Mercredi, 20 octobre 2021 09:48:15

Nicola Sturgeon a annoncé que les passeports vaccinaux Covid seront introduits en Écosse à la fin de ce mois si, comme cela semble probable, le gouvernement écossais soutient ses plans.

Le plan concerne certains « paramètres non essentiels », notamment les boîtes de nuit, les lieux de divertissement pour adultes, les événements en direct en salle sans place avec plus de 400 personnes, les événements en direct en plein air sans place avec plus de 4 000 personnes et tout événement avec plus de 10 000 personnes.

Il semble que la proposition n'affecte pas directement les églises - il n'y a pas trop d'églises en Écosse ayant 500 personnes sans siège, et aucune avec 4 000 assises. Mais la dérive de la mission est le modus operandi de cela et les églises doivent bien réfléchir et être préparées pour le jour où les gouvernements pourraient faire un mandat qui exigera que tous ceux qui vont à l'église se fassent vacciner.

Certaines églises y réfléchissent déjà, quel que soit le décret gouvernemental. Il est maintenant temps pour nous d'y réfléchir et d'agir en conséquence. Quelle doit être notre position ?

Arguments pour les passeports vaccinaux :

Les partisans des passeports vaccinaux soutiennent que se faire vacciner est un acte d'amour pour son prochain et doit donc être encouragé. Ils soulignent également qu'il y aura des gens qui resteront à l'écart de l'église, étant effectivement exclus, car ils ne veulent pas se mélanger avec des personnes non vaccinées. D'autres soutiennent qu'il s'agit de protéger les gens.

Certains dirigeants d'église pourraient être préoccupés par les aspects du témoignage public. Si les grandes et les petites entreprises exigent des passeports vaccinaux parce qu'elles veulent « protéger la communauté », cela ne serait-il pas mal si les églises étaient l'une des rares organisations à ne pas prendre cette mesure « protectrice » ?

D'autres encore soutiennent que si le gouvernement fait une loi, alors nous n'avons pas le choix. Nous devons donner à Nicola ce qui est à Nicola (ou Boris, Joe, Scott) nous sommes tenus par l'enseignement de Romains 13 d'obéir au gouvernement, même si nous ne sommes pas d'accord avec eux. Ce n'est pas un problème pour lequel mourir sur la colline.

Arguments contre les passeports vaccinaux :

Se faire vacciner peut être un acte d'amour (bien que cela puisse tout aussi bien être un acte de peur, de préservation de soi ou de culpabilité), mais l'amour n'est jamais imposé par la loi.

Ceux qui sont vaccinés sont protégés contre le virus. Certes, cela ne les protège peut-être pas complètement contre la transmission ou la transmission de Covid, mais les preuves jusqu'à présent suggèrent que cela diminue considérablement la possibilité de maladie grave ou de décès. Par conséquent, si vous êtes protégé contre le virus, pourquoi avez-vous peur des autres, qui, par leur propre choix, ont décidé de ne pas le prendre ? Si vous craignez que le vaccin ne fonctionne pas, alors pourquoi l'avez-vous pris et pourquoi insister pour que toutes les autres personnes que vous rencontrez doivent le prendre ? L'Église ne peut pas être intimidée par des personnes irrationnelles qui exigent que les autres soient exclus afin de répondre à leurs peurs.

Si nous voulons insister sur une sécurité totale, alors nous devrions probablement fermer tous les rassemblements de culte publics. De cette façon, nous nous assurerions que personne n'attrape jamais quoi que ce soit d'une autre personne à l'église. De plus, pensez aux vies qui seraient sauvées en ne voyageant pas ou en ne risquant pas d'aller dehors - là où il peut y avoir un lion ! (Proverbes 22 :13 « le paresseux dit : « il y a un lion dehors ! Je serai tué dans les rues1. »)

Quant au témoignage public, l'Église n'est pas une affaire, et nous ne nous soucions pas tant de notre propre réputation que des autres. Je me souviens qu'on m'a dit une fois que l'accueil de notre église était un mauvais témoignage parce qu'il encourageait « ce genre de personnes » dans « nos » rues. Voulons-nous vraiment emprunter cette voie? Les entreprises peuvent choisir d'exclure – cela signifie-t-il que les églises devraient emboîter le pas ? Peut-être que notre nouveau Jésus éveillé dit : « venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et vaccinés, et je vous donnerai du repos… et oui, les non vaccinés seront jetés dans les ténèbres extérieures » ?

Il y a quelques années, un jeune couple est entré dans notre église, usé et meurtri par la drogue. La première chose qu'ils m'ont dite était : "Bonjour, nous avons le sida, pouvons-nous entrer ?". Peut-être que pour la « sécurité » de la congrégation, j'aurais dû dire non ? Au lieu de cela, nous avons dit "bien sûr" et nous les avons accueillis, de la même manière que nous souhaiterions la bienvenue à n'importe qui d'autre. Il peut y avoir des circonstances où refuser l'entrée d'un pécheur dans une église pourrait être juste, mais celles-ci sont rares et n'incluent certainement pas le péché de refuser de se faire vacciner !

Mais qu'en est-il du gouvernement qui nous commande ? Ne devons-nous pas obéir au gouvernement ? N'y a-t-il pas de limites à cela ? Il se peut que dans une tyrannie autoritaire nous n'ayons pas d'autre option. Nous ne sommes pas sous ce genre d'État – même si les signes montrent que nous allons dans cette direction.

Cependant, si nous faisons partie de ce qui reste des démocraties occidentales chrétiennes, nous devons rappeler à l'État qu'il n'est pas absolu. Il y a une ligne. Quand l'État dit à l'Église qui peut et qui ne peut pas venir à l'église, nous disons simplement « non ». Jusqu'ici et pas plus loin ; vous êtes bien au-dessus de la ligne.

Les églises doivent se préparer et faire campagne à ce sujet maintenant. Il sera trop tard lorsque les lois habilitantes seront adoptées. (Je note qu'au moment où j'écris ces lignes, les archevêques anglicans et catholiques romains de Sydney ont tous deux exprimé leur opposition à l'obligation de vaccination pour que les gens puissent fréquenter les lieux de culte).

Nous devons dire au gouvernement maintenant qu'il n'y a aucune circonstance dans laquelle nous obéirons à un quelconque diktat du gouvernement qui nous dira comment, quand et qui peut adorer. L'indépendance spirituelle de l'Église et la Présidence du Christ sur l'Église sont le principe sur lequel ma dénomination, l'Église libre d'Écosse, a été fondée.

Quelle que soit notre église, sûrement si tous les chrétiens se tenaient ensemble et déclaraient que nous ne donnerons pas à Nicola, Boris, Joe et Scott ce qui est à Christ, alors nos gouvernements devraient écouter. Ou sommes-nous déjà allés trop loin dans le terrier du lapin ?

David Robertson travaille comme évangéliste avec des églises à Sydney, en Australie. Il blogue sur The Wee Flea .

 

CT