Les autorités soudanaises ont arrêté et emprisonné lundi dernier un chef d'église accusé de "sorcellerie" pour avoir dirigé une réunion de prière pour sa mère malade, ont indiqué des sources.

Le pasteur Abdalla Haron Sulieman dirigeait une réunion de prière pour sa mère, qui souffrait d'une infection aux jambes qui l'empêchait de marcher, lorsque les autorités de la ville d'El Hasahisa, dans l'État d'Al Jazirah, sont entrées sur le site de l'église évangélique presbytérienne du Soudan, ont indiqué des sources locales. .

Sa mère, Aisha Adam, 60 ans, a été guérie après qu'il ait prié pour elle, et d'autres personnes de la région à prédominance musulmane ont commencé à se presser pour la guérison. La réunion a provoqué la colère des extrémistes musulmans qui ont persuadé la police d'arrêter le pasteur accusé de prétendre être un sorcier (Affaire n° 6737/2022 en vertu du Code pénal soudanais de 1991).

" Il s'agit d'une grave violation contre les chrétiens du Soudan", a déclaré l'évangéliste Francis Ismail, qui a rendu visite au pasteur le 24 novembre.

Les chrétiens soudanais se sont tournés vers les médias sociaux, certains exigeant la libération immédiate du pasteur, et d'autres qualifiant l'emprisonnement de plus de preuves de la persécution continue et systématique des chrétiens au Soudan.

"Nous devons continuer à prier pour notre frère car il est en prison pour l'évangile", a déclaré un chrétien soudanais sur sa page Facebook.

Après deux ans d'avancées de la liberté religieuse au Soudan après la fin de la dictature islamiste sous Omar el-Béchir en 2019, le spectre de la persécution parrainée par l'État est revenu avec le coup d'État militaire du 25 octobre 2021.

Après que Bashir a été évincé de 30 ans de pouvoir en avril 2019, le gouvernement civilo-militaire de transition a réussi à annuler certaines dispositions de la charia (loi islamique). Il a interdit l'étiquetage de tout groupe religieux "infidèles" et a ainsi abrogé les lois sur l'apostasie qui rendaient l'abandon de l'islam passible de la peine de mort. 

Avec le coup d'État du 25 octobre 2021, les chrétiens du Soudan craignent le retour des aspects les plus répressifs et les plus durs de la loi islamique. Abdalla Hamdok, qui a dirigé le gouvernement de transition en tant que Premier ministre à partir de septembre 2019, a été détenu en résidence surveillée pendant près d'un mois avant d'être libéré et réintégré dans le cadre d'un accord de partage du pouvoir ténu en novembre 2021.

Hamdock avait été confronté à l'éradication d'une corruption de longue date et d'un «État profond» islamiste du régime de Bashir – le même État profond qui est soupçonné d'avoir extirpé le gouvernement de transition lors du coup d'État du 25 octobre 2021.

La persécution des chrétiens par des acteurs non étatiques s'est poursuivie avant et après le coup d'État. Dans la liste de surveillance mondiale 2022 d'Open Doors des pays où il est le plus difficile d'être chrétien, le Soudan est resté au 13e rang, où il s'est classé l'année précédente, alors que les attaques d'acteurs non étatiques se poursuivaient et que les réformes de la liberté religieuse au niveau national étaient en cours. pas édicté localement.

Le Soudan avait abandonné le top 10 pour la première fois en six ans lorsqu'il s'était classé pour la première fois au 13e rang de la liste de surveillance mondiale 2021. Le rapport sur la liberté religieuse internationale du Département d'État américain indique que les conditions se sont quelque peu améliorées avec la dépénalisation de l'apostasie et l'arrêt de la démolition des églises, mais l'islam conservateur domine toujours la société. Les chrétiens sont victimes de discrimination, y compris des problèmes pour obtenir des licences pour la construction de bâtiments religieux.

En 2019, le département d'État américain a retiré le Soudan de la liste des pays particulièrement préoccupants (CPC) qui commettent ou tolèrent des «violations systématiques, continues et flagrantes de la liberté religieuse» et l'a mis à niveau sur une liste de surveillance. Le Département d'État a retiré le Soudan de la liste de surveillance spéciale en décembre 2020. Le Soudan avait auparavant été désigné comme CPC de 1999 à 2018.

La population chrétienne du Soudan est estimée à 2 millions, soit 4,5% de la population totale de plus de 43 millions.

 

 

Morning Star News est le seul service d'information indépendant se concentrant exclusivement sur la persécution des chrétiens. La mission de l'organisation à but non lucratif est de fournir des informations complètes, fiables et impartiales afin de donner aux personnes du monde libre les moyens d'aider les chrétiens persécutés et d'encourager les chrétiens persécutés en les informant qu'ils ne sont pas seuls dans leur souffrance.

 

Articles similaires Afrique

La vidéo de la Semaine