Lundi, 10 aout 2020 18:59:13

Un tribunal pakistanais a statué contre la famille d'une chrétienne kidnappée qui a été forcée de contracter un mariage islamique, affirmant dans sa décision qu'aucune loi n'avait été enfreinte si la jeune fille avait déjà eu ses premières règles. La Catholic Charity Aid to the Church in Need-Italy rapporte que la Haute Cour du Sind à Karachi a rendu la décision du 3 février dans le cas de Huma Younus, 14 ans, qui a été enlevée à son domicile le 10 octobre 2019. et plus tard marié à un homme musulman radical. Selon l'organisme de bienfaisance, qui soutient la famille, le juge Muhammad Iqbal Kalhoro et Irshad Ali Shah ont jugé que le mariage de la jeune fille catholique avec son ravisseur présumé, Abdul Jabbar, était valide en vertu de la charia, car l'enfant avait déjà eu son premier cycle menstruel. "Une fois de plus, la justice a été vaincue et il a été prouvé une fois de plus que notre État ne considère pas les chrétiens comme des citoyens pakistanais", a déclaré la mère Nagheena Younus à Aid to the Church in Need-Italy après l'audience. Les parents de Younus ont déclaré que le mariage de leur fille violait la loi sur les restrictions au mariage des enfants du Sindh interdisant le mariage des filles de 18 ans et moins. Bien que la loi ait été adoptée en 2014, elle n'a pas encore été appliquée. "Nous espérions que la loi aurait pu être appliquée pour la première fois dans cette affaire", a déclaré l'avocat Tabassum Yousaf. "Mais évidemment au Pakistan, ces lois sont formulées et approuvées uniquement pour améliorer l'image du pays devant la communauté internationale, [et pour] demander des fonds pour le développement et le commerce gratuit des produits pakistanais sur le marché européen."


Le Pakistan à majorité musulmane est le cinquième pire pays au monde en matière de persécution chrétienne sur la liste de surveillance mondiale Open Doors USA 2020. Comme le rapporte la Commission américaine pour la liberté de religion internationale, on estime que jusqu'à 1000 femmes et filles sont converties de force à l'islam chaque année au Pakistan, dont beaucoup sont kidnappées, mariées et violées. L'année dernière, les législateurs pakistanais ont rejeté un projet de loi national qui aurait élevé l'âge du mariage des enfants à 18 ans après que le ministre des Affaires religieuses Noorul Haq Qadari et d'autres responsables s'y soient opposés. Selon Aid to the Church in Need, Younus devait comparaître devant le tribunal lors de l'audience de lundi dernier, comme cela avait été demandé lors d'une précédente audience tenue le 16 janvier. Cependant, Younus n'était pas présent pour l'audience. Les juges ont ordonné un examen médical de l’enfant pour vérifier son âge, une demande formulée par l’avocat de la famille. Cependant, Yousaf ne fait pas confiance à un examen équitable. "Il est clair que puisque [l'agent d'enquête Akhtar Hussain] est en charge, il y a une forte probabilité que les résultats du test soient falsifiés", a déclaré l'avocat. "Mais nous continuons d'espérer que l'âge mineur de la fille sera prouvé afin qu'elle puisse au moins être confiée à un centre pour femmes et éloignée de son violeur." La prochaine audience du tribunal est prévue le 4 mars. Mais même si l'âge de la jeune fille peut être vérifié, la décision de valider le mariage en raison des menstruations réduit les chances que Jabbar soit tenu responsable de ses actes, rapporte l'organisme de bienfaisance. Nagheena Younus a promis de porter l'affaire jusqu'au bout devant la Cour suprême du Pakistan. "La condamnation de ce matin fait honte au système judiciaire pakistanais", a déclaré le directeur d'ACN-Italie, Alessandro Monteduro, dans un communiqué. «Il est inimaginable que la charia puisse prévaloir sur la loi de l'État. Nous exprimons tout notre indignation, mais nous n'abandonnerons pas pour Huma et les plus d'un millier de filles qui chaque année au Pakistan sont kidnappées, violées, converties de force à l'islam et forcées d'épouser leur ravisseur. " "Aujourd'hui encore, nous avons appris que tout cela est légitime, car au Pakistan, même une fille de 8 ou 9 ans peut légalement être donnée comme épouse si elle a déjà eu ses règles", a-t-il ajouté.


Selon AsiaNews, le tribunal a autorisé l'enfant à déposer un affidavit déclarant qu'elle s'était mariée de son plein gré. Cependant, Yousaf soutient qu'un tel affidavit ne peut être déposé légalement avant que l'enfant ne soit présenté avec un numéro de carte d'identité à l'âge de 18 ans. La nouvelle de la décision des juges a suscité de nombreuses critiques sur les réseaux sociaux. «La fille catholique mineure Huma Younus et d'autres filles peuvent être mariées aussi longtemps qu'elles ont eu leur premier cycle menstruel, a jugé la Haute Cour du #Pakistan. C'est tellement faux et dégoûtant! », A tweeté une ancienne députée au Parlement européen, Marijana Petir. «J'exhorte la @EU_Commission et la communauté internationale à cesser toute relation avec le Pakistan.» L'acteur, écrivain et chorégraphe pakistanais populaire, Osman Khalid Butt, a également exprimé sa consternation sur Twitter. "J'ai immédiatement cherché sur Google la décision du tribunal de Sindh en pensant qu'il devait y avoir une erreur", a-t-il écrit dans un tweet. «Comment pouvaient-ils considérer un mariage comme valide alors qu'il se faisait sous la contrainte, après un enlèvement et une conversion forcée? Mon garçon, j'étais naïf. " Au cours des deux dernières années, le Pakistan a été qualifié par le Département d'État américain de «pays particulièrement préoccupant» pour avoir toléré ou commis de graves violations de la liberté de religion. Outre la tolérance des enlèvements et mariages forcés ainsi que la persécution sociétale contre les minorités religieuses, le Pakistan est le leader mondial en ce qui concerne le nombre de personnes emprisonnées pour blasphème. Selon le critique du droit sur le blasphème, Shaan Taseer, fils du défunt gouverneur du Pendjab, Salmaan Taseer, environ 200 personnes ou plus sont emprisonnées au Pakistan pour blasphème et jusqu'à 40 d'entre elles sont condamnées à mort.

Info Média Christ / CP