Oscar Tshiebwe a été désigné meilleur basketteur du championnat d’élite universitaire nord-américain (NCAA) à l’issue de la saison régulière 2021-2022. Le Congolais est donc attendu au tournant avec les Wildcats de Kentucky, une des équipes mythiques de NCAA, durant la phase finale du tournoi, la très médiatisée « March Madness ». Focus sur cet intérieur de 22 ans, né à Lubumbashi, fils d’un pasteur au destin tragique.

Karim Abdul-Jabbar [1], Michael Jordan ou plus récemment Tim Duncan et Kevin Durant… Des basketteurs mythiques avec lesquels Oscar Tshiebwe, né le 27 novembre 1999 à Lubumbashi, partage un point commun : avoir été désigné meilleur joueur universitaire de l'année aux Etats-Unis, une distinction décernée par la revue The Sporting News depuis 1943. Un titre que le Congolais a été le premier Africain [2] à décrocher, le 8 mars dernier.

Cet athlète âgé de 22 ans et qui mesure 2 mètres 06 engrange les trophées individuels depuis la fin de la saison régulière en championnat d’élite universitaire nord-américain (NCAA) : meilleur joueur de la région (« conference ») Sud-Est, meilleur joueur de tout le pays selon l’agence Associated Press, meilleur défenseur…

C’est d’ailleurs sur la défense que le Lushois a basé sa réputation outre-Atlantique. Après deux premières années de cursus à l’Université West Virginia avec des statistiques honorables, Oscar Tshiebwe se déchaîne en effet depuis son arrivée à l’Université de Kentucky, basée à Lexington. En 33 matches de NCAA, il a atteint des moyennes de 17 points inscrits et surtout 15,1 rebonds captés par rencontre.

Un père pasteur mort empoissonné

Destin exceptionnel pour un garçon qui, comme de nombreux de joueurs africains, a débuté le basket-ball tardivement. C’était en 2014, durant une adolescence marquée par le football. Puis, il a été repéré lors d’un camp de détection organisé par son compatriote, Bismack Biyombo, valeur sûre de la Ligue nord-américaine (NBA) et originaire lui aussi de Lubumbashi.

En 2015, Oscar Tshiebwe est parti s’installer aux Etats-Unis. Un crève-cœur pour ce gamin dont le père, pasteur, est mort empoisonné en 2012, de manière inexpliquée. « J’étais fou de rage contre Dieu. J’ai demandé à Dieu pourquoi c’était arrivé », racontait le joueur dans l’émission The 700 Club, diffusée sur la chaîne de télévision Christian Broadcasting Network (CBN).

Mais ce fervent chrétien s’est alors rappelé des conseils de son père : « Peu importe ce qui arrive dans ta vie, ne laisse pas ces choses affecter ta relation avec Dieu. Parce que Dieu a de grands projets pour ta vie et pour tes rêves. »

Oscar Tshiebwe a été omniprésent sous les paniers, avec les Kentucky Wildcats.
Oscar Tshiebwe a été omniprésent sous les paniers, avec les Kentucky Wildcats. USA TODAY Sports - Kim Klement

Faire comme Anthony Davis

Le sien est désormais d’intégrer la NBA. Un graal dont il se rapprochera encore en cas de belle campagne avec les Wildcats de Kentucky durant la phase finale du tournoi NCAA, la « March Madness ». Un événement sportif ultra-populaire et médiatisé en Amérique du Nord.

C’est d’ailleurs le prochain défi d’Oscar Tshiebwe : imiter la star NBA Antony Davis. L’actuel coéquipier de LeBron James aux Lakers de Los Angeles est le seul pensionnaire de l’histoire des Wildcats à avoir été élu joueur de l’année par The Sporting News avant d’être sacré champion NCAA.

Pour se faire, l’équipe coachée par le très respecté John Calipari devra écarter Saint Peter’s le jeudi 17 mars, puis le vainqueur de Murray State-San Francisco le samedi 19 mars… Des rendez-vous que le Congolais abordera comme toujours : par une prière. Avant de se muer en démon des parquets.

 

RFI

 

La vidéo de la Semaine