Mercredi, 20 octobre 2021 09:24:14

Les membres catholiques des forces armées américaines devraient être autorisés à refuser le vaccin COVID-19 s'il va à l'encontre « du caractère sacré de sa conscience », selon Timothy P. Broglio, archevêque catholique romain pour les services militaires, États-Unis.

Broglio a publié mardi une déclaration concernant les préoccupations soulevées concernant les mandats de vaccination contre le COVID-19 et les objections religieuses des soldats sur la base de la conscience.

Le Pentagone a récemment publié un mandat stipulant que tout le personnel militaire américain doit être entièrement vacciné, fixant des délais différents pour chaque branche de l'armée. Les exemptions pour raisons religieuses ont été incluses. 

Malgré le mandat du Pentagone, le Washington Post a rapporté que des centaines de milliers de militaires américains n'avaient pas encore été complètement vaccinés. 

Broglio a noté que certains soldats catholiques ont exprimé leurs inquiétudes quant à la façon dont la recherche utilisée pour développer les vaccins qui combattent le COVID-19 est liée aux cellules tissulaires d'un bébé avorté. 

« Les vaccins Pfizer et Moderna COVID-19 ont été testés à l'aide d'une lignée cellulaire dérivée d'un avortement. Ce type de lien a été pendant des siècles considéré comme une coopération matérielle à distance avec le mal et n'est jamais un péché », a écrit Broglio.

« Le vaccin Johnson & Johnson a été développé, testé et produit à partir de lignées cellulaires issues d'avortements. Ce vaccin est donc plus problématique. Si c'était le seul vaccin disponible, ce serait moralement admissible », a-t-il ajouté.

Tout en notant que les autorités de haut rang de l'Église catholique ont déclaré le vaccin moralement acceptable, l'archevêque a ajouté que « l'Église chérit son enseignement sur le caractère sacré de la conscience ».

"Le refus d'accommodements religieux, ou des actions personnelles punitives ou défavorables prises contre ceux qui soulèvent des objections sérieuses et fondées sur la conscience, serait contraire à la loi fédérale et moralement répréhensible."

Broglio a noté que ceux qui refusent de se faire vacciner devraient toujours « agir en charité pour leurs voisins » en suivant les directives de santé publique comme s'engager dans la distanciation sociale, porter des couvre-visages, se faire tester régulièrement et « rester ouvert à recevoir un traitement devrait devenir disponible qui n'est pas dérivé de, ou testé avec des lignées cellulaires dérivées d'avortements.

En décembre dernier, la Congrégation pour la doctrine de la foi de l'Église catholique a publié une déclaration disant qu'il était « moralement acceptable » pour les catholiques de prendre le vaccin COVID-19, malgré ses liens avec les cellules d'un bébé avorté.

"En l'absence d'autres moyens pour stopper voire prévenir l'épidémie, le bien commun peut recommander la vaccination, notamment pour protéger les plus faibles et les plus exposés", précise le CDF.

En janvier, le pape François et le pape émérite Benoît XVI ont reçu leurs premiers vaccins. En octobre, le Vatican a promulgué un mandat pour que les visiteurs et les employés de la Cité du Vatican soient vaccinés ou régulièrement testés pour COVID-19.

CP