Quelque 27 chefs d'églises en Ecosse poursuivent le gouvernement écossais et demandent aux tribunaux de revoir les ordonnances de verrouillage en cas de pandémie qui ont fermé des églises.

Selon l'affirmation des dirigeants de l'Église, les restrictions de verrouillage ont «criminalisé le culte public» et sont «en violation de la Convention européenne des droits de l'homme [articles 9 et 11] et de la Constitution écossaise».

Le Christian Post rapporte que la décision du gouvernement rend «une infraction pénale aux échelons les plus élevés pour les églises d'organiser des services en personne et, par exemple, d'organiser des baptêmes».

Le groupe de dirigeants d'églises a envoyé une lettre aux ministres écossais à la mi-janvier après l'entrée en vigueur de nouvelles ordonnances de verrouillage le 8 janvier en Écosse.

«Les ministres écossais n'ont pas compris que la fermeture des lieux de culte est une mesure disproportionnée et qui a de graves implications pour la liberté de religion», ont-ils écrit. «L'Écosse est le seul pays du Royaume-Uni à avoir fermé des lieux de culte à l'heure actuelle et cette action est également en décalage avec les restrictions qui ont été mises en place dans d'autres pays.»

En réponse, la Direction juridique du gouvernement écossais a déclaré que les ministres écossais «pouvaient à juste titre prendre» les mesures qu’ils avaient prises au milieu de la pandémie.

«Il est loisible à l'État de réglementer les activités laïques des Églises, y compris, comme ici, dans le but de protéger la santé publique», indique la lettre .

"Les ministres écossais étaient en droit de prendre la décision qu'ils ont prise pour servir leurs objectifs de santé publique", ajoute la lettre.

Les dirigeants de l'église se disent inquiets que de nombreuses personnes aient besoin de services d'adoration en personne pendant la pandémie.

«Nous pensons que l'ouverture des églises n'est pas seulement un droit de l'homme ou une question constitutionnelle écossaise, mais c'est l'un des moyens les plus importants pour notre société de répondre à cette pandémie», a déclaré le révérend Nathan Owens de l'église Maxwell à Kilmaurs.

Dans de nombreux cas, les églises ont «suivi un certain nombre de directives données par le gouvernement afin de protéger la santé et la sécurité», a déclaré le pasteur John William-Noble de la Grace Baptist Church à Aberdeen.

«Les églises ont démontré qu'elles sont l'une des parties de la société les plus protégées contre le COVID», a-t-il déclaré.

CL / IMC