Mercredi, 20 octobre 2021 09:37:16

Les évêques du Kerala s'inquiètent du « déclin drastique » de la population chrétienne de l'État du sud

Les évêques catholiques veulent que les familles chrétiennes du Kerala aient plus d'enfants après que le recensement national ait enregistré une baisse drastique de la population de la communauté dans l'État du sud de l'Inde.

La population chrétienne de l'État est passée de 24,06 % dans les années 1950 à 18,33 % en 2011, selon le rapport de recensement.

"Il y a cinquante ans, les chrétiens de l'État représentaient un quart de la population totale, mais maintenant nous sommes sur un déclin drastique", a déclaré à UCA News le père Jacob G. Palackappilly, secrétaire général adjoint du Kerala Catholic Bishops' Council (KCBC). .

« Si cette tendance se poursuit, le jour n'est pas loin où la communauté chrétienne sera confrontée à une menace d'extinction dans l'État. » 

La KCBC, lors d'une réunion en ligne la semaine dernière, a souligné la nécessité de promouvoir les grandes familles catholiques et a affirmé la position pro-vie de l'Église.

Cependant, ils étaient d'accord avec la politique du gouvernement de contrôler la population dans le pays.

Les chrétiens sont une minorité représentant seulement 2,3% de la population indienne

« L'appel des évêques aux grandes familles catholiques ne doit pas être interprété comme un défi à la politique nationale de population. C'est pour le bien d'une communauté en déclin », a déclaré le père Palackappilly.

L'Inde est un pays de plus de 1,3 milliard d'habitants et les gouvernements fédéral et étatique se sont engagés à trouver des moyens de décourager les familles nombreuses.

Les chrétiens sont une minorité qui ne représente que 2,3 pour cent de la population indienne. Dans l'État côtier du Kerala, ils représentent plus de 18 % de ses 33 millions d'habitants.

Le diocèse de Pala de l'Église syro-malabar de rite oriental a récemment annoncé une série de mesures d'aide sociale pour les familles catholiques ayant quatre enfants ou plus après les instructions du Vatican d'observer 2021 comme l'Année de la famille.

Un religieux catholique va déplacer la Cour suprême de l'Inde sur une ordonnance fiscale

Le diocèse a promis 1 500 roupies (21 $ US) chaque mois aux couples mariés en 2000 ou plus tard et ayant quatre enfants ou plus, ainsi qu'une aide aux études supérieures pour le quatrième enfant et les suivants.

Le diocèse a également promis de prendre en charge la totalité des frais d'accouchement du quatrième enfant et des suivants dans ses hôpitaux.

L'annonce, cependant, a provoqué de sévères critiques de la part des membres du public et des plateformes de médias sociaux, qui l'ont perçue comme une prise de position de l'Église contre les politiques déclarées du gouvernement indien.

Cependant, les critiques n'ont pas dissuadé quelques autres diocèses catholiques de faire des annonces similaires pour le bien-être de leurs familles.

Désormais, la KCBC souhaite que chaque diocèse et chaque paroisse de l'État adoptent la position pro-vie de l'Église et s'engagent de manière significative pour encourager les couples catholiques à avoir plus d'enfants.

Les évêques ont déclaré qu'ils avaient toujours soutenu les gouvernements dans le passé sur le contrôle de la population, mais "maintenant la situation est différente".

Ils ont également souligné les dangers de politiques strictes de contrôle de la population, citant les exemples de la Chine et des pays du monde développé confrontés à de graves pénuries de main-d'œuvre.

Nous voyons des familles financièrement saines avec seulement un ou deux enfants. Mais les inquiétudes des évêques sont très sincères

Mais le déclin de la population chrétienne dans un État lettré comme le Kerala a ses propres raisons.

« Beaucoup migrent vers des pays étrangers pour trouver un emploi et ne reviennent jamais. Certains se marient mais ne préfèrent pas avoir d'autres enfants, tandis que d'autres décident de ne pas avoir d'enfants en raison de contraintes financières et sociales », a déclaré à UCA News Jose Joseph, professeur de catéchisme au Kerala.

Il pense que les ouvertures de l'Église ne feront pas grand-chose pour changer la jeune génération d'Indiens qui ne favorisent pas les familles nombreuses.

« Nous voyons des familles financièrement saines avec seulement un ou deux enfants », a-t-il déclaré. "Mais les inquiétudes des évêques sont très sincères." 

Il a souligné le besoin de plus de sensibilisation et d'encouragement pour que la nouvelle génération change d'attitude et adopte des familles plus nombreuses.

« Cela pourrait aider à contenir le déclin de notre population », a déclaré Joseph.

 

UCANews