Plus de 10 chrétiens ont été tués mardi lorsqu'un groupe extrémiste islamiste a tendu une embuscade à leurs trois véhicules en République démocratique du Congo (RDC).

L'attaque s'est produite près du village de Makisabo, Beni. Les Forces démocratiques alliées (ADF), un groupe extrémiste islamiste, auraient bloqué la route Beni-Kasindi, tiré sur tous les passagers et incendié les véhicules, selon l'organisme de surveillance des persécutions International Christian Concern . (ICC)

Les activités le long de la route ont depuis été interrompues. ICC s'est entretenu avec l'un des opérateurs de taxi le long de cette route, qui est le seul corridor reliant l'Ouganda et la région orientale de la RDC.

"L'incident de 17 heures a entraîné la mort de nos collègues chauffeurs et de nos clients qui voulaient rentrer chez eux et être avec leurs familles", a déclaré le chauffeur de taxi à la CPI. "Nous sommes attristés que les rebelles ADF continuent de nous compliquer la vie ici au Congo. Il n'y a pas un seul jour sans qu'ils ne tuent des gens. Les villages ne sont pas sûrs. Les routes ne sont pas sûres. Les villes ne sont pas sûres. Nous ne vivons que par la volonté de Dieu. miséricorde. Maintenant, nous ne pouvons pas travailler parce qu'ils ont attaqué Makisabo. Nous ne savons pas combien de temps cela prendra avant que la route ne soit rouverte.

L'attaque survient un jour après que les chefs d'État de la Communauté de l'Afrique de l'Est (CAE) se sont réunis à Nairobi, au Kenya, sous la conduite de son président, le président Uhuru Kenyatta, pour discuter de la situation sécuritaire dans la région orientale de la RDC. Les participants ont convenu d'accélérer les efforts régionaux pour "atteindre une paix et une sécurité durables dans l'est de la RDC", de déployer davantage de forces pour mener des opérations conjointes avec l'armée congolaise et d'appeler à un "exercice de désarmement dans les provinces de l'Ituri, du Nord-Kivu et du Sud-Kivu". ."

Les dirigeants de l'Église ont condamné l'attaque, la qualifiant d'atrocité contre les chrétiens.

"Nous savons que la situation de guerre au Congo est complexe, mais nous ne pouvons pas ignorer le fait que les groupes rebelles ciblent les chrétiens", a déclaré un évêque local à la CPI. "Nous avons des preuves que les tueurs ont établi des liens avec l'État islamique (ISIS) et les survivants nous ont avoué qu'on leur avait demandé de réciter la shahada s'ils voulaient survivre. Nous avons des pasteurs qui ont été tués pour avoir refusé de renier le Christ et se faire islamiser. Nous demandons des prières et du soutien pour prendre soin de millions de réfugiés, de veuves et d'orphelins.

Le 17 juin, alors qu'il traversait la zone déchirée par la guerre du territoire de Beni, le personnel de la CPI a été témoin des conséquences d'une nouvelle attaque contre des voyageurs. Ils ont vu qu'un véhicule avait été pris en embuscade et incendié le long de la route Beni-Butembo. Les cinq passagers ont également été tués.

"Les rebelles de l'ADF avaient assiégé la même route que nous empruntions, et nous sommes passés devant le lieu de l'attaque lorsque les corps brûlés avaient été récupérés et que l'obus de la voiture fumait encore", a rapporté le représentant de l'ICC. "Aussi effrayant que cela puisse paraître, nous avons sympathisé avec les résidents et prié pour les familles touchées."

Comme l'a rapporté CBN News, les terroristes islamiques continuent de lancer de violentes attaques contre des civils en RDC. En février 2021, plus de 100 personnes ont été assassinées , et la majorité d'entre elles seraient chrétiennes.  

La RDC est classée 40e sur la liste de surveillance mondiale Open Doors 2022 des pays où les chrétiens subissent le plus de persécutions.

CBN News

 

La vidéo de la Semaine