Mercredi, 21 octobre 2020 23:30:36

De nouvelles mesures de restriction sont attendues pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus au Royaume-Uni, où le premier ministre Boris Johnson doit détailler sa stratégie devant les députés lundi. 

Accusé de ne pas suffisamment informer les parlementaires de ses plans pour lutter contre le virus, le gouvernement a cette fois préparé le terrain.

Le conseiller stratégique de Boris Johnson, Edward Lister, a écrit aux députés du nord-ouest de l’Angleterre, particulièrement touché par la pandémie, pour les prévenir qu’il était « très probable » que des règles plus strictes soient appliquées dans « certaines régions ». 

« Le gouvernement discutera d’un ensemble de mesures avec les élus locaux qui présentent toutes des choix difficiles », ajoute-t-il dans cette lettre.

Le gouvernement a aussi annoncé vendredi que le mécanisme de soutien à l’emploi annoncé il y a deux semaines et qui n’était ouvert qu’aux salariés travaillant à temps partiel allait « être élargi aux entreprises qui doivent légalement rester fermées à cause des restrictions imposées par le gouvernement » face au virus.

Les employés de ces entreprises seront indemnisés à hauteur des deux tiers de leur salaire habituel jusqu’à 2 100 livres (3 587 dollars canadiens) mensuelles. Les entreprises elles-mêmes ne devront verser que les contributions à la sécurité sociale et aux retraites. 

La mise en place d’un système à plusieurs niveaux de restrictions, selon la gravité de propagation du virus, est attendue, le maire de Liverpool (nord), Joe Anderson, s’attendant à ce qu’un « confinement local » vise sa ville, qui compte près de 600 cas pour 100 000 habitants. Il s’attend à ce que la mesure soit promulguée dès « mardi » au Parlement, a-t-il dit à la BBC samedi.

La propagation du virus s’est accélérée ces derniers jours au Royaume-Uni. La ville de Nottingham, la plus touchée d’Angleterre compte 760,6 cas pour 100 000 personnes — une forte augmentation comparée aux 158,3 cas pour 100.000 enregistrés la dernière semaine de septembre.

Le Royaume-Uni, le plus durement touché en Europe avec plus de 42 000 morts, a enregistré plus de 17 000 nouveaux cas jeudi et près de 14 000 nouveaux cas vendredi.

En Écosse, les pubs et cafés de cinq régions d’Écosse, comprenant les deux villes principales de Glasgow et Édimbourg, ont été contraints de fermer vendredi pour un peu plus de deux semaines, sur décision du gouvernement local.

 

Le Journal de Montréal

 

Articles similaires Israël & Monde