Le pasteur canadien emprisonné pour avoir violé les mandats COVID-19 mis en place par le gouvernement sera probablement libéré de prison cette semaine, ont annoncé mercredi ses avocats.

Le pasteur de l'Église GraceLife, James Coates,  est derrière les barreaux depuis le 16 février , lorsqu'il a  été arrêté par des agents de la Gendarmerie royale du Canada  pour avoir tenu des services de culte en personne en violation d'Edmonton, en Alberta, les ordonnances sanitaires exigeant qu'il limite la fréquentation à seulement 15%. de la capacité totale de l'installation.

Les avocats du Justice Center for Constitutional Rights, qui représente Coates, ont annoncé que les procureurs «avaient accepté de retirer toutes les infractions à la loi sur la santé publique, sauf une, dont le pasteur James Coates a été accusé». L'organisation a noté que Coates sera libéré de prison «sans aucune condition», un changement par rapport à la mi-février lorsque le ministre a refusé de signer  une condition de mise en liberté sous caution  qui l'obligeait à arrêter de prêcher à moins qu'il ne se conforme à tous les décrets gouvernementaux.

Au moment où la mise en liberté sous caution de Coates a été refusée, le juge Peter Michalyshyn de la Cour du Queens Bench de l'Alberta a déclaré que la décision était «nécessaire» et «justifiée» parce que le pasteur est «lié par la primauté du droit» et son «refus de la condition de libération et le non-respect multiple de l'intention déclarée de continuer concerne la sécurité publique. »

Le Centre de justice défendra Coates sur la seule accusation restante contre lui, arguant que l'ordre de santé publique viole ses droits constitutionnels. La charge est centrée sur la limite de capacité de 15%.

 

Le procès de Coates devrait commencer le 3 mai.

«La condition pour que le pasteur Coates cesse effectivement de faire son travail de pasteur en adhérant à des restrictions non scientifiques et inconstitutionnelles de santé publique n'aurait jamais dû lui être imposée par la GRC ou par la Cour», a déclaré John Carpay, président du Justice Center. «Nous espérons qu'il sera enfin libéré de prison sans conditions et qu'il pourra reprendre le service de pasteur de l'église Grace Life.»

«Nous sommes impatients de comparaître devant le tribunal en mai et d'exiger du gouvernement qu'il fournisse la preuve que les restrictions de santé publique qui violent les libertés de religion, de réunion pacifique, d'expression et d'association sont scientifiques et justifiables dans un pays libre et démocratique», a-t-il ajouté.

La nouvelle de la libération imminente de Coates arrive quelques jours seulement après que le pasteur de GraceLife Jacob Spenst ait  lu une lettre que le pasteur incarcéré a écrite à la congrégation , les remerciant de leur soutien et leur demandant de continuer à prier pour sa libération de prison.

CBN News