Mercredi, 20 octobre 2021 10:26:30

La maison d'une famille chrétienne dalit a été incendiée par des militants hindous dans le village de Lodamila du district de Kandhamal à Odisha le 22 septembre. (Photo fournie)

Des familles chrétiennes dalits vivent dans la peur dans l'État d'Odisha, dans l'est de l'Inde, après avoir été ostracisées par des militants hindous en raison de leur foi.

Les cinq familles ont été chassées du village de Lodamila dans le district de Kandhamal et on leur a dit qu'elles ne pourraient revenir que si elles renonçaient à leur religion.

Les chrétiens disent qu'ils ont été maltraités et maltraités avant de s'enfuir, tandis qu'une famille a vu plus tard sa maison incendiée.

Le père Dibakar Parichha, un responsable de l' archidiocèse de Cuttack-Bhubaneswar , a déclaré à UCA News que les chrétiens sont dans "un état de choc et de peur pour leur vie".

Il a déclaré que les chrétiens avaient tenté à deux reprises de déposer un premier rapport d'information au poste de police du district, mais que la police essayait d'éviter d'accepter leur cas.

Nous sommes avec les victimes, espérons rendre justice aux pauvres et aux opprimés et ferons tout notre possible

« Malheureusement, les victimes courent toujours de pilier en poteau pour enregistrer leur cas dans leur propre pays. Nous sommes avec les victimes, espérons rendre justice aux pauvres et aux opprimés et ferons tout notre possible », a déclaré le père Parichha.

« Les militants hindous ont dit aux familles chrétiennes que si elles renoncent à leur religion, elles peuvent retourner au village et vivre comme les autres vivent. »

Le père Purushottam Nayak, un autre prêtre de l'archidiocèse, a déclaré à UCA News que les familles chrétiennes vivant avec des villageois hindous n'avaient aucun problème jusqu'à ce que des émeutes anti-chrétiennes éclatent à Kandhamal en 2008.

Il a déclaré que les familles avaient été chassées de Lodamila le 17 septembre après avoir été empêchées d'accéder à l'eau du puits communautaire et d'un étang. Il leur était également interdit de faire paître le bétail et exclus des rassemblements sociaux.

Les émeutes de Kandhamal gravées à la mémoire des chrétiens d'Inde

Après que les familles chrétiennes aient approché la police de la ville de Balliguda pour déposer une plainte, la police leur a demandé de faire un compromis, a déclaré le prêtre.

Après que les chrétiens aient quitté le village, les hindous ont incendié la maison d'une famille chrétienne le 22 septembre.

Les familles chrétiennes dalits appartiennent à un groupe protestant appelé Christian Prayer Tower.

« Un incident similaire a été signalé en juin lorsque des chrétiens du village de Sikapai du district de Rayagada ont été chassés pour leur foi dans le christianisme. L'affaire est toujours pendante devant le tribunal », a déclaré le père Nayak.

La violence ininterrompue qui s'est poursuivie pendant sept semaines a tué une centaine de personnes, fait 56 000 sans-abri et détruit 6 000 maisons et 300 églises.

L'une des pires émeutes antichrétiennes de l'histoire de l'Inde a commencé à Kandhamal le 23 août 2008, lorsque le leader hindou Swami Laxmanananda Saraswati a été abattu par des maoïstes alors que les hindous célébraient Janmashtami, la naissance du Seigneur Krishna.

Peu de temps après le meurtre, quatre chrétiens, dont un garçon illettré de 13 ans, ont été arrêtés par des militants hindous, battus et jetés dans des postes de police. Ce n'était pas la police mais Praveen Togadia, le chef de Vishwa Hindu Parishad, qui a rendu public leurs noms et les a accusés d'avoir tué le Swami.

Des militants hindous ont arrondi les chrétiens après avoir qualifié le meurtre de complot chrétien. La violence ininterrompue qui s'est poursuivie pendant sept semaines a tué une centaine de personnes, fait 56 000 sans-abri et détruit 6 000 maisons et 300 églises.

Le mot Dalit signifie « piétiné » en sanskrit et fait référence à tous les groupes autrefois considérés comme intouchables et en dehors du système de castes hindou à quatre niveaux.

Les données du gouvernement montrent que 201 millions des 1,2 milliard d'habitants de l'Inde appartiennent à ce groupe socialement défavorisé. Quelque 60 pour cent des 25 millions de chrétiens de l'Inde sont d'origine dalit ou tribale.

UCA News