Mercredi, 20 octobre 2021 09:10:33

L'ancien archevêque de Canterbury, Lord Williams d'Oystermouth, s'est prononcé fermement contre le suicide assisté.

Les parlementaires envisagent à nouveau de modifier la loi pour autoriser le suicide assisté, après avoir déjà rejeté une tentative en 2015.

Dans une déclaration au British Medical Journal, Williams a déclaré qu'il était "difficile de voir que de nouveaux faits sont apparus ces dernières années qui justifieraient les changements envisagés".

"Les arguments restent essentiellement les mêmes", a-t-il déclaré. 

L'ancien archevêque a déclaré que même s'il s'opposait à la légalisation du suicide assisté « par principe religieux », il existait d'autres motifs solides pour maintenir une interdiction légale. 

"Les inquiétudes qui continuent d'être exprimées concernent ce que nous pensons être le prix inacceptablement élevé d'une modification de la loi", a-t-il déclaré. 

Certaines de ces préoccupations impliquent des pressions sur les patients gravement malades "qui peuvent (et c'est très compréhensible) provenir de familles surchargées ainsi que de systèmes médicaux surchargés".

"Nous devons noter que la peur d'une telle pression au sein du système médical peut décourager les patients gravement malades de rechercher une aide médicale appropriée ; les problèmes de confiance médecin-patient impliqués sont réels", a ajouté Williams.  

Il s'est demandé si la qualité des soins palliatifs en Grande-Bretagne diminuerait "s'il y avait des options moins coûteuses", et a mis en garde contre la difficulté d'établir les conditions d'octroi d'un suicide assisté.

"Il y a des questions extrêmement compliquées sur la façon dont la loi doit identifier les conditions qui" justifieraient "une intervention médicale qui a pour conséquence directe et intentionnelle de mettre fin à la vie", a-t-il déclaré, ajoutant: "De nombreux groupes de personnes handicapées ont également des opinions bien arrêtées sur cet ensemble de problèmes."

Ses commentaires contrastent fortement avec ceux d'un autre ancien archevêque de Cantorbéry, Lord Carey, qui a réitéré son soutien ces derniers jours.

Un  récent sondage YouGov a révélé que seulement un tiers des députés soutiennent la modification de la loi pour légaliser le suicide assisté. 

 

CT