Dimanche, 5 decembre 2021 15:41:01

Alors qu'ils continuent de prier pour la libération de leurs 17 missionnaires kidnappés par des gangsters en Haïti, les Christian Aid Ministries, basés en Ohio, ont déclaré que près de la moitié du pays est désormais «sous le contrôle de gangs», comme un puissant chef du crime local a appelé les États-Unis et les Nations Unies à rompre les liens avec le gouvernement pour « libérer » les citoyens.

« C'est maintenant le 19e jour depuis l'enlèvement en Haïti. Nos travailleurs et nos proches sont toujours détenus. Notre prière est que Dieu les protège et leur donne du courage alors qu'ils endurent un autre jour comme otages », a déclaré mercredi Christian Aid Ministries dans un communiqué. « La situation politique en Haïti reste extrêmement volatile. De nombreux rapports indiquent que près de la moitié du pays est sous le contrôle de gangs. Priez pour les nombreux Haïtiens qui souffrent pendant cette période de bouleversements. »

Jimmy "Barbecue" Cherizier, chef de la G9 Family and Allies, une fédération de neuf gangs violents qui contrôlent une grande partie de Port-au-Prince, en Haïti, a appelé mercredi les États-Unis et l'ONU à rompre les liens avec son gouvernement près de quatre mois après le assassinat du président haïtien Jovenel Moïse.

« Nous profitons de cette occasion pour inviter les Nations Unies en général et les pays dits amis d'Haïti, en particulier les États-Unis d'Amérique, à s'inscrire dans cette page de l'histoire comme des alliés fidèles qui veulent le bien-être du peuple haïtien. en divorçant du statu quo », a déclaré Cherizier lors d'une conférence de presse .

L'appel intervient au milieu de l'insécurité croissante dans la nation des Caraïbes, y compris des centaines d'enlèvements, tels que ceux des 17 missionnaires Christian Aid Ministries retenus en captivité par le gang des 400 Mawozo depuis octobre. Un groupe de la société civile de ce pays rapporte que 600 enlèvements ont été enregistrés de janvier à septembre, contre 231 au cours de la même période l'année dernière.

Jimmy "Barbecue" Cherizier est le chef de la G9 Family and Allies, une fédération de neuf gangs violents qui contrôlent une grande partie de Port-au-Prince, en Haïti. YouTube/Al Jazeera Anglais

Cherizier, qui serait l'un des hommes les plus recherchés d'Haïti, a imputé les troubles au Premier ministre haïtien Ariel Henry dont il a demandé à plusieurs reprises la démission.

Wilson Joseph, chef du gang des 400 Mawozo, a récemment menacé de "mettre une balle dans la tête" des missionnaires kidnappés si sa demande de rançon de 17 millions de dollars pour leur libération n'était pas satisfaite.

"Je jure par le tonnerre que si je n'obtiens pas ce que je demande, je mettrai une balle dans la tête de ces Américains", a-t-il déclaré dans une vidéo qui a circulé sur les réseaux sociaux.

Le groupe de missionnaires qui ont été enlevés le 16 octobre alors qu'ils travaillaient avec Christian Aid Ministries comprend six hommes, six femmes et cinq enfants, dont 16 américains et un canadien. Leur âge varie d'un bébé de 8 mois à 48 ans. 

La semaine dernière, le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a  déclaré que le  président Joe Biden continuait d'être informé quotidiennement de l'enlèvement des missionnaires et a noté qu'il était particulièrement préoccupé par les cinq enfants du groupe.

"Je donne personnellement une mise à jour sur cette question chaque jour au président, qui s'intéresse profondément à ce que nous ramenons chacune de ces personnes à la maison en toute sécurité", a déclaré Sullivan.

Bien qu'il n'y ait eu aucune mise à jour officielle sur les négociations pour libérer les 17 missionnaires, le ministère de la Défense de la République dominicaine voisine d'Haïti a confirmé jeudi que cinq hélicoptères américains qui ont atterri dans la province de Puerto Plata pour faire le plein et se reposer sont probablement en route vers Haïti le une mission humanitaire.

« Les hélicoptères ont fait sensation sur les réseaux sociaux, en raison de la crise politique en Haïti, aggravée par l'enlèvement de 17 missionnaires américains », a déclaré le Dominican Today . « L'opération est probablement le début d'une mission humanitaire américaine en Haïti. »

 

CT

 

La vidéo de la Semaine