Samedi, 19 septembre 2020 15:11:04

La situation entourant la pandémie de COVID-19 évolue constamment, et de nouvelles mesures sont annoncées presque chaque jour. Retrouvez ici les principales sources d’information qui répondent à la plupart des questions 

PRÉCAUTIONS À PRENDRE

Quelles précautions dois-je prendre ?

Il faut savonner ses mains au moins 20 secondes avec de l’eau tiède, puis les sécher avec une serviette propre. Vous pouvez également utiliser un désinfectant à base d’alcool si vous n’avez pas accès à de l’eau et à du savon. Le lavage des mains doit se faire après avoir manipulé des sécrétions respiratoires ou avoir touché à des surfaces possiblement contaminées et avant de toucher son visage ou celui de ses enfants.

Limitez tout contact avec des personnes présentant des symptômes ou de retour de voyage depuis moins de 14 jours.

Soyez attentif à l’apparition de tout symptôme respiratoire.

Combien de temps la COVID-19 survit-elle sur des objets ?

En général, le virus ne survit pas longtemps sur les objets : trois heures environ sur les objets avec des surfaces sèches ; 6 jours sur des objets avec des surfaces humides.

Le port du masque est-il efficace ?

Les masques ne constituent pas un outil de protection efficace pour la population générale au Québec. Leur utilisation est plutôt indiquée pour les patients chez qui une infection est soupçonnée ainsi que pour les professionnels de la santé qui les soignent.

Dois-je éviter tout lieu public ?

Chaque personne est invitée à limiter au maximum la durée de ses présences dans les lieux publics. Si une personne se rend dans un lieu public, elle est invitée à respecter les consignes sanitaires habituelles.

Les animaux peuvent-ils transmettre la COVID-19 ?

Au Québec, aucune évidence ne suggère un risque d’infection des humains par les animaux ou par des produits animaux. il n’existe aucune preuve que les animaux de compagnie et d’élevage jouent un rôle dans la propagation du virus.

PERSONNES AVEC SYMPTÔMES

Où dois-je appeler si j’ai des symptômes ?

Il faut appeler le 1-877-644-4545 pour obtenir un rendez-vous de dépistage en cas de symptômes respiratoires.

Comment protéger les membres de ma famille si j’ai des symptômes ?

Il est recommandé que les adultes malades s’isolent dans une pièce, si un autre adulte peut prendre soin des enfants de la maison. Idéalement, cette personne ne devrait pas partager la même salle de bain que le reste de la famille.

Il est important que le reste de la famille demeure en isolement à la maison. Les jeux à l’extérieur entre frères et sœurs sont toutefois permis.

Portez une attention particulière aux surfaces qui pourraient être infectées. Par exemple, bien nettoyer toutes les surfaces que l’on manipule souvent : poignées de porte, robinets, comptoirs.

Consultez les « Consignes à suivre pour l’isolement à la maison »

Vous avez des symptômes ou besoin d’informations ?

Québec – Ligne d’information générale COVID-19

1-877-644-4545 Du lundi au vendredi, de 8 h à 18 h

Canada – informations sur la COVID-19

1-833-784-4397

Que faire si mon enfant ressent des symptômes ?

Il faut appeler le 1877 644-4545 pour obtenir un rendez-vous de dépistage. Toute la famille doit rester en isolement à la maison. Les frères et sœurs doivent multiplier les lavages de mains. Les jouets doivent être régulièrement nettoyés. L’enfant peut jouer à l’extérieur, mais uniquement avec ses frères et sœurs et en présence d’adultes. Appelez le 911 si l’état de votre enfant nécessite une intervention immédiate.

QUESTIONS SUR LES ENFANTS

Quels sont les symptômes chez les enfants ?

Ils s’apparentent à ceux de la grippe, explique le CHU Sainte-Justine sur son site. De la toux, de la fièvre, la gorge irritée, de la difficulté à respirer. Les symptômes sont les mêmes que chez les adultes. En revanche, les statistiques démontrent que les enfants qui ont contracté le virus souffrent de symptômes bénins. La gravité de la maladie augmente avec l’âge. Cela dit, les enfants demeurent contagieux, et ce, même si leur état général est bon et qu’ils ont de l’énergie. Leur entourage doit donc demeurer vigilant afin de limiter les risques de contracter le virus et de devenir gravement malade. La COVID-19 peut être particulièrement grave chez les personnes âgées.

Puis-je laisser mes enfants jouer avec un ou deux amis ?

DAlex Carignan, infectiologue : Plus le temps passe, plus on recommande de rester à la maison et d’éviter les contacts avec d’autres personnes, et ça inclut les enfants. Le risque de transmission dans la communauté augmente. Les contacts étroits entre enfants sont à éviter le plus possible. On sait que le risque de complications est moindre chez les enfants, mais ils peuvent être des vecteurs de transmission de la COVID-19. Donc, le jeu avec les amis est à éviter, même à l’extérieur.

Mon enfant a un déficit immunitaire. Quelles précautions prendre ?

Les données à ce jour ne semblent pas démontrer une augmentation du risque de maladie sévère chez les personnes immunocompromises, mais pour un avis médical précis, il faut parler à son médecin traitant.

Il faut, bien sûr, tenter d’éviter l’infection. Si vous ou votre conjoint/e contracte la COVID-19, il serait alors important de vous assurer que cet adulte puisse s’isoler dans une chambre, qu’il porte un masque, s’il se trouve à l’extérieur de la chambre, qu’il se lave rigoureusement les mains après tout contact avec des sécrétions respiratoires et qu’une distance de deux mètres sépare la personne malade de l’enfant.

Que dire aux enfants ?

Il faut éviter de laisser les enfants écouter les informations. Même entre 6 et 12 ans, les parents devraient filtrer ce que les enfants écoutent et veiller à ne pas leur montrer d’images angoissantes, selon la Dre Evangelia Lila Amirali, médecin-psychiatre et chef du département de psychiatrie au CHU Sainte-Justine. Il faut par contre, comme parents, se montrer très ouverts à toutes leurs questions et y répondre sans fausses promesses qu’on ne peut pas tenir, ajoute-t-elle.

La psychologue Geneviève Beaulieu-Pelletier rappelle que les enfants écoutent ce que les adultes se disent « et ils captent aussi toutes les émotions ».

Consultez le site du CHU Sainte-Justine

QUESTIONS SUR LES PERSONNES ÂGÉES

Est-il vrai que les personnes âgées de 70 ans et plus ne devraient pas aller dehors pour une marche ?

DCarignan : Ce que l’on doit éviter, ce sont les contacts étroits entre personnes. Il n’y a pas de risque de contracter la maladie au grand air. Il peut même être salutaire de sortir prendre l’air dans ce contexte d’isolement social, tout en gardant évidemment une distance d’un à deux mètres entre les personnes.

Que faire si une personne âgée refuse de faire attention ?

La FADOQ insiste auprès des personnes âgées qui refusent de se plier à la demande de confinement du gouvernement du Québec : la situation est sérieuse et il faut respecter cette demande.

Ces consignes ont été données pour le bien des aînés, pour leur santé, eux qui peuvent être plus vulnérables à la COVID-19.

Est-il possible d’aller livrer de la nourriture ou des biens essentiels à des personnes qui sont dans les hôpitaux, les CHSLD, les ressources intermédiaires de type familial pour les aînés et les adultes vulnérables et les résidences privées pour aînés ?

Il est possible d’aller livrer de la nourriture ou des biens essentiels dans des hôpitaux ou des résidences pour personnes âgées en évitant tout contact avec les personnes qui y sont et en quittant immédiatement après avoir remis la nourriture ou les biens à un membre du personnel à l’accueil.

En tout temps, il importe de conserver une distance entre les personnes, d’éviter les contacts directs et de respecter les règles d’hygiène habituelles lorsque vous toussez ou éternuez.

Je suis un grand-parent qui veut garder ses petits-enfants pendant que les parents travaillent ou font du télétravail. Est-ce une bonne idée ?

Bien que les grands-parents soient souvent sollicités à titre de gardiens de dépannage pour leurs petits-enfants, le gouvernement du Québec demande aux familles, dans le contexte actuel, de trouver des solutions alternatives qui n’impliquent pas des grands-parents qui sont âgés de plus de 70 ans ou qui sont malades.

Consultez la section à ce sujet sur le site du gouvernement du Québec

Consultez le site de la FADOQ

FEMMES ENCEINTES

Je suis enceinte. La COVID-19 présente-t-elle un risque pour ma grossesse ?

Normalement pas. Il y a eu cette exception d’un bébé, à Londres, qui est né cette semaine avec la COVID-19. Mais normalement, une femme enceinte ne semble pas pouvoir transmettre le virus à son bébé pendant la grossesse. Si vous êtes enceinte et croyez avoir contracté la COVID-19 (vous éprouvez des symptômes et êtes de retour de voyage ou vous avez été en contact avec une personne infectée), il est recommandé de contacter le 1877 644-4545 afin d’obtenir un rendez-vous de dépistage et d’aviser immédiatement le professionnel de la santé qui effectue votre suivi de grossesse.

Consultez le site du CHU Sainte-Justine

BÉBÉS ET ALLAITEMENT

Puis-je allaiter mon bébé si j’ai des symptômes ?

Oui, si tel est votre souhait et que vous vous sentez assez en forme pour le faire. La COVID-19 ne se transmet pas par le lait maternel. Vous devez toutefois prendre les précautions suivantes :

-Lavez vos mains rigoureusement avant d’allaiter

-Portez un masque

-Changez vos vêtements pour éviter que votre bébé ne soit en contact avec des sécrétions

-Lavez vos seins si vous croyez qu’ils ont pu être en contact avec des sécrétions

Entre les allaitements, gardez une distance de deux mètres entre vous et votre bébé.

VIE SEXUELLE

Si les jeunes doivent éviter les « échanges de fluides », qu’en est-il des adultes vivant ensemble qui respectent les consignes de la santé publique ?

DAlex Carignan : Si ce sont deux personnes qui s’isolent ensemble et qui n’ont pas de contacts avec d’autres personnes, il n’y a pas de contre-indication pour les baisers, ni pour les câlins ni pour les relations sexuelles.

VOYAGES

Avec ma famille, je suis de retour de voyage. Puis-je sortir ?

Un isolement volontaire de 14 jours est recommandé à toutes les personnes revenues de l’étranger le 12 mars 2020 ou à une date ultérieure.

Cet isolement est obligatoire pour tous les employés de la fonction publique et pour tout le personnel de la santé, de l’éducation et des services de garde, privés et publics, qui reviennent de l’étranger.

Les personnes qui sont en isolement volontaire doivent rester à la maison, surveiller leurs symptômes et appeler au 1-877-644-4545 si elles ont de la toux ou de la fièvre. Certaines pratiques sont également recommandées, si elles habitent avec d’autres personnes qui n’ont pas voyagé.

Si je suis à l’étranger, dois-je rentrer immédiatement au pays ?

Le gouvernement du Québec suggère aux personnes qui sont à l’étranger de revenir au pays dans la mesure du possible. Consulter la section « Conseils aux voyageurs » du gouvernement du Canada (voyage.qc.ca)

Pourrai-je me faire rembourser les dépenses déjà encourues pour un voyage à l’étranger que je dois annuler ?

Pour l’instant, il n’y a pas de programme prévu pour le remboursement des programmes de voyage à l’étranger. Chacun doit voir avec son agence de voyages ou son assurance-voyage.

TRAVAIL

Je travaille dans le secteur privé et je dois me placer en isolement volontaire. Mon employeur peut-il me congédier ?

Le gouvernement du Québec invite les employeurs à faire preuve de compréhension et de souplesse envers un employé qui revient de voyage ou qui présente des symptômes.

Je travaille dans une entreprise privée et nous sommes environ 40 personnes dans les bureaux (avec environ 30-40 clients sur place par jour). Plusieurs personnes auraient la possibilité de faire du télétravail, mais l’employeur préfère que nous soyions présents physiquement. Y aura-t-il bientôt un règlement plus sévère du gouvernement provincial ou fédéral à cet effet ?

MSarto Veilleux, avocat spécialisé en droit du travail : Il n’y a actuellement pas d’obligation de faire faire du télétravail à ses employés. L’employeur doit mettre en place des processus d’hygiène, de distanciation, de détection de symptômes qui feront en sorte que les employés soient protégés.

L’employeur de mon conjoint (une PME) a fermé l’entreprise pour deux semaines et leur demande de prendre leurs vacances, s’il leur en reste, ou d’en prendre à leurs frais. Est-ce légal ? N’aurait-il pas eu droit à l’assurance-emploi pour mise à pied temporaire ?

MSarto Veilleux : Non, [ce n’est pas légal]. La paie de vacances doit servir pour la prise de vacances. Une mise à pied n’est pas une prise de vacances.

Si un employé a un système immunitaire fragile à cause d’une maladie chronique et qu’il travaille dans un magasin et est âgé de 63 ans, aurait-il le droit de refuser d’aller au travail ?

MSarto Veilleux : Avec les mesures de protection dictées par le gouvernement, les risques de contraction du virus dans les milieux de travail sont généralement très minimes. Une personne qui a des problèmes de santé ne doit pas automatiquement être relevée de ses fonctions. Tout dépend du travail, des tâches effectuées. Dans ces circonstances, un billet médical pourrait être requis.

Une directive générale sera-t-elle émise concernant le télétravail des fonctionnaires ?

Ces décisions sont prises par les directions des ressources humaines des différents ministères, qui reçoivent l’information du Secrétariat du Conseil du trésor. Les besoins et la capacité d’offrir la possibilité de travailler à distance diffèrent d’un ministère ou organisme à l’autre.

Mon employeur est-il tenu de protéger la santé des travailleurs ?

L’employeur doit prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l’intégrité physique du travailleur. Il doit mettre en œuvre des mesures d’identification, de contrôle et d’élimination de ce risque biologique. À titre d’exemple, l’employeur doit appliquer les mesures d’hygiène nécessaires pour limiter la propagation du virus. Il peut aussi adopter une pratique de travail favorisant la distance sociale pour minimiser les risques. Cette pratique peut inclure des moyens tels :

éviter les réunions face à face non essentielles ; utiliser des outils technologiques pour les communications avec et entre les travailleurs ; favoriser le télétravail.

L’employeur peut également se doter d’une politique sur la présence au travail du personnel présentant des signes et symptômes de l’infection en contexte de pandémie. Les travailleurs devraient être informés de la conduite à suivre dès l’apparition des symptômes.

Quant au travailleur, il lui appartient de prendre les mesures nécessaires pour se protéger

Un employé peut-il être congédié s’il refuse d’aller travailler dans un endroit à risque ?

Dans le cas d’un refus de travail, un inspecteur de la CNESST déterminera dans les plus brefs délais s’il existe un danger ou non sur les lieux de travail en question.

Consultez le site de la CNESST

Consultez le site de l’assurance-emploi (Canada)

Consultez le site du Programme d’aide temporaire aux travailleurs (Québec)

PERSONNES À RISQUE

Est-ce vrai que la COVID-19 ne touche pas que les personnes âgées, finalement, mais qu’elle touche aussi des personnes plus jeunes ?

Des données émanant des Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis ont semé quelques inquiétudes, jeudi. Selon ces données, sur 508 patients hospitalisés aux États-Unis, environ 20 % étaient âgés de 20 à 44 ans et 18 % avaient de 45 à 54 ans. Le président Donald Trump a mis en garde les jeunes qui sont nombreux, selon lui, « à se sentir invincibles » et à continuer de se rassembler, particulièrement en cette période de spring break. Au Québec, rappelons que nous n’en sommes encore qu’à un décès, une personne âgée qui avait des problèmes de santé. Les personnes âgées présentant des problèmes de santé demeurent les plus vulnérables, mais personne n’est immunisé et la prudence s’impose.

HÔPITAUX

Faut-il se rendre aux rendez-vous prévus ?

Il est plus prudent de tenter de se faire confirmer son rendez-vous avant de se déplacer. De très nombreux médecins se sont mis au télétravail et font des consultations téléphoniques. À l’instar de plusieurs autres hôpitaux, le Centre universitaire de santé McGill reporte plusieurs rendez-vous jugés non urgents et demande aux patients de ne pas se présenter sur place s’ils jugent que leur cas n’est pas urgent.

Une amie est hospitalisée. Puis-je lui rendre visite ?

Les hôpitaux interdisent présentement les visites, sauf pour des motifs humanitaires, comme la fin de vie. Plusieurs personnes hospitalisées se retrouvent donc isolées et ont grand besoin de coups de fil, tout comme les personnes âgées.

AIDE GOUVERNEMENTALE AUX ENTREPRISES

Mon entreprise sera-t-elle admissible à une aide gouvernementale ?

Le gouvernement québécois a annoncé un plan d’aide de 2,5 milliards, un budget qui pourrait être haussé au besoin. Des prêts et des garanties de prêts à des taux avantageux sont prévus. Pour être admissibles, les entreprises (y compris les coopératives, les OSBL et les entreprises d’économie sociale réalisant des activités commerciales) pouvant bénéficier d’un appui financier devront notamment prouver que le ralentissement qu’elles ont subi est réellement lié à la pandémie et elles devront démontrer qu’elles sont viables une fois celle-ci passée. Les entreprises qui ont des marges de crédit ou toute forme de prêt et qui ont besoin de liquidités doivent d’abord parler avec leur banquier.

Où appeler pour avoir une aide gouvernementale pour mon entreprise ?

Les entreprises admissibles souhaitant obtenir plus d’informations ou se prévaloir de ce financement peuvent composer le 1844 474-6367 ou le numéro de téléphone de leur bureau régional.

Consultez la page du PACTE (Québec)

Consultez le Plan d’intervention économique du Canada

IMPÔTS

Tant Québec qu’Ottawa ont pris des mesures concernant la remise de la déclaration de revenus 2019. Le paiement du solde dû comme celui des acomptes provisionnels a notamment été repoussé de plusieurs semaines. Si le site de Revenu Québec met à la disposition des citoyens un très bon document questions-réponses sur le sujet, le site de l’Agence de revenu du Canada (ARC) tarde à se mettre à jour. Pour avoir un aperçu de la « souplesse » de l’ARC, il faut consulter les grandes lignes du « Plan d’intervention économique » fédéral pour répondre à la pandémie, dans lequel se trouvent quelques paragraphes sur le sujet.

Consultez le site de Revenu Québec

Y aura-t-il pénuries alimentaires ?

Si les rayons vides des épiceries ont pu faire craindre le pire aux consommateurs, dans les faits, la capacité logistique et d’entreposage au pays n’a jamais été aussi musclée et les Canadiens n’ont absolument pas à s’inquiéter, rapporte La Presse canadienne. Selon Sylvain Charlebois, directeur principal du Laboratoire de sciences analytiques en agroalimentaire de l’Université Dalhousie, en Nouvelle-Écosse, la ruée observée ces derniers jours a entraîné une certaine rareté parce que le modèle d’approvisionnement est basé sur le « juste à temps ». Mais des réserves, il y en a, en quantité tout à fait suffisante, et il serait étonnant que les épiceries profitent de l’inquiétude ambiante pour augmenter leurs prix.

Des commerces seront-ils bientôt fermés par précaution ?

Contrairement à ce que veut la rumeur, la SAQ ne fermera pas ses portes. Oui, l’argent comptant sera désormais refusé et l’achat en ligne est encouragé, mais les succursales demeurent ouvertes. Les grandes chaînes d’épicerie et les quincailliers réduisent leurs heures, essentiellement pour permettre aux employés de regarnir les rayons.

RÉFÉRENCES GÉNÉRALES

Deux points de rendez-vous incontournables

Des dernières consignes livrées par les autorités de santé publique aux mesures de soutien aux travailleurs, toute l’information gouvernementale se concentre sur deux points de rendez-vous principaux, l’un pour le Québec, l’autre pour le Canada.

Consultez la page de la COVID-19 au Québec

Consultez la page de la COVID-19 au Canada

Sources : gouvernement du Québec, CHU Sainte-Justine, FADOQ, gouvernement du Canada

La Presse