Mercredi, 21 octobre 2020 23:14:38

Un journaliste cubain emprisonné pendant près d'un an pour avoir rendu compte de l'arrestation, de l'emprisonnement et du procès de pasteurs chrétiens et de parents d'écoles à la maison a été libéré et a retrouvé sa famille. 

Roberto Quiñones Haces, journaliste pour CubaNet , a confirmé sa libération le 4 septembre à Guantánamo par téléphone au média . L'homme de 63 ans était emprisonné depuis le 11 septembre 2019.

Il a été reconnu coupable de crimes liés à la désobéissance et à la résistance alors qu'il couvrait le procès de Ramon Rigal et de son épouse, Adya Expósito, membres de l'Église de Dieu. Ils ont été arrêtés en avril 2019 pour avoir enseigné à leurs enfants à la maison en raison de préoccupations concernant la promotion du socialisme et de l'athéisme par le système scolaire public cubain. 

Quiñones a été condamné à un an dans un camp de travail, selon le département d'État américain. 

Tout au long de leur emprisonnement, la Commission américaine sur la liberté de religion internationale, ainsi que d'autres organismes internationaux de surveillance des droits humains, ont appelé à la libération du couple et de Quiñones.

Le couple marié a été  libéré à des moments différents plus tôt cette année. 

Dans un communiqué , le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a qualifié la libération de Quiñones de «retardée», ajoutant que les accusations portées contre le journaliste étaient «douteuses». 

Tout au long de l'emprisonnement de Quiñones, des groupes de défense des droits humains, notamment Amnesty International, PEN International et Christian Solidarity Worldwide, ont exigé sa libération.