Lundi, 10 aout 2020 17:12:23

Des bergers musulmans peuls dans le nord-ouest du Nigéria ont tué 12 chrétiens et enlevé un couple lors de leur cérémonie de mariage à l'église lors d'attaques ce mois-ci, selon des sources.

Dans le village de Tegina Kabata, dans le comté de Shiroro, dans l'État du Niger, des bergers ont attaqué un site de l'église où un mariage avait lieu le 12 avril, enlevant le couple et certains membres de l'église, a déclaré Danjuma Iliya, un habitant de la région, à Morning Star News.

"Alors que le pasteur officiait lors de la célébration du mariage, les bergers ont pris d'assaut l'église et emmené tous ceux qui ne pouvaient pas s'échapper du bâtiment de l'église, y compris les mariés", a déclaré Iliya. "Dans ce village, cinq chrétiens ont été tués dans la série d'attaques menées par les bergers."

Deux autres chrétiens ont été tués par des bergers dans le village de Gidigori, dans l'État de Niger, dans le district de Kusherki, dans le comté de Rafi, le 20 avril, a déclaré le résident de la région, James Ayuba. Ils étaient deux des sept chrétiens tués lors de trois attaques de bergers pendant cinq jours dans le comté de Rafi, a-t-il dit.

D'autres ont été blessés lors d'attaques de bergers dans les villages Madaka et Sabon Gari du comté les 20 et 21 avril, a-t-il déclaré.

Un ancien de l'église enlevé
Toujours dans l'État du Niger, cinq missionnaires enlevés le 2 mars ont été libérés le 22 avril, ont indiqué des sources. Dans une brève déclaration du 22 avril qui ne donne aucun détail, les dirigeants des ministères du Calvaire (CAPRO) ont exprimé leur joie que leurs missionnaires viennent d'être libérés. "Je vous en prie, réjouissez-vous avec nous alors que les cinq autres missionnaires kidnappés dans le champ de Kamuku, dans l'État du Niger il y a 52 jours, sont à présent revenus à la liberté", indique le communiqué. Les missionnaires ont été enlevés lorsque des bergers musulmans peuls armés ont attaqué le 2 mars une école à Maruba, dans le comté de Shiroro, dirigée par CAPRO.
L'annonce est intervenue le même jour qu'un ancien de l'église de l'État de Kaduna, dans le centre-nord du Nigéria, avait été enlevé. Des bergers peuls armés ont enlevé Emmanuel Iliya Agiya, ancien et trésorier de l'Église évangélique gagnant tout (ECWA) dans le village d'Atang, dans le comté de Jema'a, le 22 avril, Aku Joshua Shai, résident de la région, a déclaré par téléphone à Morning Star News. Après avoir tiré en l'air pour envoyer des villageois se précipiter dans les buissons, les bergers sont entrés par effraction dans la maison d'Iliya cette nuit-là et l'ont emmené sous la menace d'une arme, a-t-il dit. "Les bergers armés ont d'abord tenté de pénétrer de force dans la maison du frère de la victime, mais sans succès", a expliqué Shai. "Ils se sont ensuite rendus dans la maison voisine, celle de la victime, l'ont traîné dehors, puis emmené sous la menace d'une arme." Iliya est le fils du chef de la communauté Iliya Agiya, a ajouté Shai. Christian tué Toujours dans le comté de Jema'a, dans l'État de Kaduna, des bergers peuls armés ont attaqué le village de Zakkan le 14 avril, tuant un chrétien et en blessant deux autres, a indiqué Shai. Abel Danjuma, 40 ans, a été tué et ses deux frères, Henry Tuta, 45 ans, le président Tuta, 50 ans, ont été blessés. Henry Tuta a été soigné et renvoyé de l'hôpital général de Kafanchan, tandis que les graves blessures du président Tuta ont nécessité son transfert à l'hôpital universitaire de Jos, Jos, a déclaré Shai. "Les trois victimes sont membres de l'Église catholique du village de Zakkan", a-t-il déclaré. "Les bergers ont également bloqué la route Abuja-Jos dans le village de Zakkan et enlevé deux jeunes filles qui se rendaient d'Abuja à l'État de Taraba. Les filles ont ensuite été secourues et libérées par des chrétiens du village de Zakkan qui sont allés à la poursuite des bergers et a sauvé les filles. " Le 30 janvier, Christian Solidarity International (CSI) a lancé un avertissement de génocide pour le Nigéria, appelant le membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies à prendre des mesures. Le CSI a lancé cet appel en réponse à "une vague croissante de violence dirigée contre les chrétiens nigérians et d'autres personnes classées comme" infidèles "par des militants islamistes dans les régions du nord et de la ceinture médiane du pays". " Le Nigéria s'est classé 12e sur la liste de surveillance mondiale 2020 d'Open Doors des pays où les chrétiens souffrent le plus de persécutions, mais deuxième du nombre de chrétiens tués pour leur foi, derrière le Pakistan.

Info Média Christ / CP