Mercredi, 27 janvier 2021 06:28:15

Le Soudan a  rejoint une liste d'autres pays du Moyen-Orient pour signer un accord de paix avec Israël. Cela a été accompli grâce aux Accords d'Abraham négociés par les États-Unis, qui ont déjà vu la signature  des Émirats arabes unis et de Bahreïn.

La signature a eu lieu mercredi à l'ambassade des États-Unis à Khartoum, au Soudan. Les pays sont déjà parvenus à un accord informel en octobre, mais il n'a été finalisé que la semaine dernière en raison d'un parlement de transition au Soudan.

Le secrétaire au Trésor Steve Mnuchin a signé au nom des États-Unis. Et pour le Soudan, le ministre soudanais de la Justice Nasereldin Abdelbari a signé au nom du pays. Cette signature intervient après que les États-Unis ont retiré le Soudan de leur liste d’États parrains du terrorisme et que les États-Unis ont également promis au Soudan un prêt d’un milliard de dollars.

En  octobre , le président Trump a déclaré à propos du pays: "Ils choisissent un avenir dans lequel Arabes et Israéliens, musulmans, juifs et chrétiens peuvent vivre ensemble, prier ensemble et rêver ensemble, côte à côte, dans l'harmonie, la communauté et la paix. . "

Tony Perkins, président du Family Research Council et ancien président de la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale, a  déclaré à propos du Soudan : "Il est réconfortant de voir un esprit d'optimisme prudent imprégner tant de nos conversations avec le gouvernement, les religieux et représentants de la société civile au Soudan. Nous remercions le Premier Ministre Hamdok et les autres membres de la direction de transition audacieuse du pays qui ont rencontré l'USCIRF pour exprimer leur désir explicite d'instaurer une nouvelle ère d'ouverture et d'inclusivité dans leur pays qui a souffert pendant 30 ans de la brutalité et répression religieuse autocratique. "

Les  Accords d'Abraham sont un accord écrit appelant à la paix au Moyen-Orient ainsi qu'au "respect de la dignité humaine et de la liberté, y compris la liberté religieuse". En outre, les accords visent à mettre fin à la radicalisation et aux conflits «pour offrir à tous les enfants un avenir meilleur».

Photo courtoisie: © Getty Images / Oleksii Liskonih / CL