Mercredi, 20 octobre 2021 09:54:27

 

Le pasteur canadien Artur Pawlowski, qui a été récemment arrêté sur le tarmac de l'aéroport à son retour d'un voyage aux États-Unis, a lancé un avertissement aux Américains : « Vous êtes le prochain ».

L'Agence des services frontaliers du Canada a arrêté le pasteur la semaine dernière pour deux mandats en cours – un pour ne pas porter de masque facial et un autre pour avoir organisé un service religieux en juin. Il a une audience à venir devant le tribunal le 13 octobre, où un juge décidera s'il sera condamné à 21 jours de prison pour "outrage au tribunal" pour avoir organisé des services religieux en violation des restrictions de verrouillage. 

"S'ils sont venus me chercher, soyez-en sûr, ils viennent aussi pour vous", a déclaré à Fox News, dans une interview , Pawlowski, qui est pasteur de Street Church et Cave of Adullam Church à Calgary, Alberta, Canada .

"Ce qu'ils font aujourd'hui est identique à ce dont je me souviens avoir grandi", a ajouté Pawlowski, comparant les mesures prises par les forces de l'ordre pour appliquer les restrictions COVID-19 aux mesures prises par les autorités de sa Pologne natale lorsqu'elle était sous le régime communiste. .

"J'ai été menotté comme un criminel de droit commun, comme un terroriste", a-t-il déclaré, évoquant sa précédente arrestation en mai. « Ils voulaient me briser. Ils voulaient montrer au monde entier : « Vous voyez ce que nous faisons à ceux qui osent parler contre notre tyrannie ? Si vous suivez… vous êtes le prochain.'”

Pawlowski est né en Pologne et a vécu sous le régime soviétique pendant une partie de son enfance.

Une  vidéo  publiée sur YouTube en mai montrait que le service de police de Calgary avait envoyé au moins cinq véhicules de police pour l'arrêter, lui et son frère, Dawid Pawlowski, dans la rue. Les frères se sont agenouillés sur la route et ont refusé de marcher seuls lors de l'arrestation.

Une voix peut être entendue disant aux officiers : « Honte à vous les gars, ce n'est pas la Chine communiste. Vous n'avez pas de famille et d'enfants ? Qu'est-il arrivé au « Canada, que Dieu garde notre terre glorieuse et libre ? » »

Artur Pawlowski avait précédemment partagé une vidéo documentant la  visite de la police dans son église en avril.

Dans cette vidéo, on peut voir Pawlowski saluer calmement les fonctionnaires à la porte d'entrée. L'officier de santé publique a présenté à Pawlowski un mandat après avoir précédemment interrompu les services de culte quelques jours plus tôt pendant la Semaine Sainte.

Alors qu'il filmait la rencontre, l'un des policiers accompagnant l'agent de santé publique a déclaré à Pawlowski: "Vous n'avez pas besoin d'entrer dans son espace personnel", alors qu'il tentait de zoomer son téléphone sur les documents.

"Vous êtes dans mon espace personnel", a répondu Pawlowski. 

Il a qualifié les fonctionnaires de « chemises brunes » et de « fascistes communistes de la Gestapo nazie ».

Pawlowski a déclaré au Christian Post en juin que la police surveillait fréquemment ses services religieux pour s'assurer qu'il respectait les restrictions sur les coronavirus et les directives de distanciation sociale. Il a déclaré que les intrusions n'étaient pas nécessaires car il a diffusé les services religieux en ligne. Les diffusions en direct ont illustré que "je ne cachais pas le fait que nous ne suivons pas ces restrictions".

Alors que les forces de l'ordre s'abattaient à plusieurs reprises sur ses services religieux, "les mosquées étaient pleinement opérationnelles". Il a ajouté que "personne ne les a harcelés, personne n'a interféré avec eux". 

« Aucun imam n'a été harcelé ou intimidé. Et à ce jour, il n'y a pas un seul imam ou un seul musulman qui ait un billet, même si nous avons des preuves vidéo et des photos [d'eux] se rassemblant… pendant tout le Ramadan par milliers », a-t-il déclaré.

La chaîne YouTube de Pawlowski comprend une  vidéo d'un rassemblement de milliers de musulmans qui a eu lieu le dernier jour du Ramadan, le mois le plus saint du calendrier musulman, que la police a autorisé sans interruption. Il a estimé qu'"environ 2 000 personnes, peut-être plus, étaient là". 

En mars 2020, Pawlowski a été informé que son église, qui s'occupe des sans-abri et des moins fortunés de Calgary, devrait « fermer ses portes et cesser de s'occuper des pauvres ». Il a cependant refusé d'obéir à cet ordre, concluant qu'en donnant « l'ordre de cesser de les nourrir [et] de leur donner les nécessités de la vie, ils les condamnaient à mort. [Et] certains d'entre eux sont morts », a-t-il déclaré.

À l'époque, Pawlowski a envoyé un appel aux ministres de l'Alberta leur demandant une exemption des restrictions COVID-19, mais ils ont refusé d'accorder une exemption et lui ont ordonné de fermer. 

 

CP