Dimanche, 4 decembre 2022 01:06:35

Le corps d'un pasteur d'une église officiellement reconnue au Laos a été retrouvé le mois dernier avec des signes qu'il a été torturé et tué pour sa foi, ont indiqué des sources locales.

Les dirigeants chrétiens et la police de la province de Khammouane, au centre du Laos, pensent que le pasteur Seetoud, qui portait un nom unique, a été tué pour avoir répandu l'Évangile au milieu d'une croissance rapide de l'église dans le pays.

Le pasteur devait assister à une réunion de chrétiens le 20 octobre à Thakhek, à environ 100 kilomètres (62 miles) de son domicile dans le village de Don Keo, district de Nakai, province de Khammouane, un trajet de trois heures et demie sur sa moto. . Lorsqu'il n'est pas arrivé plus de trois heures après l'heure de début de la réunion, plus de 20 personnes l'ont recherché sur le col de la montagne près du village de Don Keo et dans un hôpital local, sans succès.

L'équipe de recherche a également obtenu des images de vidéosurveillance d'un propriétaire de magasin local à Nakai, à proximité, montrant que le pasteur Seetoud a déposé le 21 octobre un conteneur de gaz en plastique qu'il avait l'intention de récupérer plus tard, ont déclaré les chrétiens de la région.

Un habitant de la région a ensuite retrouvé le corps du pasteur Seetoud dans un fossé au large d'une route montagneuse dans la jungle près du village et a téléchargé des photos de la scène sur Facebook, permettant à l'équipe de recherche de retrouver le cadavre le 23 octobre.

Deux chrétiens qui avaient prévu de quitter leur village et de rejoindre le pasteur Seetoud pour la réunion à Thakhek ont ​​déclaré qu'il avait été retardé parce que deux responsables non identifiés ont interrogé le chef de l'église sur ses activités et les raisons de son voyage dans la ville.

Un témoin du village voisin de Wangheen a déclaré aux villageois qu'il s'était arrêté sur la route lorsqu'il avait vu un camion noir sans plaque d'immatriculation le 20 octobre, le jour où le pasteur se dirigeait vers la réunion. Il a dit que trois hommes sont sortis et ont saisi un autre homme, l'ont violemment jeté dans le camion et sont partis.

Le témoin a déclaré qu'il supposait que les autorités arrêtaient un trafiquant de drogue/criminel et avait décidé de poursuivre son voyage. Lorsqu'il a appris plus tard la mort du pasteur Seetoud, il a dit aux villageois que c'était le pasteur qui avait été enlevé.

Les dirigeants chrétiens ont déclaré que le corps du pasteur Seetoud était gravement défiguré et présentait des signes de torture. L'équipe de recherche a trouvé la Bible du pasteur Seetoud près de son corps et sa moto à proximité sur la route.

Il laisse derrière lui une femme et huit enfants dont le plus jeune a 1 an. Le pasteur Seetoud a dirigé une congrégation de l'Église évangélique lao, l'une des trois dénominations officiellement reconnues au Laos avec l'Église adventiste du septième jour et l'Église catholique romaine.

Des dirigeants chrétiens ont déclaré que la police provinciale leur avait dit que le pasteur Seetoud avait probablement été tué à cause de sa foi. Les responsables de la police au niveau provincial soupçonnent que des responsables locaux au niveau du district l'ont tué, selon les dirigeants de la LEC.

"Aucun mot ne peut décrire la douleur que vivent la famille de Seetoud et les églises locales", a déclaré un responsable évangélique laotien. "La grande injustice de toute la situation est que les personnes en position d'autorité ont été directement ou indirectement impliquées dans le meurtre de Seetoud."

Ces derniers mois, des proches et des voisins avaient suivi le pasteur Seetoud et l'avaient menacé de lui faire du mal s'il continuait à partager sa foi chrétienne, selon des responsables chrétiens. Ses fréquents voyages à Thakhek ont ​​été surveillés et, depuis juillet, il a reçu des avertissements des autorités du village pour qu'il cesse ses activités chrétiennes, ont déclaré les responsables de l'église.

Son corps a été transporté à l'hôpital où sa famille et des amis de l'église l'ont identifié. Plusieurs dirigeants de l'Église évangélique lao et des membres de sa congrégation ont assisté à ses funérailles le 24 octobre, malgré la crainte de persécution. Après les funérailles, la famille et les chrétiens du village de Don Keo ont organisé un service commémoratif dans sa maison.

La police de la province et du district de Thakhek a ouvert une enquête sur la mort du pasteur Seetoud et a interrogé deux dirigeants de son église pendant trois heures, ont déclaré des responsables chrétiens.

Après l'assouplissement des restrictions liées au COVID-19 cette année, le pasteur Seetoud a commencé à se rendre plus fréquemment à Thakhek, car les chrétiens avaient recommencé à s'entraider pour prendre soin des familles, emmener des proches à l'hôpital, obtenir des fournitures agricoles, mener des activités agricoles et organiser des vacances.

L'Église évangélique lao assiste ses proches, dont les besoins à long terme comprennent des conseils en cas de traumatisme, de la nourriture, un abri et la reconstruction de maisons.

Le pasteur Seetoud avait une carte officielle de l'Église évangélique lao et était reconnu comme enseignant/formateur biblique. Le dimanche qui a précédé sa mort, il a célébré la communion avec l'église de sa maison.

Persécution passée

Le pasteur Seetoud gagnait sa vie comme agriculteur de subsistance.

En 2015, lui et sa famille ont abandonné leurs croyances animistes et mis leur foi en Christ. Comme cela arrive souvent dans les campagnes du Laos, en réponse à sa conversion, les autorités du village et la police locale ont affirmé que le christianisme était incompatible avec les croyances traditionnelles et les pratiques culturelles.

Le pasteur Seetoud, sa famille et d'autres chrétiens se sont vu refuser l'accès à l'eau potable et à d'autres droits fondamentaux. Les autorités ont tenté de le forcer à signer un affidavit abjurant sa foi, car elles étaient préoccupées par la croissance de l'église et ne voulaient pas que la "religion étrangère de Jésus" interfère avec le culte local des idoles et des esprits, ont déclaré les chrétiens de la région.

Un décret de 2016 sur la religion habilite le ministère de l'Intérieur à mettre fin à toute activité religieuse contraire aux politiques, « coutumes traditionnelles », lois ou réglementations, bien qu'une grande partie de la persécution des chrétiens au Laos soit menée par des responsables locaux agissant en dehors de la loi et de la Constitution. , qui garantit la liberté religieuse. Le Pacte international relatif aux droits civils et politiques des Nations Unies, ratifié par le Laos en 2009, confirme le droit d'adopter une religion/conviction de choix ainsi que le droit de manifester cette religion/conviction dans un culte collectif (article 18).

Environ 60% de la population du Laos est bouddhiste et 32% animiste, le culte spirituel ancestral de l'animisme trouvant également sa place dans les croyances et les pratiques des bouddhistes.

En 2018, la police locale a menotté et détenu le pasteur Seetoud dans l'école du village pendant trois jours pour avoir organisé un service religieux chez lui. Bien que les services à domicile durent depuis plus de trois ans, il a été accusé d'avoir organisé un "rassemblement illégal", ont déclaré des chrétiens de la région. 

Le pasteur Seetoud a été libéré après que la police provinciale, qui supervise la police du village et du district, a été avertie et que le pasteur a payé une amende. Continuant à organiser des services religieux dans sa maison, il a développé des liens plus forts avec les chrétiens de l'Église évangélique lao (LEC).

La LEC de la province de Khammouane a une église physique à Thakhek, et les membres de l'église et les familles se réunissent dans des maisons partout dans la province.

Des dangers croissants

La persécution des chrétiens au Laos a augmenté au cours des deux dernières années, en particulier dans le sud du pays.

Les dirigeants chrétiens du Laos pensent que c'est une période dangereuse pour les croyants en raison de  la croissance rapide de l'église . Malgré les fermetures de COVID-19 en 2021, les chefs de ministère de la province de Khammouane ont déclaré avoir baptisé des milliers de personnes et implanté plus de 60 églises.

Les dirigeants de l'église locale ont déclaré qu'ils étaient surveillés et craignaient pour leur vie.

"Tous les croyants aiment encore Dieu et sont déterminés à le suivre", a déclaré à ReligionUnplugged.com un dirigeant local qui fait partie de l'église du pasteur Seetoud  .

Un responsable du ministère national a déclaré que rien ne pouvait arrêter la croissance de l'église.

"Nous pleurons mais pas comme ceux qui sont sans espoir", a-t-il déclaré. « Nous savons qu'en Christ nous sommes en sécurité. Des attaques comme celle-ci se sont déjà produites dans notre pays, et chaque fois que le royaume de Dieu a grandi.

En février 2021, des villageois ont attaqué  12 membres d'une famille chrétienne  à Dong Savanh, dans le sud du Laos, et les ont chassés de chez eux ; auparavant, en 2017, la famille avait été expulsée de son village.

Toujours en février 2021,  Cha Xiong,  un chef de la communauté chrétienne Hmong, a été tué par balle. Un villageois a retrouvé son corps sur le bord d'une route le lendemain. Les autorités locales ont déclaré qu'elles n'avaient toujours pas de suspects.

Un mois plus tard, le pasteur  Sithon Thippavong,  un dirigeant laotien de Savannakhet, a été arrêté pour avoir refusé de signer un document renonçant à sa foi chrétienne, puis a été emprisonné pendant un an pour « perturbation de l'unité » et « création de désordre ».

En octobre 2020, les autorités ont expulsé et détruit les maisons de sept chrétiens du district de Ta Oy, dans la province de Saravan, pour avoir refusé d'abjurer leur foi. Deux ans plus tôt, quatre chrétiens laotiens et trois dirigeants chrétiens ont été détenus pendant sept jours dans le district de Phin de Savannakhet pour avoir célébré Noël « sans permission ».

Les responsables des zones rurales considèrent les chrétiens avec suspicion et les détiennent, les harcèlent et les expulsent arbitrairement de leurs villages pour avoir refusé de renoncer à leur foi. Les biens des chrétiens sont alors confisqués, les responsables locaux fermant les yeux sur les abus tandis que les hauts responsables gouvernementaux nient que les chrétiens souffrent de discrimination ou de violence.

Selon l'article 43 de la Constitution du Laos, les citoyens ont le droit de « croire ou non aux religions ». Le gouvernement reconnaît officiellement quatre religions - le bouddhisme, le christianisme, l'islam et la foi baha'ie - mais donne la priorité au bouddhisme.

Le Ministère de l'intérieur et le Front lao pour le développement national réglementent strictement toutes les institutions religieuses. Le christianisme est souvent considéré comme une religion occidentale et est étroitement surveillé.

En 2019, le gouvernement laotien a publié le décret 315 sur la liberté religieuse, qui stipulait : « Tous les citoyens laotiens ont des droits égaux devant la loi concernant la croyance ou la non-croyance en religion, comme stipulé dans la constitution, la loi et la réglementation de la RDP lao [People's République démocratique]." Cette stipulation est largement ignorée dans les zones rurales, où la persécution est courante, ont déclaré les chrétiens de la région.

Le Laos s'est classé 26e sur la liste de surveillance mondiale 2022 de l'organisation de soutien chrétien Open Doors des 50 pays où il est le plus difficile d'être chrétien.

Officiellement nommé République démocratique populaire lao depuis 1975, le pays frontalier de la Thaïlande, du Myanmar et de la Chine est un État socialiste et autoritaire à parti unique.

 

Moring Stars News

 

La vidéo de la Semaine