Mercredi, 20 octobre 2021 09:11:16

L’US Air Force a annoncé enquêter sur les restes humains retrouvés dans le train d’atterrissage de son C-17 qui a participé à l’évacuation de personnes depuis l’aéroport de Kaboul. Selon le New York Times, l’aide d’aumôniers et de conseillers en santé mentale a été accordée à l’équipage.

Un vol s’est conclu de manière difficile pour les membres d’équipage d’un des C-17 de l’US Air Force. L’avion de transport militaire était venu évacuer des ressortissants américains ainsi que des Afghans, alors que le chaos régnait à l’aéroport de Kaboul.

Les forces armées aériennes ont reconnu que des restes humains -sans qu’en soit précisé le nombre- avaient été découverts dans le compartiment du train d’atterrissage et qu’une enquête avait été ouverte à ce sujet.

L’appareil, une fois qu’il a touché le sol à Kaboul lundi 16 août, a été entouré d’une foule de civils afghans, a déclaré l’US Air Force dans un communiqué.

«Face à une situation sécuritaire qui dégénérait rapidement autour de l’avion, l’équipage du C-17 a décidé de décoller le plus vite possible», a-t-elle expliqué.
«Nos amis et alliés ne sont pas accrochés à des avions»: les USA réagissent au chaos à l'aéroport de Kaboul
Les pilotes se sont rendu compte que le train d’atterrissage ne pouvait pas être bien rentré. C’est là qu’un membre d’équipage a vu ce qui ressemblait à des corps humains vraisemblablement écrasés par le dispositif, indique le New York Times. Il s’agirait d’Afghans qui ont tenté de se réfugier dans le compartiment du mécanisme.

Après un vol de quatre heures, l’avion a atterri à la base d’Al-Oudeid, au Qatar. Prévenus de la découverte à bord, des aumôniers et conseillers en santé mentale se sont entretenus avec le personnel navigant «en détresse».

«Les agents chargés de la sécurité s’emploient à clarifier le déroulé des événements», a annoncé la porte-parole de l’armée de l’air, Ann Stefanek.

Selon le Washington Post, les pilotes ont déclaré une urgence en vol quand ils n’ont pas pu remonter le train d'atterrissage. L'équipage s’est dirigé vers un pays voisin et les restes humains ont été retrouvés lors d'une inspection. Or, cette version du journal n’a pas été confirmée par Ann Stefanek.

Victimes du chaos

L’aéroport de Kaboul a connu de multiples incidents depuis que le mouvement taliban* est entré dans la capitale le 15 août. Au moment où les évacuations débutaient, les militaires américains ont effectué des tirs de sommation. Des talibans* ont également ouvert le feu à plusieurs reprises afin de disperser la foule agitée.

Au moins 40 personnes ont trouvé la mort dans les bousculades et sous les coups de feu à l’aéroport depuis lundi, d’après Tolo News.

Dans une tentative de fuir le pays, la foule est allée jusqu’à la piste d’atterrissage. Certains ont essayé de se cramponner au fuselage de l’avion, comme il est possible de le voir sur l’une des vidéos postées sur les réseaux sociaux. Plusieurs hommes se sont tués en chutant.

Quelque 640 Afghans ont réussi à s’envoler dans un C-17 qui a alors décollé avec six fois plus de passagers que sa capacité.

Sputnik