Les annonces de mosquées pour protester contre un blasphème présumé ont créé de grandes foules de musulmans à Sargodha, au Pakistan, le 16 juillet 2023. (Sanawar Balam pour Morning Star News)

Un troisième cas en moins d'un mois dans la même zone crée la panique.

Une troisième accusation de blasphème en moins d'un mois a contraint les chrétiens craignant les représailles islamiques à fuir leurs maisons dans une ville de l'est du Pakistan cette semaine, ont indiqué des sources.

Des foules musulmanes, dont des membres de groupes extrémistes islamiques, ont bloqué l'autoroute principale Sargodha-Faisalabad pendant des heures dimanche 16 juillet après que des annonces de la mosquée ont exhorté les habitants de Sargodha à protester contre des affiches portant des caricatures et des commentaires désobligeants sur Mahomet, le prophète de l'Islam, et sa femme Aisha, qui ont été collés sur les murs de la mosquée.

"La situation était déjà tendue à Sargodha après l'arrestation et l'accusation de blasphème de deux chrétiens, mais cet incident a mis en danger la sécurité de toute la communauté", a déclaré l'ancien député provincial Tahir Naveed Chaudhry à Morning Star News.

Le politicien chrétien a déclaré à Morning Star News que les 3 500 à 4 000 familles chrétiennes de Maryam Town, une banlieue de Sargodha, ont paniqué en entendant les annonces.

"Les affiches ont été collées sur le mur d'une mosquée à Green Town qui est adjacente à la colonie chrétienne", a déclaré Chauddhry. « Alors que la nouvelle du blasphème présumé se répandait, des centaines de musulmans en colère ont commencé à se rassembler sur l'autoroute, faisant craindre des violences dans la ville de Maryam. Heureusement, la police a répondu à temps et un important contingent a été déployé à tous les points d'entrée et de sortie de la colonie.

Les affiches manuscrites auraient également loué la profanation du Coran en Suède le mois dernier et critiqué la tradition abrahamique du sacrifice animal, a-t-il ajouté.

"Les annonces de la mosquée accusaient les chrétiens d'être impliqués dans l'incident parce que les affiches auraient été écrites par" un soldat inconnu de Maryam Town "", a déclaré Chaudhry.

Des centaines de musulmans ont bloqué la circulation et brûlé des pneus à l'intersection de la route de Faisalabad près de la ville de Maryam vers 10 heures du matin, menaçant de prendre les choses en main si la police n'arrêtait pas l'inconnu dans les 48 heures, a-t-il déclaré.

Les foules se sont dispersées après que la police a enregistré une affaire en vertu des sections 295-A, 295-B, 295-C et 298-A contre un délinquant inconnu et a également formé un comité de chefs religieux pour enquêter sur l'incident en coordination avec l'administration, a déclaré Chaudhry. .

Une autre source a déclaré à Morning Star News que près de la moitié de la population chrétienne de la région a fui ses maisons par crainte des attaques des musulmans.

« Les colonies chrétiennes du district de Sargodha ont été alarmées lorsqu'elles ont entendu parler des manifestations près de la ville de Maryam », a déclaré Sanawar Balam, membre du comité des droits humains du district. "Bien que la police ait été déployée dans les quartiers chrétiens, de nombreuses familles chrétiennes ont quitté leurs maisons par crainte de représailles."

Il a déclaré qu'au moins 15 hommes chrétiens ont été arrêtés dimanche sur la seule base de leurs cartes d'identité indiquant Maryam Town comme adresse.

"La plupart de ces hommes ont été arrêtés dans la rue alors qu'ils faisaient leurs courses ou qu'ils travaillaient", a déclaré Balam à Morning Star News. « Ils ont été libérés après interrogatoire, mais d'autres personnes ont été placées en garde à vue lundi et mardi. "Je crois qu'il y a quatre ou cinq hommes toujours en garde à vue."

Chaudhry et Balam ont tous deux exprimé des soupçons de complot contre les chrétiens de Sargodha.

"Ce troisième incident indique une tentative délibérée de déclencher des troubles religieux et de cibler les chrétiens", a déclaré Chaudhry.

Il a ajouté que les chrétiens ne s'étaient pas opposés aux arrestations et aux interrogatoires de leurs membres, "parce que nous voulons que le ou les vrais coupables soient arrêtés".

"Nous avons dit à la police et aux dirigeants islamiques que les chrétiens vivent déjà dans la peur en raison de l'abus des accusations de blasphème", a déclaré Chaudhry à Morning Star News. "Il est hautement improbable que quelqu'un commette un crime aussi odieux et mette toute la communauté en danger, nous n'avons donc aucune objection à une enquête équitable."

Chaudhry a déclaré que lui et d'autres avaient exhorté la police à examiner tous les angles de l'enquête.

"Le premier appel à manifester a été lancé depuis une mosquée du village de Chak 49 Shumaali, qui se trouve à environ quatre kilomètres de la ville de Maryam et est la même d'où les foules ont été convoquées dans l'affaire Haroon Shahzad", a-t-il déclaré . "Il y a deux autres mosquées près de la mosquée où les affiches blasphématoires ont été trouvées, mais elles n'ont pas lancé l'appel à manifester. La police doit enquêter sur cet aspect.

Des allégations de blasphème ont conduit à des attaques de foule contre des colonies chrétiennes, en particulier dans la province du Pendjab.

Le 8 juillet, la police a arrêté Zaki Masih après qu'un musulman de la région de Sargodha l'ait accusé d'avoir insulté l'islam dans une publication sur Facebook. Le 30 juin, la tension s'est emparée du village Chak 49 Shumaali de Sargodha après qu'un verset biblique publié sur Facebook par Haroon Shahzad a été jugé assimilant les musulmans aux païens et irrespectueux des sacrifices d'animaux.

Le président de l'Église du Pakistan, Azad Marshall, a condamné l'incident et a appelé à la protection des chrétiens vivant à Sargodha.

"Aucun chrétien ne peut penser à commettre un tel acte", a déclaré Marshall à Morning Star News. "En fait, nous avons toujours condamné les incidents de profanation du Coran et soutenu les efforts pour l'harmonie religieuse et le respect mutuel des croyances de chacun."

Il a rappelé la mort et la destruction antérieures lors d'attaques de foule contre les colonies chrétiennes de Shanti Nagar, Gojra, Koriyan et Joseph Colony en raison d'allégations de blasphème, affirmant que le gouvernement provincial et les agences de sécurité doivent assurer la sécurité des vies et des biens des chrétiens.

Le Center for Social Justice, basé à Lahore, a noté que 171 cas de blasphème ont été signalés en 2022, 84 en 2021, 208 en 2020, 36 en 2019 et 61 en 2018. Au moins 2 120 personnes ont été accusées d'avoir commis un blasphème entre 1987 et 2022, et le Pendjab La province arrive en tête de liste avec plus de 75 % des cas.

Le Pakistan s'est classé septième sur la liste de surveillance mondiale 2023 d'Open Doors des endroits les plus difficiles pour être chrétien, contre la huitième place l'année précédente.

Moring Star News

 

La vidéo de la Semaine