Le tribunal révolutionnaire de Téhéran a condamné un chrétien irano-arménien à 10 ans de prison pour avoir établi une église de maison, ce que le juge a qualifié de "propagande contraire et dérangeante à la sainte religion de l'islam", selon des informations.

La branche 26 du tribunal révolutionnaire de Téhéran, dirigée par le juge Afshari, a condamné Anooshavan Avedian, 60 ans, à 10 ans d'emprisonnement, aux côtés de deux autres membres de son église de maison - Abbas Soori, 45 ans, et Maryam Mohammadi, 46 ans - tous deux convertis au christianisme, a rapporté l'agence de presse Human Rights Activists .

Article 18, une organisation basée au Royaume-Uni qui promeut la liberté religieuse en Iran, a rapporté que Soori et Mohammadi avaient reçu une série de peines non privatives de liberté, notamment une amende d'environ 2 000 dollars (500 millions de rials) et une interdiction de 10 ans d'adhérer à des réseaux sociaux. et groupes politiques ainsi qu'un exil de deux ans hors de Téhéran. De plus, ils doivent se présenter régulièrement aux bureaux du ministère du Renseignement.

Avedian a également été condamné à 10 ans de « privation des droits sociaux ».

Les trois hommes ont été reconnus coupables d'avoir "organisé et dirigé une église de maison évangélique "sioniste" avec l'intention d'agir contre la sécurité nationale" et "d'entretenir une antenne parabolique et des récepteurs".

Ils ont été arrêtés pour la première fois en août 2020 lorsqu'une trentaine d'agents du renseignement ont fait une descente dans un rassemblement privé au domicile d'Avedian à Narmak, dans le nord-est de Téhéran, mais leur cas n'a été révélé que récemment.

Les agents ont confisqué toutes les Bibles et les appareils de communication avec des mots de passe.

Dans la prison d'Evin à Téhéran, les trois hommes ont été soumis à des tortures psychologiques au cours de plusieurs séances d'interrogatoire intenses.

Le juge Afshari a déclaré Avedian coupable d'avoir "créé et dirigé un groupe illégal dans le but de perturber la sécurité du pays par des activités éducatives et de propagande contraires et dérangeantes à la sainte religion de l'Islam, par la diffusion de fausses allégations... ainsi que des contacts avec des pays étrangers, ou des conseils organisationnels de l'étranger.

La défense des chrétiens a été accueillie par "des remarques irrespectueuses envers leur caractère et des insultes à leur foi", selon l'article 18, qui a également déclaré qu'au cours de la dernière décennie, les autorités iraniennes ont fermé presque toutes les églises qui offraient des services en persan, la langue nationale ou ont insisté pour qu'ils n'enseignent que dans les langues des minorités ethniques.

La République islamique est  classée  au neuvième rang des pires pays au monde en matière de persécution chrétienne, selon la liste de surveillance mondiale d'Open Doors USA. 

"Les convertis de l'islam au christianisme sont les plus exposés au risque de persécution, en particulier par le gouvernement et, dans une moindre mesure, par la société et leurs propres familles", dit-il.

« Le gouvernement voit la croissance de l'église en Iran comme une tentative des pays occidentaux de saper l'islam et le régime islamique d'Iran. Les groupes de maison composés de convertis d'origine musulmane sont souvent perquisitionnés, et leurs dirigeants et leurs membres ont été arrêtés, poursuivis et condamnés à de longues peines de prison pour « crimes contre la sécurité nationale ».

CP

 

La vidéo de la Semaine