La fusée Soyouz-2.1b a décollé avec succès à 1 h 14 heure de Moscou (22 h 14 GMT) du cosmodrome russe de Vostotchny, en Extrême-Orient, a indiqué dans un communiqué l'agence spatiale russe Roscosmos.

«Tous les satellites ont été placés avec succès sur les orbites cibles et remis sous le contrôle du client», a-t-elle ajouté.

Il s'agit du deuxième lancement de satellites OneWeb cette année, le précédent ayant eu lieu le 25 mars avec 36 engins placés en orbite. Plusieurs autres lancements avaient eu lieu en 2020 et 2019.

Oneweb, détenu par le gouvernement britannique avec l'indien Bharti, prévoit un internet mondial opérationnel fin 2022 grâce à 650 satellites en orbite.

Selon un contrat avec l'européen Arianespace confirmé en septembre 2020, 16 lancements de Soyouz sont prévus entre décembre 2020 et fin 2022 pour achever le réseau Oneweb.

Plusieurs projets pour mettre en place des constellations fournissant un internet global depuis l'espace sont en cours de réalisation. 

Le milliardaire américain Elon Musk, patron de la société spatiale SpaceX, a lui déjà mis en orbite à cette fin un millier de satellites pour créer le réseau Starlink.

Le fondateur d'Amazon, Jeff Bezos a lui un projet similaire baptisé Kuiper.

Le lancement de lundi a eu lieu depuis le cosmodrome de Vostotchny, dont la construction en Russie a été émaillée d'innombrables scandales de corruption et de retards. 

Située en Extrême-Orient, près de la frontière avec la Chine, cette base de lancement est appelée, à terme, à remplacer celle de Baïkonour que Moscou loue au Kazakhstan depuis la chute de l'URSS en 1991.

Journal de Montréal