Dimanche, 5 decembre 2021 15:43:54

L’ancien premier ministre Jean Chrétien a réitéré, mercredi, qu’il ne savait rien des sévices qui se produisaient dans les pensionnats autochtones alors qu’il était ministre des Affaires indiennes, à la fin des années 1960.

M. Chrétien a suscité un tollé, dimanche soir dernier, en affirmant sur le plateau de l’émission Tout le monde en parle (TLMEP) n’avoir jamais été mis au courant de ces problèmes. Cette déclaration a suscité de la consternation et des démentis.

«Je n’étais pas au courant. C’est sûr que si on m’avait mis au courant, j’aurais agi», a assuré mercredi Jean Chrétien lors d’une entrevue accordée à Patrice Roy sur les ondes de Radio-Canada.

L’ex-ministre a fait valoir qu’à son époque, la question des pensionnats autochtones ne faisait pas les manchettes.

«Je vous dis que ce n’était pas un problème qui faisait la Une. Et d’ailleurs, quelqu’un a vérifié pour moi, et on ne trouvait rien dans les journaux non plus à l’époque. Il n’y avait rien. Faites-là, la recherche. Il n’y a rien, on n’en parlait pas. Alors, ne me reprochez pas quelque chose que je ne connaissais pas», s’est insurgé M. Chrétien.

Après le passage de M. Chrétien sur le plateau de TLMEP dimanche, le député néodémocrate Charlie Angus a révélé l’existence d’une lettre envoyée par un enseignant du pensionnat Sainte-Anne en 1968 dénonçant les conditions dans lesquels vivaient les autochtones.

«Chrétien était au courant des mauvais traitements infligés aux enfants autochtones. Il a refusé d'aider les enfants», avait dénoncé M. Angus en soutenant que M. Chrétien n’a jamais répondu à cette lettre.

«On parle d’une lettre qu’on m’aurait écrite en 1968. Bien, je ne l’ai pas reçue, je ne l’ai pas lue. Vous me connaissez, M. Roy. Si on m’avait parlé de ce problème-là, pensez-vous que je n’aurais rien fait?», a répliqué le principal intéressé en entrevue avec le diffuseur public.

L’ex-premier ministre est aussi revenu sur son parcours en politique pour faire valoir qu’il a cherché à améliorer le sort des autochtones au pays. Ce dernier avait notamment déjà proposé d’abolir le système de réserve autochtone et son ministère des Affaires indiennes pour mettre sur un pied d’égalité les membres des Premières nations avec les autres Canadiens, une idée qui ne s’est jamais concrétisée.

Journal de Québec                                 

 

La vidéo de la Semaine