Poussés au désespoir par le stress, la solitude, les divisions politiques et d'autres soucis comme le déclin de leur église, davantage de pasteurs disent maintenant qu'ils ont envisagé de quitter leur emploi par rapport à il y a un an, selon de nouvelles données publiées par le Barna Group.

La recherche s'appuie sur des données recueillies lors d'enquêtes menées en janvier 2021 et mars 2022 qui montrent la proportion de pasteurs qui ont sérieusement envisagé de cesser d'être dans le ministère à temps plein au cours de la dernière année, passant de 29 % en 2021 à 42 % en mars. de cette année.

Les données recueillies pour l'étude de 2021 ont été recueillies en ligne auprès de 413 pasteurs principaux protestants du 22 au 27 janvier 2021. Alors que les données recueillies du 10 au 16 mars provenaient d'une enquête en ligne auprès de 510 pasteurs principaux protestants.

Plus de la moitié des pasteurs, 56%, qui ont envisagé de quitter le ministère à plein temps au cours de la dernière année, ont déclaré que "l'immense stress du travail" était un facteur énorme derrière leur réflexion. Au-delà de ces facteurs de stress généraux, deux pasteurs sur cinq, 43 %, déclarent que « je me sens seul et isolé », tandis que quelque 38 % disent que « les divisions politiques actuelles » leur ont fait penser à arrêter en chaire.

Une part égale de 29 % des pasteurs ont également déclaré qu'ils avaient envie de démissionner parce qu'ils n'étaient pas optimistes quant à l'avenir de leur église ; ils n'étaient pas satisfaits de l'impact que le travail avait sur leur famille ou ils avaient une vision pour l'église qui était en conflit avec l'endroit où l'église voulait aller. Un autre 24% des pasteurs disent qu'ils ont envisagé de démissionner parce que leur église est en déclin constant.

Alors que les pasteurs qui n'ont pas envisagé de démissionner rencontrent certains des mêmes défis mis en évidence par ceux qui l'ont envisagé, la recherche montre que ce qui fait la différence pour eux est leur état d'esprit envers le ministère.

Quelque 83 % ont déclaré qu'ils n'envisageaient pas de démissionner parce qu'ils croyaient en la valeur de leur ministère ; 75% disent qu'ils ont le devoir de rester et de remplir leur vocation au ministère, et 73% se disent satisfaits de leur travail. Une majorité de pasteurs qui n'ont pas envisagé de démissionner citent également un solide soutien de la famille et de la communauté et une confiance en leur capacité de leaders.

La mesure du mécontentement des pasteurs en mars reflète également une augmentation constante de la part des pasteurs qui ont déclaré en octobre dernier qu'ils "envisageaient sérieusement" de quitter le ministère à plein temps alors qu'ils luttent pour leur bien-être général au milieu de la pandémie de COVID-19. Près de quatre pasteurs protestants sur 10, soit 38% d'entre eux, ont déclaré qu'ils "envisageaient sérieusement" de quitter le ministère à plein temps en octobre. 

Joe Jensen, vice-président de l'engagement de l'église de Barna, a déclaré au Christian Post à l'époque que le nombre croissant de pasteurs qui cherchent maintenant à quitter leur poste à temps plein est alarmant.

"Cette statistique particulière, c'est la plus élevée que nous ayons jamais vue", a déclaré Jensen, soulignant l'épuisement professionnel qu'il pense que de nombreux pasteurs subissent à la suite de la pandémie.

«Nous avons suivi cela dans notre  rapport sur l'état des pasteurs  que nous avons fait avec l'Université Pepperdine en 2016, 2017. Nous n'avions pas cette statistique exacte, mais nous suivions l'épuisement professionnel. [Et] les pasteurs se sentaient épuisés et les facteurs de risque impliqués », a déclaré Jensen.

Il a expliqué à l'époque que les pasteurs, en général, hésitent à conseiller et à encadrer, mais ils doivent comprendre qu'il n'y a rien de mal à demander de l'aide.

« Traditionnellement, les pasteurs ne se sentent pas à l'aise pour un certain nombre de raisons différentes de rechercher des conseils, de rechercher un mentorat. Vous savez que cela doit être OK au sein d'une communauté ecclésiale et de la culture ecclésiale pour qu'un pasteur dise : « vous savez quoi ? J'ai besoin d'aide.' J'ai besoin de conseils. Je me bats émotionnellement », a-t-il déclaré.

"Mais pour être tout à fait franc, pour une raison quelconque, beaucoup de pasteurs ne se sentent pas à l'aise d'être vulnérables dans un contexte de leadership", a-t-il ajouté. "Je pense vraiment que les églises doivent communiquer et dire : 'Hey pasteur, c'est OK de ne pas être OK.'"

CP

 

La vidéo de la Semaine