Une église en chine détruite par les autorités

La persécution religieuse en Chine s'est intensifiée en 2020, avec des milliers de chrétiens affectés par les fermetures d'églises et d'autres violations des droits humains, selon un nouveau rapport de ChinaAid. 

Les recherches de ChinaAid sur la persécution en Chine l'année dernière ont documenté neuf démolitions d'églises effectuées par les autorités du Parti communiste chinois, affectant plus de 5 000 membres et participants. 

Dans l'ensemble, les autorités du PCC ont persécuté 100% des églises de maison, a révélé l'étude, avec des convocations et des interrogatoires par la police du principal dirigeant de chaque église. 

Sous la direction du président chinois Xi Jinping, les fonctionnaires du PCC ont également travaillé pour contrôler plus pleinement la «religion», ordonnant aux chrétiens dans les églises officielles et gérées par l'État ainsi que dans les églises de maison de arborer le drapeau chinois et de chanter des chants patriotiques lors des offices. Les autorités ont également ordonné aux ministres et aux prêtres de «siniser» les sermons, ou de les modifier pour se conformer à l'idéologie du PCC.

Selon le rapport publié cette semaine, les autorités du PCC ont également envahi les maisons des chrétiens, fait des descentes dans les réunions de famille et interféré avec les décisions parentales. Dans de nombreux cas, les autorités ont poursuivi des chrétiens pour avoir scolarisé leurs enfants à la maison ou les avoir envoyés dans des écoles gérées par l'Église.

«Les recherches de ChinaAid pour 2020 confirment que la persécution par la Chine des chrétiens et de ceux qui professent une quelconque croyance a de nouveau dépassé les incidents signalés pour l'année précédente», indique le rapport.

«Alors que les faits réprimés ont émergé d'endroits sombres et secrets, les retombées de la persécution du PCC, comme les résultats de la pandémie incontrôlée de Covid-19, présentent une menace puissante et putride pour inciter le monde extérieur à y prêter attention.

Le groupe a déclaré qu'il publie son rapport annuel pour «non seulement accroître la sensibilisation à la persécution religieuse en Chine, mais aussi promouvoir la liberté religieuse pour tous».

Les conclusions de ChinaAid font suite au rapport annuel 2021 de la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale qui identifiait la Chine comme un violateur flagrant des droits de l'homme, en particulier envers les chrétiens et les musulmans ouïghours.

 

Le rapport note que les autorités du PCC ont continué leur utilisation sans précédent de technologies de surveillance avancées pour surveiller et suivre les minorités religieuses l'année dernière.

«Bien que le PCC ait longtemps réprimé la liberté religieuse, ces dernières années, il est devenu de plus en plus hostile à la religion», dit le rapport.

La Commission a recommandé aux États-Unis de redésigner la Chine en tant que «pays particulièrement préoccupant», ou CPC, pour avoir commis des violations systématiques, continues et flagrantes de la liberté religieuse.

Des rapports antérieurs révèlent que les écoles chinoises enseignent aux enfants que le christianisme est une «secte diabolique », tandis que les enfants apprennent à s'opposer à la religion, sont encouragés à remettre en question les croyances des membres de la famille et à dénoncer leurs proches aux autorités.

Le commissaire de l'USCIRF, Gary Bauer, a déclaré: «La Chine communiste ne refuse pas seulement à ses citoyens les droits humains fondamentaux, y compris le droit de rechercher et d'adorer Dieu. Elle s'affirme également comme un nouveau modèle autoritaire pour les pays en développement du monde entier. Il s’emploie activement à saper les normes internationales relatives aux droits de l’homme. Il utilise sa puissance militaire croissante pour intimider et menacer ses voisins.

Open Doors classe la Chine au 17e rang sur sa liste de surveillance mondiale de 50 pays où les chrétiens sont les plus persécutés. 

Boyd-MacMillan, directeur de la recherche stratégique à l'organisation caritative chrétienne Open Doors, a récemment déclaré à Express UK que le PCC était de plus en plus préoccupé par la croissance de la population chrétienne et réprimait la religion en conséquence. 

"Nous pensons que la preuve expliquant pourquoi l'Église chinoise est si ciblée, c'est que les dirigeants ont peur de la taille de l'Église et de la croissance de l'Église", a déclaré Boyd-MacMillan.

«Et si elle croît au rythme qu'elle a fait depuis 1980, et c'est environ entre 7 [pour cent] et 8 pour cent par an, alors vous regardez un groupe de personnes qui comptera 300 millions de personnes, presque d'ici 2030. Et, vous savez, les dirigeants chinois, ils font vraiment une planification à long terme, je veux dire, leur plan économique va jusqu'en 2049, donc cela les dérange. Parce que je pense que si l'Église continue de croître comme ça, alors ils devront partager Puissance."