L’avis, qui ne précise pas la cause de sa mort, résume la longue carrière de ce médecin new-yorkais, lui-même fils de médecin, sans mentionner le président américain.

Le nom du Dr Bornstein avait été associé publiquement à celui de Donald Trump pour la première fois en décembre 2015, lorsque celui qui était alors candidat à la Maison-Blanche avait publié un bref bulletin de santé dans lequel son médecin depuis 1980 le décrivait comme étant « en excellente santé ».

« S’il était élu, je peux affirmer sans équivoque que M. Trump sera l’individu en meilleure santé jamais élu à la présidence », ajoutait le bulletin, sans fournir aucune preuve appuyant cette assertion.

En mai 2018, le Dr Bornstein, un gastroentérologue qui avait son cabinet sur Park Avenue, non loin de Central Park, avait cependant expliqué que Donald Trump lui avait « entièrement dicté cette lettre », rédigée à la hâte pendant qu’une voiture de Donald Trump l’attendait.

Ce médecin un brin excentrique, père de cinq enfants, avait espéré un temps suivre Donald Trump à la Maison-Blanche. Mais ses espoirs avaient été douchés après qu’il eut révélé au New York Times que M. Trump prenait des médicaments pour la repousse des cheveux.

Cette révélation lui avait valu de voir trois proches du milliardaire débarquer dans son cabinet en février 2017 et s’emparer de tous les dossiers concernant le locataire de la Maison-Blanche, avait-il affirmé.

« Ils ont dû rester 25 à 30 minutes. Ça a été un vrai chaos », avait-il raconté, ajoutant s’être senti « violé, effrayé et triste ».  

L’avis de décès précise que ses obsèques devaient avoir lieu dans l’intimité en raison de la pandémie.

La Presse