Mercredi, 20 octobre 2021 08:13:58

De nouvelles accusations, de liberté illégale et de désobéissance à une ordonnance, viennent d’être déposées contre Paul Mukendi par le Directeur des poursuites criminelles et pénales.

L’homme qui devait se constituer prisonnier vendredi à 15h, à la suite d’une décision de la Cour d’appel qui a maintenu sa culpabilité dans une affaire d'agression sexuelle, a plutôt choisi de faire faux bond aux autorités en se disant victime «d’une injustice».  

Les policiers ont donc actuellement en main, en plus d’un mandat d’incarcération, un mandat d’arrestation qui pourra être exécuté à la minute où le pasteur du Centre évangélique Parole de vie aura été retrouvé.  

Rappelons que vendredi après-midi, plusieurs heures après que sa famille l'eut porté disparu, celui qui se proclame révérend avait donné signe de vie par l’entremise d’un communiqué de son organisation.  

Dimanche, les fidèles de Mukendi ont clamé son innocence lors d’un «Grand culte de vérité», niant les gestes reprochés à leur «apôtre», dénonçant le «travail médiocre des journalistes» dans cette affaire et écorchant au passage la victime qui avait 14 ans au moment des premières agressions.

Le Journal de Montréal