Dimanche, 25 octobre 2020 04:30:45

L'Alliance évangélique mondiale (WEA) a demandé à la Turquie de revoir l'expulsion de dizaines de chrétiens étrangers. 

Dans une déclaration à la 45e session du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, l'AEM a déclaré que 60 membres de l'église protestante avaient été expulsés ou interdits de Turquie. 

La WEA a déclaré que les incidents s'étaient tous produits au cours des deux dernières années, ce qui a conduit les chrétiens à se voir "refuser la résidence, arbitrairement et sans procédure régulière",  rapporte Evangelical Focus .

La déclaration de la WEA met en lumière le cas de David Kandasamy, un ressortissant sri-lankais qui a vécu en Turquie pendant 20 ans avant d'être interdit de rentrée. 

Selon la WEA, il est marié à un chrétien turc, avec qui il a quatre enfants qui sont tous de nationalité turque. 

Dans un autre cas, Andy et Cathryn Hoard ont été interdits de rentrer dans le pays après un court voyage. Le couple vivait en Turquie depuis 30 ans.  

Selon la WEA, Mme Hoard "a passé trois jours détenue dans une cellule d'immigration sans fenêtre avant d'être expulsée vers le Royaume-Uni". 

"Les conjoints ont été séparés de leur famille. Les expatriés se sont vu refuser l'accès à leur propriété et à des investissements qui avaient auparavant fait l'objet d'une enquête approfondie de la part des autorités turques et ont reçu leur entière approbation", a déclaré la WEA. 

«Les autorités n'ont donné aucune explication à part dire à ces chrétiens qu'ils constituent une menace pour la sécurité nationale selon des rapports confidentiels du gouvernement.

"Les autorités turques ont refusé aux avocats de ces expatriés l'accès aux rapports confidentiels, et par conséquent, les autorités n'ont offert aucune possibilité de faire un appel juste et équitable pour réexaminer ces ordonnances conformément au droit international, à savoir l'article 13 du PIDCP." 

Elle s'est conclue par un appel à "un recours juste et équitable contre les décisions de sécurité nationale et à l'examen des faits qui sous-tendent ces décisions".

 

CT / IMC