A Senlis (Hauts-de-France), un quinquagénaire a écopé cette semaine d'un an de prison. Il utilisait une règle et du scotch double-face pour mettre la main sur les dons des fidèles d'une église de la commune.

Au cours de l'année 2020, le trésorier de l'église a constaté que le tronc de l'édifice était moins fourni que d'habitude, comme le rapporte le Parisien. Le cadenas étant bien à sa place, l'hypothèse d'un vol semblait improbable. Mais pour l'écarter définitivement, l'homme a tout de même pris le temps de glisser des billets marqués à l'encre invisible dans le tronc et quelques jours plus tard, ils avaient disparu. 

Avertis, les forces de l'ordre ont rapidement déployé un système de vidéosurveillance dans l'église. Un individu a alors attiré leur attention : sur les images, on le voit s'approcher du tronc, introduire «une règle souple de 50 cm, recouverte d'un scotch double-face», retirer l'objet couvert de billets qu'il décollait et rangeait ensuite dans sa poche. L'opération était réalisée à plusieurs reprises. 

1.000 EUROS DE PERTES MENSUELLES

Pris la main dans le sac, le suspect a été interpellé le 28 janvier dernier à la sortie de l'église. De nombreux billets - dont ceux qui avaient été marqués par le trésorier - ont été retrouvés sur lui. 

 

Face au tribunal de Senlis ce vendredi 29 janvier, l'homme, un Ukrainien de 54 ans, a justifié son geste «pour des raisons financières». «Quand je le vois avec sa chemise qui fait de la peine et un peu avachi, je ne vais pas plaider l'état de nécessité mais on n'est pas loin» a expliqué son avocat au Parisien, ajoutant que son client avait des difficultés à trouver un emploi dans le bâtiment à cause de la crise sanitaire. 

Le prévenu a avoué s'être servi trois ou quatre fois dans les deniers de l'édifice religieux. Le trésorier bénévole estime quant à lui que les pertes mensuelles s'élèvent à 1.000 euros. Après délibération, le quinquagénaire a écopé d'une peine d'un an de prison aménageable à domicile. 

C news