Mercredi, 20 octobre 2021 08:47:51

La commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Église (Ciase) en France a estimé qu'au moins 216 000 mineurs avaient été victimes de tels actes depuis 1950. Entre 2900 et 3200 religieux sont accusés d'agressions sexuelles

C'est un rapport accablant, résultat de deux ans et demi de travaux de la Commission indépendante sur les abus dans l'Église qui a été rendu public ce mardi matin. Il révèle l'ampleur des abus sexuels dans l'Église de 1950 à aujourd'hui. Quelque 216 000 personnes ont fait l'objet de violences ou d'agressions sexuelles quand elles étaient mineures de la part de clercs ou de religieux catholiques en France.

« Une indifférence profonde »

Un chiffre qui grimpe à 330 000 si l'on ajoute les agresseurs laïcs travaillant dans des institutions de l'Église catholique, comme les aumôneries ou les mouvements de jeunesse. Et le problème est loin d'être réglé, selon le président de cette Commission.Il apparaît que l'Eglise catholique est, après les cercles familiaux, le milieu où la prévalence des agressions est significativement la plus élevée devant l'école, les accueils collectifs de mineurs, ce qu'on appelle les colonies, les camps de vacances et devant le sport...

Jean-Marc Sauvé, président de la Commission indépendante sur les abus dans l'Eglise

Jean-Marc Sauvé estime que l'institution religieuse « jusqu'au début des années 2000 a fait preuve d'une indifférence profonde, et même cruelle à l'égard des victimes ».

Alors après avoir dressé ce constat, toute la question est maintenant de savoir comment l'Église va reconnaître sa responsabilité. Car pour près de 9 agressions sur 10, les faits ne peuvent plus être traduits en justice pour cause de prescription. C'est donc à l'Église et à elle seule de trouver un moyen de parler à ces victimes. Une « réparation » financière est préconisé.

Vives réactions

Ce mardi matin, le président de la Conférence des évêques de France, Eric de Moulins-Beaufort, a exprimé « sa honte », « son effroi » et demande « pardon » aux victimes. 

François Devaux, figure de la libération de la parole des victimes, cofondateur de l'association La Parole libérée, s'est exprimé en introduction de la conférence de la commission. Il a déclaré n'avoir « aucun doute » sur ce que le rapport Sauvé allait « révéler » : « Je sais que c'est de l'enfer que vous revenez », a-t-il lancé, évoquant « ce qui ressemble à s'y tromper à une fosse commune des âmes déchiquetées de l'Église ».

Un communiqué signé par six collectifs de victimes dit attendre « des réponses claires et tangibles » de la part de l'institution religieuse après la publication du rapport. 

 


Soutenir Info Média Christ à continuer de diffuser


RFI