Les autorités indonésiennes, qui ont annoncé avoir localisé les deux boîtes noires du Boeing 737-500, ont repêché les restes de certaines victimes.

Près d'un jour après la disparition d'un Boeing 737-500 au large de la capitale indonésienne Djakarta, les boîtes noires de l'avion ont été localisées. « Nous avons localisé la position des boîtes noires, toutes les deux », a indiqué Soerjanto Tjahjanto, chef du comité de sécurité des transports indonésiens. « Les plongeurs vont commencer à les chercher et j'espère que cela ne prendra pas longtemps avant de les récupérer », a-t-il ajouté. Quelques heures plus tôt, un navire de la marine avait détecté un signal provenant de l'appareil. Une équipe de plongeurs a commencé à descendre et a trouvé des débris à 23 mètres de profondeur environ, a indiqué Hadi Tjahjanto, le commandant des forces armées indonésiennes, cité par le ministère des Transports. Le ministère n'a pas précisé si le signal provenait des boîtes noires de l'appareil.

Les secours ont par ailleurs indiqué avoir récupéré cinq sacs contenant des restes humains. De premiers débris ont été rapportés au principal port de Jakarta, dont un pneu d'avion et un vêtement rose d'enfant, a observé une journaliste de l'Agence France-Presse. Des centaines de membres des services de secours, de la marine, 10 navires de guerre, des hélicoptères et des plongeurs participent en mer aux recherches. 

Une chute brutale

L'appareil de Sriwijaya Air reliant Djakarta à Pontianak, sur la partie indonésienne de l'île de Bornéo, a perdu le contact avec les contrôleurs aériens samedi peu après 14 h 40 heure locale (7 h 40 GMT), quelque 4 minutes après le décollage. Le lieu de l'accident présumé du Boeing se situe près d'îles touristiques, juste au large de Djakarta. Cinquante passagers et les douze membres de l'équipage se trouvaient à son bord. Les familles des passagers attendaient des nouvelles dans l'angoisse. « J'ai quatre membres de ma famille dans l'avion – ma femme et mes trois enfants – », a raconté, en larmes, Yaman Zai, qui les attendait à l'aéroport de Pontianak. « Ma femme m'a envoyé une photo du bébé aujourd'hui. (…) Comment mon cœur pourrait-il ne pas être brisé ? » a-t-il indiqué à l'Agence France-Presse dimanche soir.

Selon les données du site Internet FlightRadar24, l'appareil a atteint une altitude de près de 11 000 pieds (3 350 mètres) avant de chuter brutalement à 250 pieds. Il a alors perdu le contact avec la tour de contrôle. Le ministre indonésien des Transports, Budi Karya Sumadi, a indiqué samedi que l'appareil avait semblé dévier de sa trajectoire juste avant de disparaître des radars. Des pêcheurs qui se trouvaient près du site, cités par CNN Indonesia et d'autres médias locaux, ont dit avoir entendu au moins une explosion au moment de l'accident, ce que les autorités n'ont pas confirmé. 

« Trop tôt pour conclure quoi que ce soit »

Le ministre indonésien des Transports, Budi Karya Sumadi, a indiqué samedi que l'appareil avait semblé dévier de sa trajectoire juste avant de disparaître des radars. Le mauvais temps, une erreur de pilotage ou des problèmes techniques ont pu être des facteurs dans cet accident, a estimé Gerry Soejatman, un analyste de l'aviation basé à Jakarta. « Mais il est encore trop tôt pour conclure quoi que ce soit », a-t-il précisé. Les boîtes noires qui ont été localisées devraient permettre d'en savoir davantage sur les causes du crash.

En octobre 2018, 189 personnes sont mortes dans le crash d'un Boeing 737 MAX qui s'est abîmé dans la mer de Java quelque 12 minutes après son décollage. L'avion de Sriwijaya n'appartient pas à la nouvelle génération controversée de Boeing 737 MAX, mais est un Boeing 737 « classique », vieux de 26 ans.

Le Point 

 

Articles similaires Israël & Monde