Jeudi, 13 aout 2020 15:51:15

Lee Man-Hee, gourou de la secte Shincheonji, s'excuse publiquement ce lundi 2 mars 2020 pour la responsabilité de son organisation dans la propagation de l'épidémie de coronavirus. AFP Photos/POOL

Près de 600 nouveaux cas de coronavirus ont été recensés en Corée du Sud, portant le bilan à plus de 4 300 personnes contaminées, selon un bilan quotidien annoncé ce lundi 2 mars par les autorités sud-coréennes. Lee Man-hee, le fondateur de la secte de l'Église Shincheonji de Jésus, s'est excusé pour la responsabilité de son organisation dans la propagation de l'épidémie.

 

L'Église Shincheonji de Jésus a joué un rôle majeur dans la propagation de l'épidémie en Corée du Sud. La moitié des cas seraient liés au mouvement.

Lee Man-hee, l'homme de 88 ans, est considéré comme « l’Esprit saint » par ses adeptes. Mais ce lundi 2 mars, Lee Man-hee n’est plus qu’un homme à genoux devant les caméras de télévisons. Costume gris, lunettes embuées sur le masque en papier, le gourou a du mal à parler sous les cris : « Menteur, arnaqueur » et autres insultes fusent pendant la conférence de presse organisée par la secte.

Front contre terre, le leader de l’Église Shincheonji de Jésus demande pardon : « En tant que dirigeant de l’Église de Shincheonji, je présente mes sincères excuses au peuple coréen. Le gouvernement fait tous ses efforts pour tenter d’arrêter l’épidémie dans notre Église de Daegu. Nous essayons également de faire de notre mieux pour aider ».

« Le mieux pour aider ? », les autorités en doutent. Cette conférence de presse intervient après que les villes de Séoul et de Daegu aient porté plainte auprès du parquet contre le leader de la secte pour une attitude jugée peu coopérative avec les autorités sanitaires. « Vous vous considérez comme immortel, lance un journaliste, avez-vous fait le test de dépistage du coronavirus ? » Le gourou a répondu que oui et qu’il était négatif.

C'est à cause d'une fidèle âgée de 61 ans que la secte est devenue un des principaux vecteurs du coronavirus en Corée du Sud. Elle a commencé à avoir de la fièvre le 10 février, mais a assisté à au moins quatre cérémonies de l'Église à Daegu, la quatrième ville du pays devenue l'épicentre du coronavirus en Corée du Sud, avant que son cas ne soit diagnostiqué. Les autorités sud-coréennes sont sur la trace de plus de 260 000 de ses adeptes pour vérifier leur état de santé.

Ce ne sont pas des masques homologués, mais c’est tout ce que j’ai trouvé... C’est très dur de trouver des masques pour adultes par les temps qui courent.

RFI