique.

«Le racisme systémique continue à être un enjeu majeur à Toronto», admet le maire.

Il cite « l'anxiété » ressentie par nombre de résidents faisant partie des minorités visibles lorsqu'ils sont au volant, craignant d'être arrêtés sans raison et même d'être victimes de brutalité policière.

Le maire Tory a aussi fait référence en point de presse, jeudi, aux récentes interventions policières dans le Grand Toronto auprès de personnes en détresse psychologique qui se sont soldées par leur mort.

Parmi ces cas, celui de Regis Korchinski-Paquet, une femme noire ayant fait une chute mortelle d'un balcon après l'arrivée de la police. L'affaire a mené à des manifestations et l'Unité provinciale des enquêtes spéciales a ouvert une investigation.

«Un système dans lequel des personnes vulnérables perdent la vie après avoir appelé à l'aide n'est pas un système qui fonctionne», dit le maire.

M. Tory demande dans sa motion que la Ville étudie un autre modèle d'intervention dans de telles situations, soit une équipe qui n'inclurait pas de policiers.

Dans la foulée de l'affaire Korchinski-Paquet et de la mort de George Floyd aux États-Unis, nombre de Torontois ont appelé la Ville à amputer le budget du service policier et à consacrer ce financement plutôt à des programmes communautaires et de santé mentale.

Après avoir rejeté plus tôt ce mois-ci ces appels au définancement de la police, M. Tory a soutenu jeudi que des « changements sont nécessaires, et ce, immédiatement ».

Le maire demande dans sa motion que les fonctionnaires de la Ville produisent un rapport d'ici janvier 2021.

Le budget de la police à Toronto dépasse actuellement 1 milliard de dollars.

Le maire Tory n'a pas voulu chiffrer la part de cet argent qui devrait être consacrée à d'autres programmes, disant que la question nécessite une « analyse prudente ».

Il assure toutefois qu'il y aura des coupes dans le budget de la police et que des investissements « substantiels » seront faits dans les programmes communautaires et de santé mentale.

Lors de sa conférence de presse quotidienne, le premier ministre Doug Ford a rejeté catégoriquement l'idée de réduire le budget de la police. «Ce serait une terrible, terrible erreur», a-t-il lancé.

«Je ne crois pas au concept d'avoir moins de policiers dans les rues», a déclaré M. Ford, qui affirme qu'il manque 100 policiers au sein de la police de Toronto.

À son avis, il faut plutôt augmenter le budget de la police, hausser le financement des programmes de liaison communautaire et des services de santé mentale et améliorer la formation des agents. Le premier ministre estime que le fédéral devrait être appelé à contribuer financièrement à ces améliorations.

Élus municipaux divisés

La conseillère municipale Shelley Carroll incite ses collègues à voter à l'unanimité en faveur de la motion du maire lorsque le conseil municipal en débattra la semaine prochaine.

Le maire adjoint et conseiller municipal Michael Thompson

© /Radio-Canada Le maire adjoint et conseiller municipal Michael Thompson

Le maire adjoint et conseiller municipal Michael Thompson appuie lui aussi la réforme proposée par M. Tory. Il dit que l'objectif du maire n'est pas d'amputer simplement le budget de la police, mais de modifier les tâches des policiers.

Des critiques soulignent toutefois que la nouvelle unité d'intervention sans agents prônée par le maire pour les personnes en détresse psychologique exclut tout cas où il y a violence ou une arme, ce qui est une définition trop large, selon nombre d'observateurs. Ces derniers citent entre autres l'exemple d'Andrew Loku, qui a été abattu par la police en 2015 alors qu'il brandissait un marteau dans le corridor d'un immeuble d'appartements.

Pour sa part, le conseiller Josh Matlow, qui a proposé de réduire de 10 % le budget de la police, qualifie la motion du maire « d'insuffisante ».

Il souligne que cette motion ne prévoit aucun changement budgétaire cette année. Il dénonce notamment le plan de la police de «dépenser des dizaines de millions de dollars supplémentaires pour des caméras d'intervention».

Plus tôt cette semaine, le Centre de toxicomanie et de santé mentale de Toronto (CAMH) a appelé à une réforme de la police pour ne plus que des agents aient à répondre aux appels concernant des personnes en détresse psychologique.

Un groupe de plus de 50 docteurs a par ailleurs écrit à la mairie de Toronto jeudi pour demander aux élus d'amputer le budget de la police et de financer plutôt des programmes communautaires, qualifiant la situation actuelle de « crise de santé publique ».