Un tribunal de la province du Pendjab, dans l'est du Pakistan, a finalement ordonné la libération d'une jeune chrétienne de 13 ans qui a été enlevée, forcée d'épouser l'un de ses ravisseurs, torturée et enchaînée dans un enclos à bétail pendant jusqu'à cinq mois.

Un tribunal de session dans la ville de Faisalabad a permis mardi à Farah Shaheen, qui vivait dans un refuge conformément à une décision judiciaire antérieure, de rejoindre sa famille, selon UCA News .

L'ordonnance du tribunal intervient des semaines après que la police a abandonné les charges contre Khizar Hayat, un musulman de 45 ans, et ses deux associés après que Farah, qui a été enlevée par eux à Faisalabad en juin dernier, a déclaré qu'elle épousait volontairement Hayat, a rapporté le UK Times à l'époque, ajoutant que la police a ignoré la plainte de ses parents selon laquelle elle avait été enlevée et torturée.

«Elle veut vivre avec son père. Le mariage entre Farah Shaheen et Khizar Hayat n'ayant pas été enregistré et le nikah (contrat de mariage) n'ayant pas été vérifié par le Conseil de l'Union concerné, elle ne peut pas être maintenue à Dar ul Aman (refuge) pour une durée indéterminée », juge Rana Masood Akhtar a été cité comme disant.

«Le pétitionnaire, père de Mst. Farah Shaheen, a également pris l'engagement que lui et les membres de sa famille prendront correctement soin de Mst. Farah Shaheen et qu'ils ne permettront à personne d'autre de nuire à sa vie et à sa liberté », a ajouté le juge. 

L'évêque Iftikhar Indrias des Apôtres de Gospel Ministries International, qui a aidé la famille de Farah avec l'aide juridique, demande que Hayat soit arrêté.

«Nous remercions tous les chrétiens d'avoir élevé la voix contre l'insulte et l'injustice. Nous ferons de ce succès une référence pour arrêter les conversions forcées de nos filles. Il est de notre responsabilité, en tant que parents et protecteurs, d'assurer leur sécurité et de soutenir ces victimes de violence à leur retour chez elles », a déclaré Indrias.

Un rapport de police antérieur suggérait que la jeune fille était âgée de 16 ou 17 ans, a affirmé l'officier enquêteur Musaddiq Riaz, tandis que le certificat de naissance confirmait que son âge était de 12 ans au moment de son enlèvement.

Le 5 décembre, la police a secouru Farah, qui avait des marques d'abus sur son corps, et un tribunal local l'a ensuite envoyée dans un refuge, selon le chien de garde international des persécutions basé aux États-Unis International Christian Concern .

«Les fonctionnaires ont d'abord amené (Shaheen) au poste de police après des négociations avec les criminels», a déclaré plus tôt Lala Robin Daniel, une militante locale, à UCAN. «Ses chevilles et ses pieds ont été blessés. Ils ont été bandés au poste de police. Elle était traumatisée et ne pouvait pas parler de la torture.

Les parents de Farah ont déclaré qu'elle s'était mariée de force à Hayat et s'était convertie à l'islam.

«(Elle) m'a dit qu'elle avait été traitée comme une esclave», a déclaré le père de la fille,  selon le Daily Mail . «Elle a été forcée de travailler toute la journée, nettoyant la saleté dans une cour à bétail. 24X7, elle était attachée à une chaîne.

«Son mariage, sa conversion forcée et ses pieds blessés parlent de l'horreur», écrivait Daniel sur les réseaux sociaux à l'époque. «Les filles mineures appartenant à des minorités religieuses ne sont pas en sécurité en raison d'une législation défectueuse et incomplète. La police, la justice et les lois faibles se moquent des parents pauvres. »

Une étude réalisée en 2014 par le Mouvement pour la solidarité et la paix au Pakistan a estimé qu'environ 1000 femmes et filles de la communauté hindoue et chrétienne du Pakistan étaient enlevées, mariées de force à leur ravisseur et converties de force à l'islam chaque année. 

UCA News