Lors de son discours de ce lundi soir, Emmanuel Macron a annoncé l’extension du pass sanitaire à davantage de lieux recevant du public.

S’adressant aux Français ce 12 juillet, pour la première fois depuis deux mois et demi, le Président de la République a constaté une situation sanitaire «maîtrisée» tout en annonçant le durcissement de certaines mesures, dont l’extension du pass sanitaire aux lieux culturels et de loisirs. Ainsi, dès le 21 juillet, le document attestant d’une vaccination, d’un test négatif ou d’une preuve de rétablissement du Covid-19 sera obligatoire pour se rendre dans un lieu rassemblant plus de 50 personnes.

«Dès le 21 juillet, le pass sanitaire sera entendu aux lieux de loisir et de culture. Concrètement, pour tous nos compatriotes de plus de 12 ans, il faudra, pour accéder à un spectacle, un parc d'attraction, un concert ou un festival, avoir été vacciné ou présenter un test négatif récent», a déclaré Emmanuel Macron.

Qui plus, à partir de début août, le pass sanitaire concernera également les cafés, restaurants, centres commerciaux et certains transports, annonce le Président. La mesure s’appliquera à toutes les personnes quel que soit leur statut: clients, usagers, salariés.

«À partir du début du mois d'août, le pass sanitaire s’appliquera dans les cafés, les restaurants, les centres commerciaux ainsi que dans les hôpitaux, les maisons de retraite, établissements médicaux-sociaux, mais aussi dans les avions, trains et cars pour les longs trajets.»

Utilisé en France depuis le 9 juin, ce dispositif n’est pour le moment nécessaire que dans certains cas, notamment pour accéder aux événements regroupant plus de 1.000 personnes et, depuis l’ouverture des discothèques le 9 juillet, pour se rendre dans les boîtes de nuit.

Fin des tests PCR gratuits

Afin de booster la campagne vaccinale, le Président a également confirmé la proposition déjà évoquée récemment par Gabriel Attal, celle concernant la mise en place des tests PCR payants. Remboursés depuis le début de l'épidémie par l’assurance maladie, ils ne le seront plus à partir de l’automne.«Cet automne, les fameux tests PCR seront rendus payants, sauf prescription médicale. Et ceci afin d’encourager la vaccination plutôt que la multiplication des tests», a exposé le chef d’État.

Sputnik