Lundi, 10 aout 2020 19:02:05

Plus de 100 militants de Boko Haram ont ouvert le feu de façon sporadique et aveugle et incendié des églises et des maisons, tuant de nombreuses personnes dans la ville de Garkida, dans la région de Gombi, dans le nord-est de l'État d'Adamawa, selon les premiers rapports. Au moins cinq églises ont été détruites, dont deux maisons de culte appartenant à la confession de l'Église des Frères, une église de communion anglicane, une église et un bureau séparé de Living Faith Church. Il y a des rapports non confirmés d'enlèvements possibles. Montant sur une soixantaine de motos, avec deux hommes portant chacun des AK47 et des RPG, et accompagnés d'une vingtaine de camions armés, les militants de Boko Haram sont arrivés de la région de la forêt de Sambisa vendredi soir, selon Save the Persecuted Christians. Les forces de sécurité nigérianes se sont d'abord battues avec les assaillants, mais ont dû battre en retraite pour être renforcées. Les militants se sont ensuite rendus dans les villes voisines et ont mené des attaques. Les civils ont fui vers une zone montagneuse voisine et dans des buissons. "Garkida est actuellement en feu ... de nombreuses personnes ont été tuées et leurs maisons couvertes de fumée", a déclaré TheCable citant une source. "Les gens ont couru pour se cacher à l'intérieur des montagnes pendant qu'ils regardaient leurs maisons incendiées par les insurgés", a ajouté un habitant. La Conférence des femmes catholiques, un grand rassemblement annuel à Gardika, devait avoir lieu vendredi soir et les femmes arrivaient toujours au moment de l'attaque. L'attaque a peut-être continué jusqu'à au moins samedi, quand ait.live a rapporté que "les insurgés échangent des coups de feu avec le justicier local et les agents de sécurité déployés dans la région".

Plus tôt ce mois-ci, des militants présumés de Boko Haram ont brûlé et tué au moins 30 personnes, dont une femme enceinte et son bébé, et en ont enlevé d'autres dans le nord-est du Nigéria et la région du lac Tchad. Les militants ont incendié les voyageurs endormis dans le village Auno de l'État de Borno alors qu'ils campaient pour la nuit après avoir raté un couvre-feu le soir dans la capitale de l'État de Maiduguri, à environ 16 km.

Boko Haram est une insurrection militante islamique chargée de tuer des dizaines de milliers et de déplacer des millions au cours de la dernière décennie. Le groupe terroriste a prêté allégeance à l'État islamique en 2016, mais a rapidement éclaté après que les dirigeants de l'État islamique ont tenté de remplacer le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau.

Bien que le gouvernement nigérian affirme avoir battu Boko Haram militairement, Boko Haram et sa branche dérivée de l'État islamique de l'Afrique de l'Ouest continuent de mener des attaques à Borno.

Au fil des ans, Boko Haram a enlevé des centaines d'écolières. Le groupe a également enlevé des pasteurs et d'autres personnes dans le but de lever des fonds par le biais d'une rançon.

Le mois dernier, Boko Haram a exécuté le révérend Lawan Andimi, président de la section de l’Association chrétienne du Nigéria dans la région du gouvernement local de Michika, dans l’État d’Adamawa. Andimi a été kidnappé début janvier et a été vu dans une vidéo de rançon louant Dieu avant sa mort.

Toujours en janvier, l'État islamique a publié une vidéo de propagande censée montrer le meurtre d'un étudiant universitaire chrétien nigérian par un enfant soldat. En décembre, la faction de l'État islamique a affirmé avoir tué 11 travailleurs humanitaires chrétiens au Nigeria en représailles au meurtre du chef de l'État islamique Abu Bakr al-Baghdadi.

Femi Fani-Kayode, ancienne ministre nigériane de la Culture et du Tourisme et de l'Aviation, a récemment accusé l'ancien président américain Barack Obama et Hillary Clinton de leur "pure méchanceté" en aidant Boko Haram en "finançant et en soutenant" l'élection de 2015 du président nigérian Muhammadu Buhari, qui a ensuite annulé des contrats pour éradiquer les terroristes, a rapporté LifeSite.

«Ce qu'Obama, John Kerry et Hillary Clinton ont fait au Nigéria en finançant et en soutenant Buhari lors de l'élection présidentielle de 2015 et en aidant Boko Haram en 2014/2015, c'est la pure méchanceté et le sang de tous ceux qui ont été tués par l'administration Buhari, ses bergers peuls et Boko Haram au cours des 5 dernières années est entre leurs mains », a écrit Fani-Kayode sur Facebook.
Le gouvernement nigérian a fait face à la critique internationale pour une réponse inefficace à la violence croissante exercée par les factions de Boko Haram et aux attaques radicales peuls. L'insécurité a conduit le Nigéria à devenir l'un des pays les plus dangereux au monde. Alors que le Nigeria est le 12e pire pays au monde sur la liste de surveillance mondiale 2020 d'Open Doors USA des pays où les chrétiens sont les plus sévèrement persécutés, le Nigeria a été ajouté à la liste de surveillance spéciale du Département d'État américain des pays qui tolèrent ou commettent de graves violations des religions liberté en décembre.

Info Média Christ / Christian Post